11 août 2012 : Parc de La Villette et Parc des Buttes-Chaumont

Panoramique de la cité des Sciences et de l'Industrie de La Villette en travaux en trois images - Août 2012

Sous un ciel au soleil écrasant sans un nuage, ainsi se déroula ma première réelle excursion photographique parisienne avec mon compact Nikon COOLPIX P7100. Exactement les conditions pendant lesquelles aucun photographe ne travaille en temps normal et pendant notamment moi-même, j'ai absolument horreur de travailler mais je n'avais pas le choix donc on bricole et on essaye de se montrer imaginatif. Après quelques week-ends hésitants sous une météo souvent chargée voire carrément pluvieuse, j'étais en "manque de photo" à l'image du toxicomane à la recherche de sa dose et ce samedi 11 août 2012 fut une occasion de satisfaire une partie de cet appétit.

Une image avec un ciel bleu désespérément vide a vraiment de quoi me frustrer mais j'ai fait avec les circonstances en cessant de me plaindre en laissant pour une fois mon perfectionnisme de côté compte-tenu que je retrouvais les plaisirs de faire des images après quelques semaines d'abstinence forcée par les conditions climatiques. Le panoramique de 3 images ci-dessus de la cité des Sciences et de l'Industrie de La Villette illustre à lui seul avec sa géode, la violence et pauvreté de l'éclairage disponible. Je ne m'attarda pas plus longtemps en ce lieu car ce ciel bleu m'énervait vraiment trop ! Tout n'est jamais négatif en ce monde et j'ai fini par accepter cette météo lorsque je m'aventura dans le Parc des Buttes-Chaumont (XIXème arrondissement), noir de monde en pareilles conditions pour les habitués aux bains de soleil, allongés comme des lézards devant le bombardement incessant d'UV-A et d'UV-B. 

Le Parc des Buttes-Chaumont ou la Côte-d'Azur ?

A raison de faire fonctionner mon esprit créatif sur des sujets en dehors des grands-angles laissant apparaître cet horrible ciel bleu et par exclusion des zones en plein soleil en privilégiant les espaces ombragés, je suis parvenu à capturer de bonnes images notamment sur le mouvement de l'eau en abusant délibérément de vitesses d'obturation lentes. Au milieu de ces centaines d'esprits simples singeant tous la même chose, je suis convaincu qu'il y a toujours sa part du gâteau à prendre en qualité de photographe. Observation et patience reste le bi-moteur le plus prometteur en toutes circonstances. Ce qui est toujours fort amusant est la forte propension de regards tournés en ma direction laissant facilement deviner l'étonnement de ces lézards de verdure devant mes travaux d'imagerie : "Qu'il-y-a t-il d'intéressant à photographier ?". Ce compact, le P7100, bien qu'il soit nettement plus gros qu'un compact ordinaire fait finalement office d'une vraie discrétion par rapport à un reflex et je suis certain que si j'avais voulu le faire, j'aurai pu oser très aisément quelques clichés de rue sans provoquer la moindre réaction négative vis à vis de mes sujets humains anonymes. Avec cet appareil, je passe véritablement pour le touriste de passage prenant des photos souvenirs mais certainement pas pour le photographe expérimenté que je suis en réalité. Tout est purement le fruit d'un fait psychologique : Vous vous présentez avec un reflex, cela peut poser problème ; vous vous présentez avec un compact, tout le monde vous ignore bien gentiment comme si vous n'existiez presque pas ! C'est super ! Tant pis pour eux si j'en abuse alors pour faire de l'art impunément ! Je suis indiscutablement entré dans une incroyable progression de ma vision de photographier que je pourrai appeler "le lacher-prise". Moi qui craignait tant mes pairs par le passé, "les autres", je me suis beaucoup détendu vis à vis de leur présence et aujourd'hui, je m'en fiche pas mal de leur avis s'il me faut me "ridiculiser" pour pratiquer mon art, ce risque est parfois le prix à payer pour obtenir une bonne photo. 

Je suis désormais, sans abandonner les décors vallonnés de mon Pays de Bray et dénaturer ma personnalité bien particulière, tout à fait mûr pour pratiquer la photographie dans toutes les circonstances possibles telle que la grande ville de Paris, très loin initialement de mes sollicitudes d'artiste. Reste maintenant à organiser ma rencontre avec la bonne lumière avec les bons sujets et je ne serai plus très loin d'accorder mon talent entre les paysages de la campagne et ceux composant la ville...

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...