09/10/2011 - Second boitier reflex : Le NIKON D7000


Aussi surprenant qu'inattendu, je viens d'acquérir le boitier reflex NIKON D7000 sorti il y a un an. Il ne remplacera pas mon NIKON D90 mais vient très agréablement le seconder par ses performances très élevées. Il y en a ne jugeant qu'au travers du boitier pro vieillissant D300 ou D300s mais toujours est-il que les tests sont accablants : Le Nikon D7000 a hérité de beaucoup de l'expertise d'un D300 et le surpasse même nettement sur plusieurs plans décisifs. 

Beaucoup d'avis ont fleuri sur la toile assimilant le D7000 au modeste rôle de "simple" successeur logique du D90, or le D7000 n'est pas son successeur mais un produit hors norme appartenant réellement à une nouvelle gamme très supérieure intermédiaire de boîtiers NIKON se situant à la juste limite frontalière entre le monde professionnel et celui de l'amateurisme, au point d'ailleurs d'équiper certains photographes professionnels recherchant un second boitier très performant mais...léger. Léger semble un terme un peu ironique pour le qualifier compte-tenu de la principale différence existant entre les anciens D70, D80 et D90 construits dans des matières plastiques et ce nouveau venu : Le NIKON D7000 est tout de même plus lourd car c'est un boitier construit dans un alliage de magnésium avec joints étanches comme le D300 pour le protéger de la poussière et humidité.

Tant en investissant dans le NIKON D90 en mai 2009, j'étais resté dans la simple continuité d'un boitier présentant des caractéristiques techniques supérieures (résolution, vitesse rafale, écran arrière nettement plus grand,...) ; tant en prenant en main ce D7000, j'ai conscience de l'appartenance de ce dernier à une gamme de produits indiscutablement plus élevée. Il m'aura tout de même fallu, hier, samedi 8 octobre 2011, passer l'après-midi presque entière à le paramétrer à ma façon de travailler avant d'espérer pouvoir faire ma première photo répondant à mes exigences ! Ceux ayant acquis un D300 et ayant été obligés de potasser à fond les fonctions avant de pouvoir débuter, se reconnaîtront certainement dans ma description.

Liste des principales caractéristiques techniques majeures de ce D7000 :

- Résolution du capteur APS-C CMOS de 16,2 Mégapixels, tout de même...Même si c'est la moins percutante des caractéristiques !

- Possibilité de choisir l'encodage des NEF (l'habituel 12 bits ou l'optimal 14 bits) comme tous les boîtiers NIKON professionnels

- Vrai viseur très lumineux et confortable au cadrage 100%

- Double lecteur de cartes SD paramétrable (débordement, copie de sécurité sur seconde carte, départager NEF et JPEG), compatible avec les excellentes cartes SanDisk SD à la vitesse d'écriture confortable de 30 Mo/sec

- L'un des premiers NIKON à proposer la sensibilité native de 100 ISO pour son capteur CMOS (avantage considérable sur le D300) - A noter que sur les D300, D300s et D90, la sensibilité de 100 ISO était simulée à partir d'une sensibilité ISO native de 200 ISO mais n'était pas native

- Une excellente maîtrise du bruit numérique jusqu'à 3200 ISO (pouvant être étendue jusqu'à 25 600 ISO dans des situations bien particulières)

- Un nouveau sélecteur du mode de déclenchement ultra-rapide (vue par vue, rafale basse vitesse, rafale haute vitesse, retardateur, télécommande...)

- Un mode "déclenchement silencieux" pour la photographie animalière des espèces très craintives

- Un mode "levée du miroir" pour les applications particulières comme l'astronomie

- Enfin la possibilité d'utiliser jusqu'à 9 objectifs sans microprocesseur (la mesure d'exposition reste active) tel que ma lunette 80ED/600 pour la photographie des oiseaux

- Définition de deux réglages de prise de vue totalement personnalisables permettant pour ma part de passer en un clin d'oeil, en tournant juste la molette d'un cran, d'un réglage adapté aux photographies statiques (paysages, architecture, portraits...) à un autre adapté à la photographie d'objets mobiles/difficiles (oiseaux, voitures, motos, avions,...)

- Conception de mes propres menus personnalisés

- 39 collimateurs d'autofocus

- Tous les modes de zones d'autofocus les plus aboutis comme le D300s (sélectif, zone dynamique 9 points, zone dynamique 21 points, zone dynamique 39 points, suivi 3D, zone automatique)

- Nouvelle commande AF permettant de sélectionner très rapidement et simultanément le mode de zone d'autofocus et le type d'autofocus à utiliser (automatique, ponctuel ou continu)

- Une mesure d'exposition TTL au moins deux fois plus fine qu'un D300 (Capteur RVB de 2016 photosites pour le D7000 contre seulement 1005 photosites pour le D300 et même un D3 !) - Pour info, les D70, D80 et D90 possédaient un module de mesure d'exposition de seulement 420 photosites ! Le résultat est époustouflant dans le sens où le D7000 se retrouve au moins deux fois plus réactif également au niveau de l'AF et suivi d'un sujet par rapport à un D300 ou un D3, ce qui suscita beaucoup d'interrogations du public.  Pourquoi NIKON a sorti un boitier amateur présentant des performances si fortes par rapport à la gamme professionnelle encore en vigueur en cet automne 2011 ?

- Rafale sans à-coups d'images jusqu'à six par seconde

- Personnalisation totale des optimisations d'image (système Picture Control)

- Gestion et correction automatique des déformations optiques en coussinet ou barillet des objectifs trans-standards et ultra-grands-angulaires

- Évaluation de la profondeur de champ d'un objectif en temps réel via l'écran arrière du boitier

- Fonction "horizon virtuel" permettant d'utiliser le D7000 pour effectuer rapidement avec précision la mise à niveau d'un trépied (pour effectuer par exemple des panoramiques) lorsque celui-ci n'est pas équipé d'un niveau à bulle.

- Un intervallomètre (excellent pour les applications spéciales) pour déclencher des séquences automatiques de prises de vues (une photo toutes les cinq minutes par exemple)

Devant cette déferlante de performances, même le D300 n'en ressort pas indemne. Le D90, vieux de trois ans, est bien évidemment totalement dépassé mais reste un bon boitier comme compagnon complémentaire ; le D300, notamment, se retrouve relayé à une position de second plan devant l'étonnante précision de la mesure d'exposition du D7000.

Ma sagesse a toujours été ainsi. J'ai toujours été convaincu qu'attendre présente toujours des avantages certains. Je n'ai jamais été du genre à jouer des coudes en me laissant séduire par le chant des sirènes de l'opinion majoritaire. J'ai toujours cru en ce que je pensais. Comme le surdoué Steve Jobs, les messages venant de mon coeur et de mon intuition ont toujours guidé ma vie. Avoir un boitier "professionnel" entre les mains est toujours flatteur mais il reste avant tout qu'un outil. Tôt ou tard, tout constructeur finit par proposer des produits époustouflants, moins chers, dans les gammes amateurs pouvant tout bousculer. Le D7000 est sans doute défaillant dans certains domaines mais il impose naturellement avec tous ces critères, sa position de boitier reflex numérique pour certains professionnels, photographes amateurs "experts" et très exigeants.


Le D300s, plusieurs années après sa sortie, n'a pas encore de successeur pour la gamme professionnelle mais au vu des performances embarquées dans le D7000, je pense que le successeur professionnel DX du D300s devrait se révéler être une véritable bombe !!!

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...