27 juin 2013 - Travail d'un soir : Arbre des espèces d'oiseaux


J'ignore si cet arbre consacré aux espèces d'oiseaux de France rejoindra un jour une page de mon portail internet officiel mais dans un premier temps, je le publie immédiatement sur mon blog car il s'agit de mes travaux de synthèse de ce soir car je souhaitais absolument y voir très clair en ornithologie en ce qui concerne l'étendue des types de volatiles que je serai susceptible de rencontrer dans la nature au fur et à mesure de mes explorations dans le champ de mes jumelles ou de mes autres instruments d'optique. On remarquera du premier coup d'oeil la proéminence de la sous-fammille des Passeriformes (Les Passereaux) parmi les volatiles. Les Passereaux est le type d'oiseaux tout à fait courant peuplant nos jardins à la campagne comme à la ville. Pour entrer en contact avec les individus des autres sous-familles, il ne faut pas hésiter à voyager un peu partout en France ou tout simplement à multiplier les changements de milieux naturels (mare, forêt, plaine, haute-montagne...).

Ornidroid : Un logiciel gratuit pour téléphone et tablette Android pour l'ornithologue

Equipé d'une tablette Android de sept pouces, l'ASUS NEXUS 7, depuis avril 2013, mes débuts en ornithologie découlèrent en toute logique sur des recherches en direction des solutions culturelles open source communément trouvées sur le grand marché GOOGLE PLAY. Les solutions électroniques remplacent peu à peu les solutions papier, bien que je reste infiniment convaincu qu'il reste bien plus pratique pour l'observateur d'avoir recours pour les identifications de ses cibles à des planches papier plastifiées dans certaines conditions météorologiques difficiles puisque les téléphones ainsi que les tablettes sont assez facilement sujets à l'oxydation en milieu humide (sous-bois, pluie soutenue...).

Si l'offre est nulle du côté des races bovines, le monde de l'open source Android propose par contre un merveilleux logiciel gratuit recensant environ 450 espèces d'oiseaux observables en Europe, se basant notamment sur l'encyclopédie Wikipédia pour sa base de données photographiques.

Pour chaque espèce, Ornidroid propose :
  • une ou plusieurs photos, zoomables pour observer les détails précis d'un oiseau
  • un ou plusieurs enregistrements sonores issus de la base de données en ligne xeno-canto.org
  • une courte description pour aider à l'identification
  • la liste des traductions du nom de l'espèce dans 19 langues
Si vous ne souhaitez pas, comme moi, devoir charger les images et les sons au fur et à mesure de vos besoins à partir de votre connexion cellulaire 3G (si votre appareil Android en est pourvu), la meilleure méthode reste encore de télécharger une bonne fois pour toutes chez vous en WIFI la quasi-totalité de la base des données (images et sons) de 200 Mo dans la mémoire interne de votre appareil afin que cette application soit totalement utilisable hors-ligne en parfaite indépendance par rapport à un réseau. Cette méthode s'avère d'autant plus pratique si vous utilisez régulièrement cette application sur le terrain comme base de travail principale.

Pour l'installation, rendez-vous sur le site principal de l'application : https://github.com/giletvin/ornidroid/wiki/Installation

L'application sur GOOGLE PLAY : 

2013 : Le point sur mes activités...

Vous l'avez sans doute remarqué pour cette année 2013 : Mon portfolio tarde à s'actualiser puisque même le diaporama de ce blog ne s'enrichit plus, mon portail internet général avance très lentement au rythme de mises à jour devenues rares et mes articles ainsi que déplacements en Pays de Bray deviennent excessivement timides. Pourtant paradoxalement, vous avez pu constater aussi que j'étais toujours partant pour des projets. Ce n'est pas qu'une illusion, il s'agit d'une réalité : A partir de la fin 2011, j'avais déjà eu beaucoup de peine à suivre un programme photographique dynamique en me lançant dans l'édification de mon portail internet OBSERVATION ET IMAGERIE - TEMOIGNAGES

Depuis novembre 2012, ma vie personnelle a été bouleversée avec ma rencontre avec mon adorable compagne actuelle, au point que mon beau projet de parcourir les intérieurs des églises de Paris avec mon NIKON Coolpix P7100 en fut suspendu jusqu'à nouvel ordre car je ne peux tout faire. S'occuper de mon amour est une tâche tout aussi importante, si ce n'est plus, que de devoir me préoccuper simplement de mes projections intellectuelles puisqu'une femme est un être humain (et cela n'attend pas toujours comme le matériel). Réellement, si mes travaux photo ne semblent pas avancer, ce n'est pas par manque de matière mais par manque de temps au milieu d'un océan de passions pour dédaigner enfin m'occuper du développement et de la publication d'une sélection toujours sévère de mes meilleures images contenues dans presque 20 Go de négatifs numériques d'inédits accumulés depuis mon reportage d'octobre 2012 au sein de la cathédrale de Rouen. Parallélement, mon esprit est tiraillé par des exposés techniques n'avançant presque pas mais également par mes tâches professionnelles pour mon employeur et vous obtenez alors la situation actuelle : Le découragement...Alors que ma vie est un formidable vivier d'idées, de projets, de passions, d'émotions positives.

Depuis cet hiver, il ne va pas sans dire que la météorologie est également étrange et minable. Ayant pour drôle d'habitude de ne sortir au volant de ma petite voiturette de tourisme que lorsque le temps est de la partie, de février à novembre en général, car c'est toutefois plus commode pour pratiquer la photographie d'évoluer sous la lumière solaire, je ne peux pas dire que l'année 2013 soit un exemple de météo favorable pour pratiquer mon art. Puisque l'existence est pleine d'intérêts divers et que j'ai pour tendance de me réinventer très facilement sans cesse de nouveaux sujets grâce à ma curiosité toute naturelle et cela tandis que mon dossier photographique sur Paris est plutôt voué à l'abandon, il me fallut trouver une ligne directrice afin de retrouver mon MOI profond dans une activité "innovante" qui puisse être praticable par temps clair comme par temps couvert, par temps sec comme par temps humide et sans pour cela me fixer la pression inflexible de devoir produire de bonnes images sur ma carte mémoire. Aujourd'hui, une nouvelle réalité semble se dessiner face à moi :  Produire des images remarquables, c'est bien mais apprendre à vivre, c'est encore mieux. Pourquoi ne pas aller à la rencontre finalement de la structure de base de mes centres d'intérêts : L'observation ?

L'achat fort récemment de ma propre paire de jumelles 8x42 tout à fait étanche représente un premier pas à l'étrier dans cette nouvelle direction au bon milieu de cette vie de grand passionné de nature, d'astronomie, de vaches, d'oiseaux, de vieilles pierres...Sans cesse remise en cause ou remaniée au gré des courants existentiels imposés par les conjonctures du moment. Découvrir, expérimenter, me mesurer à l'inédit est bel et bien le chemin continuel de mes pratiques puisque je ne compte déjà plus à l'âge de seulement 30 ans, le nombre d'instruments d'optique, le nombre de dispositifs, le nombre de bricolages et le nombre de logiciels de traitement d'images ayant fait mon bonheur durant des nuits, des jours et des milliers d'heures d'expérimentations parfois délirantes à me casser la tête pour tenter de lever le voile et maîtriser ce qui pouvait l'être à mon niveau de simple utilisateur.

Il n'y a pas plus tard que la veille, je me disais que la nature est vraiment trop belle en observant au travers de cet instrument fraîchement investi ce magnifique Verdier d'Europe tout heureux, posé sur sa branche dans l'un des arbres du jardin familial, pendant que se déchaînait une très grosse chute de pluie qu'il observait d'un regard brillant, paisible et satisfait. Le bonheur authentique, absolu, n'est finalement jamais loin et il conviendrait peut-être de me libérer parfois de ces chaînes virtuelles du perfectionnisme artistique pour me consacrer plutôt à la pleine utilisation d'un élément dont je regrette souvent l'emploi trop restrictif depuis son achat en juin 2008 : Ma voiturette de tourisme.
Ne m'en servant pas pour me rendre sur mon lieu de travail, je me suis souvent bataillé pour lui trouver un usage régulier puisqu'une voiture qui roule trop peu s'abîme bien plus vite qu'une voiture roulant très régulièrement et ce n'est pas la première fois que je m'exaspère sur ses longs, trop longs séjours dans le garage. Or, lorsque la saison de la photographie arrivant, c'est toujours avec joie que je redécouvre le confort de la pleine mobilité offerte par la possession d'un tel véhicule.

Le nouveau programme préliminaire 2013 afin que tout ce petit monde retrouve sa place de pleine utilité ? L'ornithologie certainement ! L'avantage de cette activité ? Qu'il pleuve à torrent ou qu'il fasse très sec, elle est pratiquement tout le temps praticable, ce qui fait que les prétextes de motivation pour prendre le volant de ma voiturette sont parfaitement trouvés. Quant à la photographie, on verra désormais en fonction des occasions qui se présenteront car il y a une bonne quantité à développer et mettre en ligne. A ce propos d'ailleurs, mes premières recherches pour commencer cette nouvelle activité m'ont déjà conduit à découvrir la liste des sentiers de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) de la Haute-Normandie dont certains dans mon fameux Pays de Bray...De nouveaux murs s'effondrent laissant apparaître des perspectives nouvelles et mes connaissances mutent ; Seule inconnue : Les prochains grands virages de ma vie personnelle et les obstacles imprévus !

Parfois, j'espère juste que mes interlocuteurs arrivent à me suivre dans mes démarches car les chemins linéaires ne sont guère mon fort !

23 juin 2013 : Retour à l'observation pure de la nature !

Ce milieu d'année 2013 s'illustre par mon retour en force dans le domaine de l'observation pure. Courant de mon enfance, mes parents ont possédé une excellente paire de jumelles 7x50 de type "Prismes de PORRO". Ces jumelles, bien que très performantes avec leur pupille de sortie de 7,1 mm (luminosité compatible jusqu'au domaine de l'astronomie) étaient encombrantes mais aussi très lourdes rendant leur utilisation inappropriée sur le très long terme d'une randonnée.

Depuis 1999, habitué à la manipulation de grosses artilleries optiques autorisant la production d'images (télescope, lunette ED, monture allemande informatisée...), j'ai pendant très longtemps boudé la paire de jumelles, bien qu'il m'arriva plutôt fréquemment d'utiliser celle de mes parents sporadiquement lorsque mes nuits consistaient à repérer des objets célestes lumineux et très étendus. Tombé dans la marmite de la photographie artistique à partir de 2005, la présence d'une paire de jumelles au sein de mon catalogue d'outils tardera à venir et il aura fallu attendre l'été 2013 soit le dimanche 23 juin 2013 pour que cette "déficience" soir résolue.
Absorbé par une passion frénésique pour l'image, j'en ai presque oublié pendant huit ans que l'observation attentive de notre nature peut réserver à elle toute seule beaucoup de satisfaction.

Photographe des terrains pittoresques d'une normandie sauvage mais certainement pas artiste de salon, l'achat de cette paire de jumelles se devait d'être finement mûri car il ne s'agit pas d'un investissement à prendre à la lègère et il fallait que celle-ci soit capable de m'accompagner jusque dans les conditions météorologiques les plus extrêmes (boue, pluie violente, air salin, ambiance poussiéreuse,...), ce dont la bonne vieille paire de jumelles 7x50 de mes parents n'est point adaptée, tout en garantissant une parfaite maniabilité de part sa légéreté (moins du kilogramme) mais également une très bonne luminosité pour que celle-ci soit parfaitement utilisable dans des conditions de lumière, même très précaires (sous-bois, crépuscule, ciel très couvert et...Même la nuit !). Le grossissement se devait d'être également modéré (7 ou 8 fois mais guère plus) pour que son utilisation à main levée soit parfaite, sans devoir recourir à l'usage d'un trépied. En somme, le nombre de mes critères d'exigence guidant mon choix était excessivement élevé mais cela ne signifiait pas pour autant qu'il me serait difficile de trouver le modèle respectant chacun de ceux-ci.

J'ai trouvé mon bonheur dans un magasin comptant parmi les cinq enseignes les plus populaires de France : Nature & Découvertes, ayant élaboré sa propre gamme de paire de jumelles depuis 1990 prénommée Fréhel, en partenariat avec la marque d'instruments optique de très haut de gamme (télescopes, lunettes de visée, télémètres, GPS, équipements de visée nocturne...) bien justement renommée Bushnell, fondée au Japon en 1948 par David P. Bushnell. Pour répondre à mes exigences de randonneur spécialisé, ma recherche s'arrêta sur la composition optique et mécanique intéressante des jumelles 8x42 Fréhel Performance. Cette paire de jumelles présente le critère de base que j'attendais d'une paire de jumelles : Une résistance à toutes épreuves par une véritable étanchéité à l'eau et aux poussières garantissant son utilisation endurante dans les milieux très sales comme aux abords de fermes et cela même sous les pluies les plus intenses et...Même par immersion totale sous 1,5 m de profondeur pendant 3 minutes grâce à l'emploi de joints toriques purgés à l'azote !

Optiquement, le choix d'une ouverture de 42mm pour un grossissement de 8 fois avec une construction de type "Prismes en Toit" permet d'obtenir une paire de jumelles compacte, légère (environ 670 g) mais surtout lumineuse (pupille de sortie confortable de 5,2 mm) compatible avec tous les types d'observations et cela dans presque toutes les conditions d'éclairage : Incontournable pour moi ! Dans le listing des traitements optiques, j'ai retrouvé dès l'ouverture du carton et déballage de son contenu, les bien charmants liserés verts bien plaisants à voir sur les lentilles des objectifs et des oculaires auxquels je fus tant habitué avec mes différentes instrumentations astronomiques attestant immédiatement de la qualité optique très supérieure de l'ensemble. Ces traitements ont bien entendu été appliqués à toutes les surfaces, tant sur les lentilles extérieures que à l'intérieur sur l'intégralité du chemin lumineux, de l'objectif jusqu'à l'oeil de l'opérateur. Mieux encore, j'ai noté l'existence d'un traitement de correction de phase des prismes en toit, bien meilleur que le simple traitement anti-reflet, jadis exclusivement réservé aux seuls modèles de prestige (inabordables pour l'amateur) de la marque bien célèbre Leica, il y a encore de cela quinze ans - jusqu'en 1997. Je tâcherai de le vérifier ultérieurement mais ce traitement de haut vol permet d'atteindre un contraste de très haut niveau compatible avec l'observation astronomique avec les jumelles 8x42 Fréhel Performance.

Enfin, les porteurs de lunettes comme moi à la myopie prononcée n'ont pas été oubliés dans l'élaboration de ce modèle grâce à des oeilletons d'oculaires en caoutchouc rétractables, à l'image de ceux équipant les excellents oculaires PERL-VIXEN Luthanium que j'utilise avec mon télescope Schmidt-Cassegrain (Celestron 8) depuis 1999. Confort optique garanti !

Les quelques tests pratiques effectués en ce 23 juin par mes soins sur quelques oiseaux et sur des paysages de mon Val D'Oise (95) tout proche, sous une pluie modérée par temps couvert mais aussi sous le soleil (météo très fluctuante au cours de la même journée) sont venus affirmer sans la moindre hésitation la très élogieuse fiche technique de ce bel objet particulièrement prometteur. 
En cet été et automne 2013 en devenir, il est bien certain que l'achat de cette paire de jumelles va peser très fortement sur mes nouvelles futures explorations du Pays de Bray car j'aurais désormais de quoi occuper mes sorties lorsque le temps ne sera pas toujours favorable à la photo. Ce sera l'occasion bien certainement d'effectuer des pointages inédits conduisant à la découverte de nouveaux lieux, de nouveaux points de vues en exploitant les 8x du dispositif en conjugaison d'un autre outil venu me seconder dans mes explorations, il y a quelques mois : Ma tablette tactile communicante 3G+ NEXUS 7 dotée de la version mobile Google Maps la plus aboutie à ce jour. La haute technologie est venue rejoindre ma soif d'observation et d'imagerie : BANZAI !

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...