Deux mois d'arrêt (16 juin - 16 août 2016)




“L'imprévu a ses charmes mais il est perfide, et que de désagréables surprises, cruelles même, il recèle souvent...” dirait l'écrivain et journaliste québécois Damase Potvin (1882-1964) en pareille actualité. Me voici condamné par une épreuve "bête" de la vie à deux mois d'arrêt médicaux (jusqu'à mi-août prochain) et tout autant bien évidemment pour la photographie car il s'agit de ma main droite (celle qui décide, celle qui tranche, celle qui déclenche sur l'instant décisif). Compte-tenu de la nature de l'opération chirurgicale, deux mois ne seront pas un luxe pour que le dessus de ma main puisse se reconstituer correctement avec l'aide bienveillante d'un infirmier venant analyser l'évolution de la situation tous les deux jours. Il y a de ces choses imprévues à l'apparence initialement insignifiante qui modifient pourtant fondamentalement le cours de notre existence et de nos projets.

Qui oserait croire que la morsure et le venin seuls d'une araignée pourraient suffire à produire un tel carnage ? 
Pourtant, la cause d'un tel résultat cauchemardesque est bien véridique. Depuis mon hospitalisation survenue le 16 juin, les langues se délient autour de moi et j'ai découvert les pouvoirs hyper-destructeurs de ces insectes dont nous sommes forts nombreux à ne pas nous méfier, à en sous-estimer la toxicité du venin par ignorance. Aux urgences, tout autant que le chirurgien ayant opéré ma main, personne ne semblait étonné d'un tel dérapage.

Cet autre article notamment représente la mésaventure d'une autre personne sur un pouce de main : Voir

Ainsi soit la vie et je la relativise toujours car après tout, il existe des ennuis de santé bien plus graves...

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...