25/02/2014 : Petit rapport d'activité - Sorties, Android et moi

Mardi 25 février 2014. A cette date, Je n'ai pas fait preuve encore de beaucoup de signes de vie sur le net depuis le début de cette année qui aurait dû voir fleurir pourtant une nouvelle mise à jour majeure de mon portail internet en janvier. Malheureusement, ce ne fut pas le cas car l'hiver particulièrement doux cette année (il n'est d'ailleurs pas fini) m'a joué de bien vilains tours (migraines, mucus, rhumes, douleurs intenses dans les gencives...). Du coup, les seules rares fois où je fus en état physique et mental de me consacrer à cette mise à jour, j'ai subi le double tranchant de la chance d'avoir pu avoir la santé pour partir en week-end avec ma compagne et d'être tombé spécialement malade les week-end où j'étais libre de pouvoir faire avancer mon portail. Cela semble être par ailleurs un changement notable inexorable intrinsèque à mon âge avançant ; je passe déjà tellement d'heures devant un ordinateur la semaine pour honorer mon métier de Dessinateur-Projeteur, que je suis désormais incapable d'en passer davantage le soir pour mes objectifs personnels. Le soir, je n'aspire plus qu'aux loisirs passifs (musique, vidéos, surf sauvage sur la toile...) car je n'ai pas le courage psychique de faire autre chose. Il y a encore de cela quelques années, je pouvais cumuler sans soucis ma journée de travail et poursuivre le soir sur ma littérature technique personnelle mais je réalise peu à peu qu'il faudra dés lors me rendre à l'évidence qu'il s'agit d'une époque révolue. Je suis donc résolu à une certaine fainéantise et improductivité qu'il me faille humblement accepter.

Je m'en suis voulu très longtemps d'être devenu si peu créatif, si peu communicatif, si peu présent sur le net car cela ne reflète pas d'une image sérieuse et d'une personne dynamique ainsi que passionnée. Pourtant, je n'ai jamais cessé de bouger, je n'ai jamais cessé de réfléchir, je n'ai jamais cessé de m'instruire, je bouge même beaucoup plus que par le passé et cela pourrait même être qualifié comme la principale source du problème. Limité par deux fois par une météo pluvieuse, voire désastreuse pour la photo, je me suis pourtant aventuré :
  1. Les 11 et 12 janvier à Senlis
  2. Les 25 et 26 janvier à Compiègne
  3. Les 15 et 16 février à Angers (découverte des tapisseries de l'apocalypse datant du XIVème)

J'ai appris à vivre et par delà même, je suis devenu naturellement beaucoup plus superficiel car je ne me fixe plus l'incontournable publication d'un billet sur ce blog à chacune de mes découvertes ou bien même, je ne me fixe plus d'ambition photographique particulière. Il convient toutefois parfois pour se rassurer de se donner la peine de regarder chez le voisin pour quelques comparaisons objectives sur soi. Quand mon regard s'égare sur les dates des dernières mises à jour de certains ténors de l'imagerie que j'ai également connu dans des phases bien plus productives et ambitieuses, je me montre plus tolérant avec mes manquements à mes devoirs de photographe/témoin car je me rends compte du nombre des nouveaux adeptes ou de victimes de ce fléau du néant créatif. Dans mon cas, je pense avoir été précipité dans la marmite de ce fléau par la découverte de l'amour pour une femme. Qu'importe donc enfin, cette mise à jour attendra car je ne me changerai néanmoins pas sur ce point précis : Le perfectionnisme, car je ne suis pas du genre à bâcler mon travail, sous prétexte qu'il faille respecter un délai.

La vie découlant de cette conversion inattendue à la fainéantise n'est pas si grise pourtant car les constructeurs d'appareils mobiles (smartphones et tablettes) et les opérateurs eux-mêmes savent très bien y faire pour nous divertir par l'invention de nouveaux besoins afin de nous faire apprécier les joies de la société de consommation, premier promoteur de la passivité. Depuis avril 2013, je me suis peu à peu converti à l'internet mobile et le tactile en découvrant l'interface Android. Dans le train du matin comme du soir ou en voiture le week-end en qualité de passager, internet est désormais partout dans ma vie et moi qui en fut toujours friand dès mon adolescence, c'était le dernier progrès empoisonnant à suivre car mon cerveau est condamné au matraquage d'images, de vidéos, de textes, rarement très intructif car l'élévation personnelle se joue ailleurs et j'en ai perdu le cap (et cela malgré ma singularité et mon intelligence si particulière).

Indiscutablement, le nouvel appareil qui peut changer la donne et me permettre un retour très heureux vers la créativité, si j'arrive à en prendre toutefois le pli le plus favorable, est mon smartphone Android, fraîchement acquis il y a seulement quelques jours car s'il existe une dernière solution psychologique pour tenter de vaincre ma fainéantise des 18 derniers mois, il s'agit bien de la réactivité. 
Bien souvent, une personne très créative souhaite voir sa productivité aboutir très rapidement. Tout obstacle à cet engouement peut conduire vite au découragement et à l'absence de publication. Je viens d'abandonner résolument le canadien RIM (développeur des Blackberry) après avoir possédé deux terminaux communicants de cette marque pour l'interface Android car depuis l'achat de ma tablette de 7 pouces sous ce système d'exploitation, j'ai immédiatement compris que mon total progrès vers l'internet mobile ne pourrait prendre toute sa dimension que dans l'intégrale adoption de ce système mobile "open source". Utilisateur frénésique depuis 10 ans de toutes les solutions en ligne développées par Google (Drive, Mail, Alertes, Kiosque, Keep, Agenda, Blogger, Chrome...), passer intégralement un jour à Android pour ma mobilité était une évolution courue d'avance. Les dernières solutions développées par Google sur Android et toute la suite logicielle en version mobile, notamment pour actualiser un blog, pourraient dans l'absolu me permettre de relancer ma fougue actualisatrice du passé. 

Jusqu'à maintenant, ma tablette était touchée de certaines limitations matérielles représentatives d'un réel blocage à l'émergence de ce nouveau grand boum d'actualisation dont la plus cuisante fut tout simplement l'absence d'un appareil photo. Je pouvais toujours bricoler une solution tout à fait viable en utilisant celui du Blackberry de qualité très modeste et en transférant ensuite via bluetooth ensuite la ou le paquet d'images depuis ce dernier dans la tablette pour ensuite les utiliser mais ceci n'était pas un ensemble souple. De ce fait, j'avais tenté quelques manoeuvres désespérées sous Blackberry pour tenter d'éveiller ma fougue journalistique en sommeil mais ce fut un semi-échec. Avec l'arrivée de ce smartphone Android, cette dernière limitation vient de voler en éclats car l'appareil photo/vidéo seul dont est doté mon smartphone est l'un des meilleurs du moment sur le marché (13 Mégapixels en photo/1080 HD en vidéo). De plus, certains constructeurs font les choses très bien en dotant Android de leur surcouche proposant parfois notamment nativement un logiciel de montage vidéo directement dans l'appareil afin de pouvoir en dégrossir le maximum depuis sa poche. 
Autant vous dire que j'espère tirer profit de ce débridage dès mes prochaines sorties...

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...