11/12/2010 : L'histoire de l'image dans l'image...

C'est l'histoire d'une très banale ballade brève à pied pour accompagner l'un de mes parents au marché de Noël pour se rafraîchir les idées. 

Je me suis pour ma part décidé à transporter sur mon dos tout mon matériel photographique car j'en avais un peu assez de ne pas pouvoir faire de photographies en extérieur depuis un bon mois et demi dans mon fameux Pays de Bray. J'ai donc pensé que sortir avec mon matériel dans mon environnement immédiat pouvait contribuer à faire malgré tout quelques exercices pratiques afin de "garder la main".

Je ne vous cacherai pas que cette sortie dans une lumière totalement "naze" de fin d'après-midi d'hiver n'était pas du tout réjouissante (boitier réglé sur une sensibilité de 1600 ISO pour une grande ouverture de f/6.3) dans l'odeur grasse envahissante des grillades et du vin chaud. Je ne me suis d'ailleurs absolument pas attardé sur les stands qui n'avaient rien de représentatifs pour une photo. Ainsi dire, comme mon mentor Bryan F. Peterson, je suis certain d'être passé pour un "doux dingue" avec mon sac bien lourd auprès des habitants de ma commune mais ce n'est absolument pas une raison pour renoncer à prendre une bonne photo quand elle se présente enfin.

Comme dans de bien rares fois, j'étais ce jour un peu dépassé par les évènements. Je n'arrivais pas à conserver mon calme. Je bouillais pour tout dire. Pour être bon photographe, il faut être avant tout un être très sensible au monde extérieur. Parfois, malheureusement, cette ultra-sensibilité peut se retourner contre nous. Me sentant stressé et mal à l'aise dans ce petit monde plein d'effervescence, ce parent m'invita à me tourner vers mon ancienne école maternelle pour faire des photos afin de pouvoir dépasser cette certaine timidité oppressante qui m'étrangle parfois complètement dans certaines situations particulières, dont souffrait aussi mon mentor.  "Quelle drôle d'idée !" je me dis aussitôt dans ma tête à la réception de cette proposition et pourtant...Pourquoi pas essayer ?!

Je sortis alors mon boitier NIKON de son sac et je commença à observer ce que je pouvais voir dans le viseur de mon appareil au travers du champ couvert par l'objectif de reportage NIKON 18-200mm VR II.

Appréciant jouer du cadrage en perspectives, j'étais assez énervé d'avoir le sol de la cour de cet établissement scolaire défigurée par un câble électrique d'alimentation qui servait justement à alimenter les éclairages du marché de Noël ! Heureusement, il se cache toujours une image dans l'image pour ne pas revenir bredouille (cadre rouge dans l'image ci-dessus) qu'il convient de savoir détecter. Je déteste vraiment les photographies prises de face car elles sont souvent très plates mais je me décida malgré tout à la prendre car elle répondait à une notion de construction photographique toujours intéressante lorsque la lumière est très diffuse : Les couleurs.


C'est dans ce genre de compositions qu'on apprécie l'invention déterminante que fut la possibilité de pouvoir photographier en couleur dès la grande époque aujourd'hui révolue du film argentique...

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...