14/11/2010 : Un peu de studio avec mon NIKON SB-900...

Suite à un grand ménage que je suis en train d'opérer dans mes affaires, de nombreux objets appartenant à mon enfance font l'objet d'un don à EMMAUS (le très regretté Abbé Pierre), conscient que ces offres de bon coeur permettent de rendre heureux des enfants issus de familles réellement dans le besoin. Dans pareil contexte, la photographie de ces objets représentait deux avantages : Garder une trace de ces objets pour mes souvenirs mais en même temps trouver une bonne occasion de travailler ma pratique de la photographie au flash sur des objets intéressants.

Ce dimanche matin, je me suis alors simulé un studio de photographie en utilisant la table du séjour familial comme récepteur des objets à cadrer. Quant au fond, j'ai opté pour un paravent sur lequel j'ai installé une toile blanche. Mon boitier Nikon D90 coiffé du flash NIKON SB-900 était installé sur mon trépied MANFROTTO afin de garantir une orientation très précise du flash dans la pièce, ainsi qu'un cadrage très précis et très rigoureux pour chaque prise.

J'ai ainsi pu mesurer les avantages ainsi que les inconvénients découlant de l'usage du dôme de diffusion (ou non !) sur la construction d'une photographie avec lumière d'appoint, ainsi que l'impact découlant du choix de l'orientation de la tête du flash. J'insiste bien sur le terme lumière d'appoint car l'illumination de mon flash ne faisait que s’additionner intelligemment à la lumière artificielle produite par l'éclairage du séjour, grâce à l'utilisation du fameux mode de mesure iTTL BL.


Pour illustrer les différents rendus d'éclairage d'un sujet pouvant découler de trois réglages différents de la tête du flash cobra SB-900, j'ai utilisé une poupée. Une poupée présente l'intérêt d'avoir un visage qui réagit à la lumière exactement comme celui d'un sujet humain. L'expérience s'avère donc particulièrement intéressante puisque dans 95% des cas, le flash est d'usage pour les portraits.

Dans les trois cas, le cadrage, les réglages du boitier ainsi que la focale de l'objectif zoom utilisé (le 18-70mm) sont absolument identiques pour une appréciation objective des résultats de cette expérience.

Pour la première image de la poupée ci-dessus, la tête du SB-900 est coiffée du dôme diffuseur et pointe vers le plafond de la pièce. On constate bien l'effet très doux découlant du diffuseur. La lumière du flash est bien diffusée sur l'intégralité de la poupée. Seul bémol : Malgré un envoi de l'illumination intégralement vers le plafond, on observe des ombres en arrière-plan de la poupée. Cela semble provenir du dôme de diffusion qui n'est pas opaque sur les rebords ; Du coup, une partie de la lumière diffusée s'échappe directement sur le sujet, comme si on pratiquait en illumination directe.

Du coup, pour construire la seconde image qui va suivre, j'ai enlevé le dôme diffuseur, la tête du SB-900 pointant toujours vers le plafond de la pièce et j'ai déclenché sans me poser plus de questions.


On constate la disparition des ombres disgracieuses, ce qui prouve que nous procédons bien par illumination indirecte. Malheureusement, on constate aussi que la lumière ne se diffuse plus sur l'ensemble du sujet et que l'éclairage est dur. De plus, la lumière redescendant directement du plafond condamne le visage de la poupée à rester dans l'ombre, notamment les yeux. Seules les ombres très très légères engendrées par l'éclairage artificiel du plafonnier de la pièce demeurent visibles au niveau des pieds par rapport au sol... 

Pour troisième expérience et dernière tentative de saisir convenablement ce sujet, je vais construire la troisième image. Pour ce faire, je vais tourner la tête du SB-900 de 90° par rapport au sujet et rabaisser cette même tête totalement à l'horizontal de façon à envoyer la décharge lumineuse sur la baie vitrée de la pièce. Le verre offre en général un pouvoir de réflectivité très très fort de la lumière, autour de 85%. 


On aperçoit bien que ce choix est assez judicieux par le fait que la lumière ainsi envoyée par le flash sur le sujet ressemble beaucoup au comportement d'une lumière naturelle provenant de l'extérieur. Or, au moment de la prise de vue, aucune lumière du jour ne pouvait parvenir au sujet car le volet de la baie vitrée était totalement clôt ; quant à l'heure très matinale de la prise de vue en ce mois de novembre, elle n'aurait jamais autorisé ce résultat.

Enfin, l'angle d'arrivée de la lumière du flash autorise la mise en valeur du visage et des yeux de la poupée, ce qui n'était pas le cas dans la prise précédente. Les ombres autour du sujet devenues très floues en deviennent quant à elles esthétiques...

Ce jour, j'ai ajouté la rubrique "studio" à mon blog afin de vous permettre de découvrir au fur et à mesure mes quelques amusements au flash. Je parle bien d'amusements lorsqu'il s'agit d'utiliser un flash car cela ne fait pas de mystère que les choses sérieuses ne commencent réellement pour moi que lorsque je peux m'exprimer artistiquement, en exploitant tout le modelé de la seule lumière naturelle du jour disponible...

2 commentaires:

Jil a dit…

Belles photos!

Autrui a dit…

Sur la seconde photo (milieu), les yeux de la poupée ne ressortent pas assez. On dirait une poupée de films d'horreur...

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...