10 mai 2015 : Une histoire de choix de films


Je ne suis pas du genre d'individu à me lancer tête baissée dans une opération sans la mûrir longuement. Préparant tranquillement mon reportage d'entreprise du mois de juin depuis début mai, je profite de mes propres reportages pour poursuivre mon approfondissement personnel du côté du rendu des couleurs des différents films proposés par l'interface d'un boitier FUJIFILM X-Series Prémium, à savoir le X100T dans mon cas tout à fait personnel. Quand on réalise ses prises de vues en RAW (format .RAF pour FUJIFILM), il est possible depuis la dernière version de RAW FILE CONVERTER EX 2.0 de choisir le rendu d'un film, même après la prise de vue. Cependant, pour gagner beaucoup de temps de développement de ces RAW et sur la publication finale, notamment en reportage où la prise de vue à la volée est de mise, il convient de réaliser le choix du film une bonne fois pour toutes sur le boitier dès la réalisation des images, surtout si on cumule comme certains photojournalistes, les RAW+JPEG. A ce propos, mon reportage m'a permis de faire connaissance avec le rendu particulièrement réaliste et surtout très doux de la FUJICHROME ASTIA. Depuis le début de mon utilisation du X100T, j'ai placé ma nette préférence comme beaucoup de X-PHOTOGRAPHERS sur le rendu colorifique de la mythique KODACHROME 64 (profil "CLASSIC CHROME") dont le rendu s'accorde particulièrement aux lumières diffuses d'intérieur des églises. Cependant, à de nombreuses reprises, j'ai pu constater l'incompatibilité de la KODACHROME avec les visages humains que je trouve trop contrastés et trop rouges à mon goût. Vu que le reportage couleur que je prépare pour mon entreprise réunit la plupart du temps des visages humains, il m'a fallu reconsidérer sporadiquement mon choix de pellicule pour un rendu beaucoup plus neutre. Initialement, je me suis fié aux recommandations de FUJIFILM et j'ai d'abord testé le rendu de la FUJICHROME PROVIA, désignée comme la pellicule standard, dans le village de Gerberoy (Oise), le 10 mai 2015. En étudiant les résultats des RAF sur mon ordinateur, je trouvais les contrastes de la PROVIA encore trop "brutaux" pour une vraie polyvalence pour un reportage réunissant à la fois des sujets humains, des intérieurs, des extérieurs. A partir de recherches sur internet, j'ai été aiguillé vers le rendu de la FUJICHROME ASTIA. En testant l'ASTIA sur plusieurs de mes RAF de Gerberoy avec RAW FILE CONVERTER EX 2.0, le rendu parfaitement neutre que je cherchais pour mon reportage m'a sauté au visage comme une évidence. Cette pellicule présente l'intérêt d'avoir plus de caractère dans les couleurs que la PROVIA tout en représentant un très bon consensus de rendu pour la plupart des yeux qui se poseront sur mes images.

La FUJICHROME ASTIA dans la pratique à Gerberoy (Oise) :






Je ne m'aventurai pas à montrer des visages humains réalisés avec la FUJICHROME ASTIA mais les rougeurs et les trop forts contrastes sur les visages que l'on pouvait observer avec la KODACHROME 64 ont disparus, laissant apparaître des tons chair parfaitement doux. 

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...