7 juillet 2013 - Pays de Bray : Photo, vidéo et observation

Le 7 juillet 2013, parti à 8h30 et revenu à 19h, j'ai sillonné le Pays de Bray Picard. Cela faisait si longtemps que je ne m'étais pas attardé en ce territoire si cher à mon coeur. Ce fut l'occasion de suivre un très long circuit à travers ma campagne préférée pour observer, photographier et même filmer au détour des routes empruntées. 

Cette année, la sortie des bovins fut particulièrement tardive (timidement en avril et le plus gros des troupeaux en mai) avec la météo et ce fut avec beaucoup d'émotion et sans toutefois de réelle surprise en ce mois de juillet, presque cinq mois après mon précédent passage dans la zone que j'ai pu retrouver mes animaux favoris broutant dans les champs. J'ai passé ma première partie de journée le long de l'étendue d'eau du Moulin de la Forge (proximité de la commune LE VAUMAIN) car il y a trois ans de cela, en 2010, j'y avais aperçu un héron cendré et je pensais pouvoir y tester ma longue-vue FREHEL 20-60x80mm. Peine perdue, la récolte sera pauvre mais j'ai tout de même eu ma petite consolation en jouant à cache-cache avec un lièvre, apparemment très joueur, entre les bottes de paille, avec pour instrument de contemplation ma paire de jumelles FREHEL 8x43 se révélant toujours plus excellente et indispensable, de sorties en sorties. Expérience oblige, je suis parvenu à répartir l'essentiel de mon matériel de reportage intelligemment dans un sac à dos bien plus petit, bien plus pratique et bien plus léger, laissant le reste à la maison quand celui-ci ne se révèle pas à-priori obligatoirement très utile. 
Ainsi, sur mon dos, avec un poids parfaitement maîtrisé, il m'est possible dorénavant d'emporter :
  • Mon reflex NIKON D7000 avec un objectif pré-monté
  • Un second objectif pour le reflex
  • Mon compact NIKON Coolpix P7100
  • Un jeu de filtres (polarisant + UV)
  • Mon camescope SONY HDV
  • Le kit de nettoyage pour mes optiques
  • Tous mes jeux de batteries pour alimenter les 3 appareils
  • Télécommande sans fil pour les appareils NIKON
  • Un jeu de cassettes pour le camescope
  • Mon nouveau trépied de randonnée polyvalent à niveaux à bulle acheté avec la longue-vue amarré bien confortablement à l'arrière du sac

Il y a deux mois, lors de mon très court séjour à Tours suivi de mon passage au zoo de Beauval, j'avais commencé à expérimenter cette nouvelle organisation et celle-ci s'est alors encore améliorée à l'usure de la pratique. Le nouveau progrès est indéniablement mon nouveau trépied à niveaux à bulle venant remplacer une solution fonctionnelle avec mon compact mais beaucoup moins polyvalente qui consistait à utiliser un Gorillapod. Moins tourné vers une photographie exclusive comme ce fut le cas jusqu'en 2011, j'ai naturellement cherché à diversifier mes possibilités créatives, notamment par mon investissement dans une autre activité annexe : La vidéo. Cette évolution était dans l'air du temps depuis 2008 et il m'aura fallu quelques années avant de me décider enfin à abandonner un peu de mon perfectionnisme en photo pour m'installer un peu derrière la caméra. En fait, je me suis rendu compte qu'en 2008, je n'étais pas mûr en photo donc comment aurais-je pu l'être pour la vidéo ? Curieusement, ce que j'ai appris en photo me sert aujourd'hui à faire la différence en vidéo puisqu'il s'agit pour les deux activités de maîtriser mise en scène et cadrage. Pour l'épanouissement de cette seconde activité, il s'est révélé indispensable de réorganiser ma façon de procéder en emportant désormais tout juste ce dont j'ai besoin pour survenir à l'accomplissement de mes buts. Cette décision allège mon dos et me permet d'en accomplir paradoxalement beaucoup plus ! Pour l'instant, pour emporter ma paire de jumelles et ma longue-vue, je n'ai pas trouvé mieux que d'utiliser un second sac à dos installé sur un petit chariot afin de pouvoir trainer sans trop de fatigue tout ce matériel d'observation derrière moi pendant une randonnée, à défaut d'avoir trouvé la solution idéale (un plus gros sac pour réunir tout le matériel sur mon dos ou toute autre solution moins encombrante dans tous les cas).

Cette année, la sortie des bovins fut tardive avec la météo et ce fut avec beaucoup d'émotion et sans toutefois de réelle surprise en ce mois de juillet, presque cinq mois après mon précédent passage que j'ai pu enfin retrouvé mes amis "beugleurs". Quelques photos de vaches charolaises ainsi que presque 10 min de séquences en présence d'un beau couple (taureau + vache charolais) et leur jeune veau, voici venue l'une des récoltes les plus intéressantes de la journée. J'ignore si les habitants du Pays de Bray semblent se reconvertir progressivement dans les chevaux plutôt que de poursuivre l'élevage de bovins mais en un seul après-midi, jamais il ne m'étais encore venu l'occasion d'observer autant d'ânes, de mulets et de chevaux sur une surface aussi étroite !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...