Juin et juillet 2014 : Amélioration de mon GPS pour me guider sur les routes

Depuis septembre 2013, j'ai remplacé mon vieux GPS GARMIN (utilisé de juin 2008 à septembre 2013) par le TOMTOM GO 500. Je n'avais pas publié de billet à son sujet car il m'apparaissait important de faire "vieillir" mon expérience d'utilisateur sur cet outil avant de pouvoir me prononcer.

Le retour d'utilisation a pris d'autant plus de temps que TOMTOM avait proposé à ses premiers acheteurs un GO 500 (millésime 2013) particulièrement décevant compte-tenu du nombre impressionnant de fonctionnalités essentielles manquantes pour notamment les baroudeurs comme moi souhaitant récupérer leur base de données de lieux photographiques établie progressivement avec leur ancien GPS. Pendant longtemps, j'en fus resté à la version carte et système de novembre 2013 car le GPS ne fut pas d'une grande utilité compte-tenu de ma sédentarité affichée lors de tous les hivers (voiturette de tourisme à l'arrêt) et cela malgré les différents déplacements en France effectués avec ma compagne entre décembre 2013 et mai 2014 où le GO 500 s'illustra notamment par ses talents en info trafic sur Paris via mon smartphone (depuis mars 2014). A l'époque de son achat, le manquement de beaucoup de fonctionnalités et l'absence d'un mobile compatible pour l'info-trafic (partage de connexion en Bluetooth) m'avait laissé sur une très grosse frustration. Après bien des maniements plus tard, l'acquisition d'un smartphone compatible, la récupération des dernières mises à jour de la carte Europe et du système d'exploitation TOMTOM de juin/juillet 2014, tout a changé ou presque ! TOMTOM en l'espace de huit mois a fait en sorte de doter le GO 500 d'un grand nombre de possibilités que je réclamais particulièrement comme utilisateur et conducteur d'un véhicule à moteur pour lequel certains axes routiers autres que les autoroutes lui sont interdits :
  1. Saisir des destinations et les mémoriser dans la bibliothèque à partir de leur latitude et longitude
  2. Préparer à l'avance et mémoriser dans une bibliothèque au même titre que des destinations, des parcours entièrement sur mesure pouvant contenir jusqu'à 40 points intermédiaires
  3. Proposer d'office jusqu'à 3 parcours alternatifs lorsque la destination finale seule est saisie
  4. Un accès à un nombre impressionnant de points d'intérets via internet
Il s'agit seulement de quatre fonctionnalités mais à elles-seules, elles ont métamorphosées le produit pour le rendre tout simplement génial et irremplaçable dans mon domaine d'expertise. L'exercice le plus essentiel m'occupa le temps d'un week-end de juin : Récupérer d'anciennes positions GPS. 

I - Récupérer d'anciennes positions GPS

Initialement, depuis 2009, j'avais pris pour habitude de récupérer régulièrement mes points GPS sous Google Earth lorsque j'en étais à me mouvoir avec mon ancien GPS GARMIN. Google Earth propose pour cela une passerelle directe d'importation très pratique avec les GPS GARMIN.


Google Earth reconnaissait mon GPS GARMIN comme périphérique et j'effectuai à chaque fois des importations uniquement des repères. Google Earth permettait, sitôt l'importation effective des différentes positions, d'observer ces mêmes positions capturées sur le terrain projetées sur l'excellent planisphère satellite du géant américain.


L'intérêt de cette importation était double : Sauvegarder les positions contenues dans le GPS et pouvoir dresser mes propres cartes de la région du Pays de Bray. Un duo très professionnel en somme. Avec les appareils TOMTOM, malheureusement, l'importation directe de mes propres repères n'est pas possible et à ce jour, je n'ai pas encore trouvé la parade informatique autorisant d'obtenir un résultat identique. Cependant, dans l'immédiat, il m'apparaissait surtout très important de pouvoir récupérer mes cinq ans d'investigations du Pays de Bray dans mon nouveau TOMTOM GO 500 afin de pouvoir profiter de l'incroyable potentiel de guidage de ce GPS surplantant complétement les capacités totalement obsolètes du retraité GARMIN pour repartir à l'assaut de ma région préférée. Le TOMTOM GO 500 se différencie totalement de son prédécesseur de marque concurrente par son écran tactile et son système d'exploitation basé sur un noyau Android. De ce fait, avec le TOMTOM GO 500, on retrouve dans sa maniabilité le confort des smartphones et des tablettes pour rechercher un lieu, zoomer, dézoomer, sélectionner un lieu,...Avec les fameuses compositions de doigts habituelles.


Pour pouvoir récupérer les anciens points GPS capturés durant ces dernières années avec le retraité GARMIN, j'ai mijoté plusieurs hypothèses ; la manipulation de base étant de pouvoir les isoler préalablement dans un fichier KML via Google Earth. Opération extrémement simple.
  1. La première hypothèse consiste à convertir le KML de Google Earth en fichier OV2 (format brut de la marque TOMTOM pour les points d'intérêts) = Malheureusement, TOMTOM empêche l'accès direct aux fichiers internes de ses derniers GPS - Du coup, la meilleure solution consistant à déposer directement le fichier OV2 contenant toutes les données de mon ancien GARMIN dans la mémoire du TOMTOM ne put être effectuée avec succès.
  2. La seconde hypothèse consiste à extraire la liste des repères avec leurs latitudes et longitudes correspondantes depuis le KML vers un fichier texte TXT, puis à ressaisir chacun de ses repères dans la mémoire du TOMTOM via leurs coordonnées géographiques.
Je fus résolu à opter pour la seconde solution, longue et itérative, mais me permettant la réalisation de l'essentiel : Récupérer tous mes points du Pays de Bray dans la mémoire du TOMTOM GO 500 dans le sous-menu "Mes destinations" afin de poursuivre sereinement mes sorties avec ce tout nouvel outil.



Dans le sous-menu "Mes destinations", on peut observer la liste des destinations en mémoire. 
En permanence, le TOMTOM GO 500 affiche également ces positions préférentielles sur la carte en temps réel sous la forme de bulle étoilée. Pour mon domaine d'expertise (la photographie), pouvoir apercevoir ma position géographique en permanence par rapport à ma pieuvre de destinations préférentielles représente un confort certain pour rendre mes itinéraires vivants et sereins. Pour extraire les données géographiques contenues dans un KML au format texte TXT, il existe l'excellent site internet Kml2x : http://www.zonums.com/online/kml2x/


Il suffit de charger dans ce logiciel en ligne le KML ou KMZ considéré. 
Ensuite, il faut choisir le bon format de sortie TXT dans "Output File Format" et finir méticuleusement la procédure par le bouton "exportation". Si tout se passe bien, une seconde boite de dialogue doit s'ouvrir et faire apparaître en texte le contenu en clair du fichier KML.


On découvre alors la liste de tous les repères à saisir pour les intégrer dans la mémoire et les faire apparaître dans le TOMTOM sous la forme "Nom du repère - Longitude - Latitude - Altitude". Ainsi on peut décoder la première ligne en clair d'une position type :
  • Nom du repère : Foret sur D22
  • Longitude : 1,873792
  • Latitude : 49,387904
  • Altitude : 0,0
De ce fait, réaliser la saisie même manuelle d'une longue série de positions s'avère bien plus pratique. Le TOMTOM GO 500 présente le principal avantage de reconnaître automatiquement le type d'écriture dans le système géographique WGS84 dont il s'agit (degrés décimaux, degrés minutes secondes, etc...). L'apparition de la fonctionnalité de saisir des points par leurs coordonnées, initialement non disponible pour les premiers utilisateurs de ce GPS permet désormais de contourner l'impossibilité de la première hypothèse afin de récupérer de nombreux points de travail.

II - Préparer et mémoriser des parcours complets dans la mémoire du GPS

Le retraité GARMIN ne proposait pas cette fonction et n'autorisait que l'ajout d'une seule destination intermédiaire dans un parcours. Le TOMTOM GO 500 dans ses dernières mises à jour propose non seulement de mémoriser des parcours complets mais surtout avec un nombre incroyable de destinations intermédiaires possibles (au moins 40). Il s'agit pour un conducteur de véhicule à moteur atypique dont l'utilisation n'est pas autorisée sur tous les axes, un outil excessivement précieux de préparation d'itinéraires pointus et très facilement reproductibles.


La fonction est localisable dans le sous-menu "Mes parcours". Lorsqu'un parcours est définitivement figé, il est possible de l'enregistrer dorénavant définitivement dans la mémoire du GPS pour pouvoir le réexécuter indéfiniment. De la façon la plus simple, lorsqu'on se rend dans "Mes parcours", on découvre la liste de tous les parcours que l'on a déjà mémorisé.


D'un doigt comme dans "Mes destinations", la sélection d'un parcours permet immédiatement de lancer le guidage du GPS vers une destination finale en passant par un nombre plus ou moins important de points intermédiaires initialement choisis par l'utilisateur au moment de mémoriser le parcours. Magique, non ? Une fonctionnalité incroyable qui sommeillait depuis des années dans mon cerveau de conducteur et photographe. Il est fabuleux que celle-ci ait été conduite à la réalité par TOMTOM.

III - Proposition de trois parcours intermédiaires pour une destination finale

Lorsqu'aucune destination n'est choisie, il existe deux possibilités :
  1. La fonction "Rechercher" pour une destination inhabituelle
  2. La fonction "Mes destinations" pour une destination courante



Après un calcul de l'itinéraire le plus rapide, il se pourrait que le parcours proposé ne vous convienne pas. Au lieu de forcer le GPS à prendre une autre route en ajoutant un point intermédiaire, la version système TOMTOM 13.057 de début juillet 2014 propose désormais une fonction nouvelle bien plus rapide consistant à vous proposer deux autres parcours intermédiaires possibles pour atteindre la même destination finale.


Cette fonction nouvelle est repérable dans le sous-menu "Parcours actuel". En sélectionnant "Rechercher alternative", le GPS se relance dans un calcul un peu plus long afin de proposer ses fameuses deux autres propositions de trajet. Pour que la fonction soit très intelligible, TOMTOM propose chaque alternative sous la forme d'une couleur différente (violet et vert).


D'un simple appui de doigt sur l'un des trois boutons de couleur en bas à droite, il est possible de choisir l'itinéraire que l'on souhaite adopter en connaissance de cause de la majoration du temps pour chaque trajet alternatif. Dans l'exemple ci-dessus, on comprend aisément que le parcours optimal, le plus rapide en bleu permet d'atteindre la destination en 39 minutes. Choisir le parcours violet permet d'atteindre la même destination en 54 minutes et le parcours vert se révèle le plus long avec sa durée d'une heure.

IV - Accès à des points d'intérêts par internet via un smartphone

Cette fonctionnalité permet de trouver une quantité impressionnante de points d'intérêts (restaurants, musées, gares, manifestations,etc..). En offrant cette nouvelle ouverture avec la version 13.057, TOMTOM propose désormais un GO 500 capable de rivaliser avec la base de données de Google Maps. Plus rien n'est impossible et cela même si la version de la carte n'est pas la plus à jour.

Depuis ses dernières mises à jour, le TOMTOM GO 500 est devenu un partenaire inséparable adapté à tous les types de véhicules à moteur et je pense que la saison photo 2014 sera beaucoup plus conviviable, rien que le fait d'emporter dans ma voiturette de tourisme ce fabuleux nouveau compagnon de route capable de m'épauler pour déjouer un grand nombre de complexités pouvant survenir dans les trajets me menant vers certaines destinations jamais tentées.

Le retraité GARMIN fut, vive le TOMTOM GO 500 !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...