25 mai 2014 : Ruines du château de La Ferté-Milon


La Ferté-Milon est un lieu dans lequel je me suis rendu plusieurs fois au cours de mon enfance, adolescence et vie d'adulte. Ce village fut témoin en 2004 de mes débuts en photographie avec un simple camescope SONY utilisé en mode photographique dont la résolution n'excédait pas le million de pixels. Dix ans plus tard, me voici en confrontation entre mes débuts dans l'imagerie photographique et l'expérimenté que je suis devenu au gré des années et de l'évolution de mon matériel. Pour ce retour aux sources, j'avais opté pour mon compact NIKON Coolpix P7100.

Les images illustrant cette article ont été pour la première fois entièrement traitées sur un ChromeBook via le logiciel Pixlr Touch Up d'Autodesk à partir des JPEG de 3 millions de pixels produits directement par l'appareil en complément des précieux négatifs numériques NRW qui serviront pour des traitements ultérieurs plus approfondis. Un ChromeBook est incapable de lire nativement les NRW, les NEF et même les TIFF. Du coup, en paramétrant convenablement mes appareils photos (compact et reflex) pour qu'ils produisent des copies JPEG d'une résolution plus médiocre en surplus des négatifs numériques, il est possible de pouvoir visualiser les produits de mes travaux directement sur un ChromeBook. Bien que ce ne soit pas une solution optimale d'un point de vue purement qualitatif, ce paramétrage permet de gagner une flexibilité pour la réactivité en reportage, tout du moins pour un blog sur lequel on peut opérer quelques impasses sur la qualité.

La Ferté-Milon est une commune d'environ 2200 habitants située dans le sud-ouest de l'Aisne dans l'arrondissement de Château-Thierry d'une superficie de 18,35 km². En 1960, elle absorba sa voisine, Saint-Quentin-sur-Allan. La Ferté-Milon est un lieu emblématique pour les personnalités qui y sont nées ou décédées (Racine, Théodore Denis Belin, Nicolas Bertin), composé de trois églises (Notre-Dame, Saint-Nicolas et vestiges de Saint-Vaast) et des ruines du château de Louis d'Orléans (XIVème siècle) jamais achevé après l'assassinat de celui-ci en 1407. Les vestiges de ce château dont la construction fut décidée en 1393 sont d'une grande beauté. Il est démantelé en 1594 sur ordre d'Henri IV. Depuis 1862, il bénéficie d'un classement national parmi les monuments historiques de France.


Le château de la Ferté-Milon présente une façade théâtrale. Louis d'Orléans au moment d'ordonner l'accomplissement de son oeuvre décida de ne garder aucune structure préexistante et le site primitif composé initialement d'un premier château dès le XIème siècle, fut rasé et réaménagé. La façade mesure actuellement 200 mètres de long sur 38 mètres de haut. Un grand relief, représentant le couronnement de la Vierge, surmonte les restes de la porte qui s'ouvre entre les deux tours du milieu. La façade est devancée par un fossé. Sur la droite, on distingue une tour carrée dont il reste deux pans de murs. Depuis l'envers de la façade, on aperçoit deux canons russes de 1909, calibre 6 pouces (152,4 millimètres). Ils portent réciproquement les numéros 5085 et 5096.


Ce site dit "des canons" a été utilisé à mes fins de portraitiste afin de réaliser des portraits de ma compagne. Pour des soucis de respect au droit à l'image et de confidentialité, aucune photo de portrait de ma compagne ne sera susceptible de pouvoir être ouverte sur ce blog.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...