12/11/2011 : Le premier diaporama vidéo en ligne sur YOU TUBE



En cette fin 2011, la chose encore non imaginable vient de se produire. Parallèlement à la photographie, j'ai toujours multiplié les passions et les intérêts. Entre autres, j'ai toujours exercé un penchant naturel pour la musique et notamment pour les percussions. En 2001, alors âgé de seulement 19 ans, mon frère aîné me présenta un logiciel de composition musicale. Très rapidement, je pris en main ce produit. De ce séquenceur musical naîtront un certain nombre de maquettes de morceaux dont la destination initiale aurait dû être la sonorisation d'un film jamais réalisé : EQUINOXE. En 2004, je repris plusieurs fois ces maquettes pour les améliorer. Au milieu de ces pistes oubliées fut extraite la musique sonorisant ce diaporama. Dix ans plus tard après avoir posé les premières bases de cette musique, elle s'est finalement imposée publiquement dans cette présentation vidéo. Les délais d'une reconnaissance sont parfois longs !

Cette vidéo est le fruit immédiat de mon passage récent chez Apple ; La puissance du Macintosh se résumant en une prise en main excellente de la vidéo et du son, grâce à ses logiciels et son système d'exploitation le plus évolué au monde...

Penser différemment : APPLE et le Macintosh, c'est le pied !

La différence est un moteur de distinction mais ce genre de contraste avec la communauté peut coûter parfois cher. Je garde en mémoire l'excellente publicité télévisée en 1998 lorsque Steve Jobs (décédé il y a peu, le 5 octobre 2011) fut rappelé aux commandes d'APPLE pour redresser cette entreprise informatique alors qu'il en fut exclu : Un comble pour l'un des créateurs historiques de l'une des seules firmes comestibles.

Le slogan était simple : Think different. Ce slogan reflète à lui seul l'étroite communauté à laquelle appartenait Steve Jobs, cette communauté des gens pensant différemment et concevant l'informatique avec originalité. Steve Jobs était perfectionniste, Steve Jobs n'était pas un homme d'affaires mais un créateur d'oeuvres d'art. De ce même ensemble de personnalités très particulières apparaissant étranges aux yeux des autres, je me reconnais. Utilisateur de Macintosh depuis 1996 (alors âgé de 14 ans), année où mon père s'acheta son premier micro-ordinateur, le Performa 5200 tournant primitivement sur système Mac OS 7.5, je n'ai jamais dérogé à cette fidélité à la marque à la pomme. 


Pour faciliter mes études technologiques, je vais pourtant adhérer au monde de Bill Gates lorsque mon père investira dans le premier iMac cathodique et y fera alors tourner Windows 98 via l'émulateur VIRTUAL PC 3.0. Marginalisé par mon appartenance au monde de la Pomme croquée, je vais pourtant beaucoup apprendre telle que la programmation d'applications sur HyperCard ou bien la restauration sonore numérique de toute la discothèque vinyle de ma famille via le logiciel de gravure TOAST DELUXE. C'est en 2001 que je me converti définitivement à PC avec un petit portable afin d'y faire tourner confortablement notamment le logiciel de CAO SOLIDWORKS 2000. L'investissement de ce portable était également nécessaire car il va motiver durablement mes débuts par mes premières acquisitions CCD planétaires avec une webcam. Conception Assistée par Ordinateur tout comme l'astronomie n'étaient alors représentées à cette époque, uniquement par des logiciels PC. Tardivement avec l'avénement de MAC OS X avec processeur Intel fleuriront les premiers logiciels astronomiques pour les ordinateurs pommés (paumés ?).

Dix ans plus tard, après trois ordinateurs PC tournant respectivement sur Windows 98, XP puis Vista, je viens de signer mon abandon de ces machines pour mon grand retour sur Mac. Ce retour est notamment motivé par le fait que les performances des émulations PC sur Mac de 2011 n'ont plus rien à voir avec les lourdeurs du passé. La vitesse d'un Windows 7 sur un iMac est tout à fait native tandis que nous avions l'impression de déplacer un menhir de plusieurs tonnes lorsque nous exécutions Windows 98 sur un Power Mac G3.

Acheter Mac, c'est penser et percevoir obligatoirement l'informatique différemment. Lorsqu'on achète Mac, peu de limites existent car sur un ordinateur APPLE, on peut pratiquement travailler avec tous les OS, toutes les applications possibles et imaginables. Le système est particulièrement stable contrairement à un Windows. Les mises à jour interminables rencontrées à certains démarrages ou arrêts du PC ne se rencontrent pas sur un Mac. Un Mac s'allume en une quinzaine de secondes environ et s'arrête presque aussi vite. Essayez de faire la même chose avec un PC, je vous lance le défi ! Bien-sûr, aucun système informatique d'exploitation n'est parfait mais l'OS de chez Mac fait figure d'exemple de sérénité depuis de très nombreuses années. Ce n'est point innocent pour le coup, de percevoir la ferveur productrice nouvelle de versions MAC OS X pour de nombreux fabricants de programmes depuis quelques années. SOLIDWORKS et AUTOCAD sont en tous les cas de nouveau produits en deux déclinaisons : La PC et la Mac. Le Mac était presque mort il y a dix ans ; or aujourd'hui, il grignote véritablement le marché de l'informatique détenu par un PC fort...

Loin de mes années lycée où il fallait obligatoirement savoir pianoter sur un PC et accéder à des logiciels métier (DAO, CAO,...), je peux désormais aspirer à rejoindre ma famille originelle du Macintosh, seul véritable micro-ordinateur pour pratiquer mon plaisir du graphisme et du traitement photographique à haute résolution, sans modération !!!

Pour finir, une petite vidéo nostalgique (1998) sur l'iMac G3 qui révolutionna ma façon de percevoir l'informatique :




L'histoire de Steve Jobs mais aussi de son partenaire génial :



L'histoire d'Apple et la philosophie (reportage datant de 1984):





Si vous êtes paumé, pensez au Macintosh !

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...