Autres perspectives intellectuelles

Parallèlement à mes activités de photographie et à mon métier de dessinateur/projeteur, le temps disponible pour m'occuper de l'intégralité des perspectives intellectuelles balayées par ma pensée d'adulte à haut potentiel, n'est pas extensible. Selon les moments et les secteurs où je place mes propriétés, mes productions en imagerie peuvent varier d'un extrême à l'autre, de la profusion à une quantité nulle. Vous comprendrez donc pourquoi mon blog ELECTRONS LIBRES connaît des phases d'activité très fluctuantes. Cet extrémisme est d'ailleurs l'un des signes de la douance : Tantôt "beaucoup trop", tantôt "pas assez", je ne fais jamais rien de façon mesurée et régulière. Je ne sais me limiter à survoler simplement comme tout le monde plusieurs sujets à la fois comme un  individu "standard" sans devoir les approfondir. Je vois toujours très loin dans tous les domaines que j'explore et ceci exprime mes phases sinusoïdales de productivité/créativité, tant dans le domaine photographique que dans le domaine littéraire, entrecoupée parfois de phases dépressionnaires d'improductivité totale.


Diagramme cérébral
Mon humanisme s'exprime par l'exploration de 4 domaines qui s'enrichissent mutuellement :
  • Photographie (Reportages, traitement d'image)
  • Spiritualité (Philosophie, mythologies, religion(s), psychologie)
  • Humains (Politique, sociologie)
  • Bovins (Zootechnique, agriculture)
Etre photographe et scruter le monde de l'agriculture dont les bovins sont les stars au travers du viseur de mon boitier, c'est le décortiquer, le mettre en scène, révéler parfois ce qui n'est pas particulièrement visible en temps normal : C'est une quête de profondeur. Cette même conquête de connaissances et de compréhension est le moteur de motivation lorsque j'investi le terrain spirituel en me connectant aux fondamentaux de la sociologie, philosophie, des mythologies ou de la psychologie permettant de mieux cerner l'humain dans ses comportements individuels propres ou sa façon d'agir par rapport à ses semblables.

Compte-tenu sans nul doute de ma propre expérience de vie mais aussi en me fiant à ce que j'ai pu recenser comme nombreuses horreurs dans l'histoire du monde (notamment les conquêtes et colonisations des Terres Nouvelles par tous les pays de la "Vieille Europe"), j'ai une perception du naturel de l'être humain plutôt négative (pessimiste) dont la maxime du philosophe anglais Thomas Hobbes qui considère que l'homme est sociable par accident et non par nature, en est la brève conclusion : "L'homme est un loup pour l'homme". En complémentarité de cette maxime, mes similitudes de pensée avec Thomas Hobbes se retrouvent aussi sur l'animal qu'il considérait comme doué de sensibilité, d'affectivité, d'imagination, de prudence. L'animal occupe par ailleurs une place très importante également dans un bon nombre de mythologies, de rites sacrés ou de civilisations basées sur l'animisme.

Mes autres perspectives intellectuelles se manifestent par des portails annexes :

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...