La recherche continuelle d'une réinvention

Peu de temps après mes travaux photographiques de mars 2017, je me suis ré-entouré d'anciens outils optiques que j'avais cessé d'utiliser depuis de très nombreux mois : ma paire de jumelles en prismes en toit 8x42 et ma longue-vue achromatique 20-60x80. Une instrumentation fortement efficiente de part notamment leur étanchéité à l'azote, leur assurant un parfait fonctionnement, même dans les conditions météorologiques les plus épiques en toutes saisons. Le 8 avril, à la Base de Loisirs de Jablines à Annet-sur-Marne, j'observais une bergeronnette grise dans des conditions de grand soleil mais aussi de nombreuses foulques et un rassemblement de plusieurs dizaines de mouettes rieuses sur le lac principal. Le 25 avril, je redécouvre avec une certaine joie l'excellent livre "A l'Affût des étoiles" qui me fut offert avec mon télescope de 200mm en décembre 1999. J'en tire de nombreux calculs pour essayer d'établir une stratégie prochaine pour tenter de me remettre un jour, peut-être, à l'observation astronomique nomade. Deux jours plus tard, je teste un site d'observation de la nature, jugé très fructueux par de nombreux ornithologues, d'où je parviens sur plusieurs de ses mares internes jonchées de nénuphars, à effectuer plusieurs observations très qualitatives de grenouilles rousses et vertes.  

Le 4 mai, je deviens officiellement membre du Centre Ornithologique d'Ile-de-France (CORIF). 


Du 16 au 19 mai, une pause philosophique indispensable sur la notion de l'échec et ses vertus marque mon emploi du temps par la lecture du livre de Charles Pépin consacré bien précisément à ce sujet, durant laquelle je prend un grand nombre de notes en essayant d'en tirer l'éclaircissement sur une route un peu sombre. Les grandes réussites de demain trouvent souvent leur source dans les échecs d'aujourd'hui. Le 23 mai, je poursuis mes découvertes géographiques par l'exploration d'un nouveau secteur de la Seine-et-Marne (77) dominé par deux étangs, une ferme, un moulin et des paysages me rappelant un peu ce Pays de Bray qui aura marqué une large période de mon développement personnel entre 2009 et 2015. Ce 23 mai, j'aperçois un Héron Cendré en surveillance mais aussi la nidification d'un couple de Grèbes Huppés et de Foulques. Un Rouge-Gorge s'invite aussi furtivement dans le champ de ma paire de jumelles. A défaut de contact visuel, je repère un grand nombre de grenouilles par leur son caractéristique. Enfin, le circuit en sous-bois caractérisant ce secteur est l'occasion ce même jour d'utiliser mon télémétrique FUJIFILM X100T pour saisir le spectacle naturel de jeux de lumières offert par le ru et les arbres. 



Le 27 mai, j'explore le zonage sud du même secteur ; exploration au cours de laquelle, je découvre une faune très active avec une nidification de mésanges bleues dans un arbre et pas moins de cinq amphibiens clairement identifiés au bord d'un étang enjolivé par de magnifiques iris d'eau, sans compter un couple de cygnes tuberculés avec leur progéniture mais également l'observation de nidifications de foulques macroules et de gallinules poules-d'eau. Ce même 27 mai, le X100T s'illustre de nouveau en me permettant d'immortaliser ma découverte de l'intérieur de l'église de Coupvray (77).


Rendu célèbre par Louis Braille, le village de Coupvray serait-il finalement cette bien curieuse invitation suprême à me laisser nouvellement guider aveuglément par l'écriture en ces derniers événements, vers une réinvention bienfaitrice ?

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...