Réflexion du dimanche 28 novembre : Blogger en 2010...C'est quoi ?

Jamais je n'aurais pu imaginer que "blogger" pouvait pousser les possibilités de communiquer avec le monde, aussi loin. Nous sommes désormais à des milliers de kilomètres des blogs qui existaient au tout début de la démocratisation de ces carnets intimes électroniques sur internet au tout début des années 2000. Année après année, "blogger" est un pouvoir d'expression qui nous offre davantage les moyens de créer des portails sur la toile d'une façon ultra-simple, sans avoir la moindre connaissance en langage HTML.

En octobre 2003, après de multiples mois de travail, lorsque j'eus mis en ligne la première mouture de mon site internet, je regardais à cette époque les blogs très honnêtement avec un réel mépris mais aujourd'hui, il faut reconnaître que ces petits portails électroniques sont parvenus à une bien réelle maturité, au point que désormais tout ou presque de ce qu'il était possible d'obtenir en construisant son propre site internet de A à Z, est véritablement possible avec un blog en déployant cent fois moins d'efforts. Si on m'avait dit en 2003 que sept ans plus tard, je pourrai constituer une base de données afin de partager le plus simplement du monde des présentations, des documents textes, des tableurs, des PDF directement depuis mon blog, en plus de mes billets courants, sans devoir recourir à une surface de stockage tierce pour l'accueil de ces documents, je n'y aurais pas cru une seconde !

Comme cela fut l'objet de mes premières initiales préoccupations en ouvrant ce blog en 2008, la possibilité d'un tel partage rejoint mes espérances les plus chères de pouvoir rendre disponible sans aucune limite et avec totale convivialité une assez grande partie de ma base de données regroupant toutes mes compétences annexes, mes découvertes et mes conseils en tous genres, en m'éloignant totalement du narcissisme courant d'un site internet. De plus, blog rimant naturellement avec édition instantanée depuis n'importe quel ordinateur connecté à internet sur la terre, en ayant absolument aucun fichier à gérer sur disque dur ni procédure complexe pour la mise en ligne, c'est aujourd'hui devenu le meilleur moyen d'être présent en permanence sur la toile. On en oublierai presque que internet, il n'y a pas encore très longtemps était un moyen d'expression réservé à un petit groupe d'experts !

Vous pouvez dés lors accéder à cette base de données via les intercalaires du blog... Bonne découverte !

27/11/2010 : Test du NIKON 18-200mm avec le flash NIKON SB-900

En ce samedi 27 novembre 2010, j'ai installé l'objectif NIKON 18-200mm sur mon boitier pour tester le comportement du flash cobra professionnel NIKON SB-900 avec les longues focales de 70 à 200mm. NIKON indique en effet dans la fiche technique du SB-900 que celui-ci est capable de couvrir parfaitement en illumination les focales de 17 à 200mm (14 à 200mm avec le diffuseur). Mon objectif de reportage permet justement de procéder à tous les tests que l'on peut imaginer pour confronter les promesses de NIKON sur son SB-900 avec la dure réalité de la pratique.

NIKON D90 + NIKON 18-200mm VRII (réglé à 200mm) + NIKON SB-900
1/60ème de seconde - F/10 - 200 ISO - Illumination indirecte du flash par le plafond (aucun diffuseur)
L'illustration ci-dessus vous montre ce qu'il possible d'obtenir avec le flash SB-900 avec mon objectif de reportage utilisé à sa focale maximale de 200mm sur le détail d'une bouteille de Cognac. Par ailleurs, vous remarquerez que j'ai accompagné mon image test d'aperçus à 100% pour vous permettre d'apprécier le piqué assez honorable du NIKON 18-200mm, pourtant utilisé à l'une de ses focales les plus défavorables.

Sur sujet humain, le NIKON 18-200mm se révèle tout simplement incroyable lorsque celui-ci est utilisé à une focale où ses performances sont optimales. Ce profil très serré du visage de mon père avec un beau flou d'arrière-plan sur le côté gauche vous en convaincra.

NIKON D90 + NIKON 18-200mm VRII (réglé à 112mm) + NIKON SB-900
1/60ème de seconde - F/10 - 200 ISO - Illumination indirecte du flash par le plafond (aucun diffuseur)
Je puis affirmer dorénavant pour les reportages en intérieur que le duo NIKON 18-200mm + NIKON SB-900 avec n'importe quel boitier NIKON récent (D90, D300, D300s, D5000, D7000) sur portraits ou objets, est susceptible de satisfaire les plus exigeants dans un grand nombre de situations ! La stabilisation optique qui équipe ce super trans-standard n'est également pas étrangère à ces performances très haut de gamme. Conduire des reportages de qualité avec un seul boitier, un seul objectif et un flash cobra professionnel puissant, c'est voyager particulièrement léger...Quelle aubaine !!!

Lors d'un séminaire en 1990, mon mentor Bryan F. Peterson affirmait par ailleurs sous le ton de la plaisanterie qu'il attendait la sortie d'un zoom 20-400mm ouvert à f/2.8, à lentille ED (lire "Pratique de la photo créative" - mars 2010). Bien que cet objectif n'existe toujours pas à l'heure où je publie ce billet, il est certain que à la vue des performances inattendues du 18-200mm VRII et des performances étonnantes du flash cobra SB-900, que nous en sommes chaque jour plus tout à fait très loin...

Réflexions sur l'environnement et présentation de la "Pratique de la photo créative - Bryan Peterson"

Depuis le milieu des années 90, Bryan F. PETERSON est un nom qui signifie beaucoup pour moi en matière d'enseignement photographique puisqu'il s'agit tout simplement de mon mentor dans la discipline. Aujourd'hui, il m'importait de faire autre-chose que de la photographie, à savoir me "rhabiller" pour l'hiver qui vient et qui semble avoir déjà un sérieux mordant mais aussi partir à la chasse d'un livre technique pour mon secteur d'activité : L'énergétique.

Outre la photographie, je ne parle en effet presque plus jamais de mon véritable métier qui me nourrit tous les jours, qui représenta six ans d'apprentissage ainsi que 4 diplômes et pour lequel je voue également un grand attachement : La conception industrielle sur logiciels métier (CAO, DAO, simulation et calculs).

Voici presque quatre ans que je travaille dans une entreprise en perpétuelle croissance dans le domaine des énergies renouvelables et du confort intérieur (chaleur et climatisation). Un secteur d'activité très éloigné de celui de ma formation initiale en petite et moyenne mécanique mais qui a le mérite de correspondre à tout ce que je défend depuis presque 15 ans dans la préservation de la nature ; "énergies renouvelables" (bois, vent, solaire...) rimant en effet avec lutte contre l'effet de serre donc contre le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique fait beaucoup de dégâts sur les êtres vivants en règle générale et Hubert REEVES, lui-même, ne s'étant jamais caché du nombre impressionnant d'espèces animales qui pouvaient disparaître chaque année, suite à ce grand désordre mondial.

Bryan F. PETERSON fait parti de ces grandes personnalités de notre monde d'aujourd'hui qui pratiquent aujourd'hui ce métier par la plus simple des providences, qui les frappa un jour comme un éclair alors qu'elles se destinaient initialement à faire autre-chose de leur existence.

La vie que l'on croit toute tracée n'existe pas et je suis toujours très fasciné d'en savoir toujours plus sur ces personnes exceptionnelles qui furent un moment donné très précis de leur vie, confrontées à une révélation brutale quelconque...

Bryan a attrapé le virus de la photographie par hasard à 18 ans alors qu'il se destinait à devenir peut-être un jour dessinateur de Bandes-Dessinées. Trente-huit années se sont écoulées depuis que son frère aîné Bill lui confia un appareil photo. Aujourd'hui (2010), âgé de 56 ans, Bryan est toujours aussi jeune dans sa tête !

La formation photographique de Bryan y est pour beaucoup dans le contenu de mon portfolio d'aujourd'hui et pour ce que je suis devenu depuis ce fameux jour de 1996 où je me décida à jouer avec l'appareil argentique de mon père et cela sans occulter tout le mérite qui me revient d'être aujourd'hui toujours aussi passionné, après avoir livré tant d'efforts et d'expériences personnelles pour développer mon propre sens d'observation créative sur la nature et les objets.

Lorsque ce vendredi 26 novembre 2010 après-midi, je suis tombé en librairie (non, non, rassurez-vous, je me suis pas fait mal !) sur le dernier livre de mon mentor "Pratique de la photo créative", sorti 8 mois plus tôt, je ne pu que me sentir invité à l'ouvrir pour en découvrir la teneur. Dès les premières lignes, j'y ais reconnu l'empreinte de celui qui m'avait invité des années plus tôt à faire mes timides débuts, d'un temps aujourd'hui définitivement révolu où la pellicule était encore le support de référence et le numérique, un rêve !

En guise de conclusion à cette publication du soir, je fus ravi de découvrir que mon mentor et moi-même, bien que sans contact, avions évolué avec la même certitude : La surface sensible a changé mais la technique photographique absolument pas. Le numérique a fait apparaître de nouvelles règles telles que la balance des blancs ou l'espace couleur. Mais la bonne vieille école de l'argentique est tenace ! Jadis, le prix du développement puis tirage des épreuves imposaient de bien réfléchir au moment de déclencher et ont fait de nous des perfectionnistes dans tout ce que nous construisons que le numérique n'encourage malheureusement plus...

Le fromage AOC de Neufchâtel, symbole du Pays de Bray


Je finis ma publication de vidéos sur le Pays de Bray par un clin d'oeil à l'excellent fromage AOC Neufchâtel que je consomme pour ma part régulièrement pour son goût très affirmé et bien spécifique du terroir de ce territoire.

Aimer le Pays de Bray, c'est aimer son fromage le plus emblématique.

Vidéo sur les associations environnementales du Pays de Bray


A travers cette vidéo, les différents acteurs qui défendent farouchement le cadre exceptionnel du "Pays" de Bray (Paysages, animaux, bocages, flore,...) s'expriment...

Encore merci YouTube !

Sauvegarde de la poterie en Pays de Bray


En cette période de vaches maigres, l'hiver et la neige arrivant beaucoup vite que prévu avec des températures moyennes autour de 0 °C et pouvant descendre jusqu'à -5 °C en fin de ce week-end, après une très majeure partie de ce mois de novembre particulièrement pluvieux, je suis condamné à poursuivre temporairement l'exploration et la défense du patrimoine du Pays de Bray d'une façon passive en jouant au documentaliste...

Le froid sec quel qu'en soit la température n'est en lui-même pas un problème mais connaissant dès lors très bien l'aspect sauvage des paysages mais également des voies de circulation qui font tout le charme du Pays de Bray, le pire serait de me retrouver prisonnier d'une tempête de neige imprévue. YouTube n'est pas mon site de surf favori, bien que ce soit le meilleur portail de référence pour trouver des vidéos intéressantes sur de très nombreux sujets. Pourtant, pour l'une des rares fois où je m'y connecte, par curiosité, j'ai trouvé une vidéo particulièrement intéressante concernant la poterie.


La poterie est une activité majeure du Pays de Bray. Le sol argileux de ses terrains et de ses bocages est tout à fait favorable depuis des siècles à cette activité. D'ailleurs des communes du Pays de Bray Picard telle que Lachapelle-aux-Pots sont des noms très évocateurs censés nous le rappeler constamment...

Paolo PELLEGRIN : Entre la vie et la mort, entre le visible et l'invisible...



J'ai été touché par l'oeuvre de dimension très humaine du photographe italien Paolo PELLEGRIN

Paolo Pellegrin a étudié à l'institut de photographie à Rome. Ensuite il a travaillé en photojournaliste international pour des publications diverses. Il a été nommé à Magnum Photos en 2001 et est devenu membre en 2005. Pellegrin est photographe en contrat pour le magazine Newsweek.

Pellegrin vit actuellement à Rome et à New York.
On peut y lire sa propre description de son travail dans cette citation issue de l'ouvrage "Alors que je mourais", Actes Sud, 2007 : "Quand je travaille, que je suis exposé à la souffrance des autres, à leurs pertes, parfois à leur mort, j'ai le sentiment de servir de témoin. Je sens que mon rôle - ma responsabilité - est de créer une archive de notre mémoire collective. Je crois que ceci est dû en partie à un sentiment de responsabilité. Peut-être qu'on ne s'apercevra de l'existence de ces gens que dans leur instant de souffrance et que cet instant invalidera notre excuse. Nous ne pourrons pas dire un jour : Nous ne savions pas. Je sens aussi que dans cet espace si délicat et si fragile qui encercle la mort, espace dans lequel j'ai, parfois en même temps, le privilège et le malheur d'entrer, il existe la possibilité d'une rencontre avec l'autre qui dépasse, d'une certaine façon, les mots, les cultures, les différences. Pendant un instant on est nu les uns devant les autres, nus face à l'acte et au mystère de la mort. A cet instant, je sens que je regarde quelque chose que je ne peux tout à fait voir, mais qui me regarde. C'est dans cet échange que l'on peut éprouver ce qui est à la fois universel et profondément intime. Dans la mort de l'autre, il y a une perte qui nous appartient à tous."
Cela se passe de commentaires, je crois...!

Mois de novembre : Pas de surprise venue du ciel !

Dans le nord, l'humidité n'en fini pas ! Après un samedi 20 novembre 2010 assez instable mais malgré tout non pluvieux que je ne pu profiter à cause de d'autres impératifs, ce dimanche 21 ne réserve aucune surprise : C'est la pluie !


Depuis le 12 novembre dernier, le journal LE FIGARO avait d'ailleurs publié un Flash Actu indiquant que à cause de cette persistance des pluies par endroit (Bretagne, collines de Perche, Pays de Bray et collines de l'Artois), on pouvait s'attendre en seulement deux semaines à recueillir près de 80 litres d'eau au m² sur la totalité de l'épisode, soit l'équivalent de plus d'un mois "normal" de précipitations...

Comme chaque année, lorsque cet épisode pluvieux cessera pour entrer en mois de décembre, ce sera le début des grands froids avec l'arrivée du verglas et autres réjouissances sur les routes du Nord. J'espère cette année résister à la tentation de rester à l'intérieur pour affronter enfin comme prévu mon premier hiver en Pays de Bray.

14/11/2010 : Un peu de studio avec mon NIKON SB-900...

Suite à un grand ménage que je suis en train d'opérer dans mes affaires, de nombreux objets appartenant à mon enfance font l'objet d'un don à EMMAUS (le très regretté Abbé Pierre), conscient que ces offres de bon coeur permettent de rendre heureux des enfants issus de familles réellement dans le besoin. Dans pareil contexte, la photographie de ces objets représentait deux avantages : Garder une trace de ces objets pour mes souvenirs mais en même temps trouver une bonne occasion de travailler ma pratique de la photographie au flash sur des objets intéressants.

Ce dimanche matin, je me suis alors simulé un studio de photographie en utilisant la table du séjour familial comme récepteur des objets à cadrer. Quant au fond, j'ai opté pour un paravent sur lequel j'ai installé une toile blanche. Mon boitier Nikon D90 coiffé du flash NIKON SB-900 était installé sur mon trépied MANFROTTO afin de garantir une orientation très précise du flash dans la pièce, ainsi qu'un cadrage très précis et très rigoureux pour chaque prise.

J'ai ainsi pu mesurer les avantages ainsi que les inconvénients découlant de l'usage du dôme de diffusion (ou non !) sur la construction d'une photographie avec lumière d'appoint, ainsi que l'impact découlant du choix de l'orientation de la tête du flash. J'insiste bien sur le terme lumière d'appoint car l'illumination de mon flash ne faisait que s’additionner intelligemment à la lumière artificielle produite par l'éclairage du séjour, grâce à l'utilisation du fameux mode de mesure iTTL BL.


Pour illustrer les différents rendus d'éclairage d'un sujet pouvant découler de trois réglages différents de la tête du flash cobra SB-900, j'ai utilisé une poupée. Une poupée présente l'intérêt d'avoir un visage qui réagit à la lumière exactement comme celui d'un sujet humain. L'expérience s'avère donc particulièrement intéressante puisque dans 95% des cas, le flash est d'usage pour les portraits.

Dans les trois cas, le cadrage, les réglages du boitier ainsi que la focale de l'objectif zoom utilisé (le 18-70mm) sont absolument identiques pour une appréciation objective des résultats de cette expérience.

Pour la première image de la poupée ci-dessus, la tête du SB-900 est coiffée du dôme diffuseur et pointe vers le plafond de la pièce. On constate bien l'effet très doux découlant du diffuseur. La lumière du flash est bien diffusée sur l'intégralité de la poupée. Seul bémol : Malgré un envoi de l'illumination intégralement vers le plafond, on observe des ombres en arrière-plan de la poupée. Cela semble provenir du dôme de diffusion qui n'est pas opaque sur les rebords ; Du coup, une partie de la lumière diffusée s'échappe directement sur le sujet, comme si on pratiquait en illumination directe.

Du coup, pour construire la seconde image qui va suivre, j'ai enlevé le dôme diffuseur, la tête du SB-900 pointant toujours vers le plafond de la pièce et j'ai déclenché sans me poser plus de questions.


On constate la disparition des ombres disgracieuses, ce qui prouve que nous procédons bien par illumination indirecte. Malheureusement, on constate aussi que la lumière ne se diffuse plus sur l'ensemble du sujet et que l'éclairage est dur. De plus, la lumière redescendant directement du plafond condamne le visage de la poupée à rester dans l'ombre, notamment les yeux. Seules les ombres très très légères engendrées par l'éclairage artificiel du plafonnier de la pièce demeurent visibles au niveau des pieds par rapport au sol... 

Pour troisième expérience et dernière tentative de saisir convenablement ce sujet, je vais construire la troisième image. Pour ce faire, je vais tourner la tête du SB-900 de 90° par rapport au sujet et rabaisser cette même tête totalement à l'horizontal de façon à envoyer la décharge lumineuse sur la baie vitrée de la pièce. Le verre offre en général un pouvoir de réflectivité très très fort de la lumière, autour de 85%. 


On aperçoit bien que ce choix est assez judicieux par le fait que la lumière ainsi envoyée par le flash sur le sujet ressemble beaucoup au comportement d'une lumière naturelle provenant de l'extérieur. Or, au moment de la prise de vue, aucune lumière du jour ne pouvait parvenir au sujet car le volet de la baie vitrée était totalement clôt ; quant à l'heure très matinale de la prise de vue en ce mois de novembre, elle n'aurait jamais autorisé ce résultat.

Enfin, l'angle d'arrivée de la lumière du flash autorise la mise en valeur du visage et des yeux de la poupée, ce qui n'était pas le cas dans la prise précédente. Les ombres autour du sujet devenues très floues en deviennent quant à elles esthétiques...

Ce jour, j'ai ajouté la rubrique "studio" à mon blog afin de vous permettre de découvrir au fur et à mesure mes quelques amusements au flash. Je parle bien d'amusements lorsqu'il s'agit d'utiliser un flash car cela ne fait pas de mystère que les choses sérieuses ne commencent réellement pour moi que lorsque je peux m'exprimer artistiquement, en exploitant tout le modelé de la seule lumière naturelle du jour disponible...

LA FEUILLE DE L'ARBRE n°38

Après lecture du dernier document numéro 38 de l'A.R.B.R.E (60 pages !) publié en mars 2010 (l'association en publie un ou deux numéros par an), que vous pouvez télécharger gratuitement depuis leur site officiel, je ne peux que vous conseiller de le parcourir si vous voulez vous instruire pleinement sur le Pays de Bray. Ne pas lire ce document, c'est vraiment passer à côté d'une somme d'informations considérable. 

Bonne lecture !

Jeudi 11 au dimanche 14 novembre : Encore quatre jours plombés !



Depuis ma dernière exploration photographique remontant au 1er novembre dernier, on peut être certain que ce mois de novembre est tout à fait fidèle à sa réputation de l'une des périodes annuelles les plus pluvieuses.

La carte des prévisions pour le dimanche 14 au matin est à l'image de la météorologie moyenne que je vais encore devoir subir pour ces 4 jours de repos qui auraient pu être destinés à la photographie.

A l'heure où j'écris ce billet, les plus grosses chutes d'eau (6mm) des quatre jours à venir sont attendues ce jeudi vers 16h00 accompagnées d'un vent d'environ 80 km/h.

Autant dire que je suis totalement résigné à attendre la fin de ces épisodes pluvieux pour envisager de nouveaux reportages en Pays de Bray et à me reconvertir un temps, à la photographie de natures mortes au flash en intérieur puisque cette option est désormais possible depuis mon investissement dans l'excellent flash NIKON SB-900 datant de l'extrême fin du mois dernier...

L'A.R.B.R.E - Association Rurale Brayonne pour le Respect de l'Environnement

En poursuivant mes recherches sur les organismes qui ont pour objectif de défendre le Pays de Bray, la plus active reste sans complexe l'A.R.B.R.E, c'est à dire l'Association Rurale Brayonne pour le Respect de l'Environnement. Née en 1988, siégeant à Forges-les-Eaux, son rayon d'action s'étend sur l'ensemble du Pays de Bray, c'est à dire le Pays de Bray Normand et le Pays de Bray Picard. Pour présenter cette association, je ne ferai que reprendre certains paragraphes lisibles dans la présentation de leur site internet qui épousent parfaitement ma démarche d'artiste-photographe et de naturaliste engagé...

Tout en s'opposant ponctuellement à des projets néfastes d'un point de vue écologique et en dénonçant auprès des autorités administratives (voire judiciaires) compétentes des actes répréhensibles au regard de la législation sur la protection de l'environnement, l'A.R.B.R.E. se bat autour de l'idée de mieux faire connaître et de défendre le patrimoine naturel du Pays de Bray, et de s’efforcer de léguer une planète vivable aux futures générations.

- en organisant ou en participant à des sorties "découverte de la nature"ou à des actions de protection de la biodiversité (installation de plateformes à cigognes par exemple)

- en étant porteur d’un projet de création d’une mission « bocage » en Pays de Bray

- en lançant des campagnes de protection telle la pétition pour la sauvegarde des haies qui a recueilli des centaines de signatures ou en s'associant à d'autres campagnes nationales (nucléaire, OGM, chasse)

- en donnant un avis sur les projets qui touchent le Pays de Bray

- en participant activement aux comités de pilotage « Natura 2000 » qui concernent le Bray

- en défendant l'idée du classement du Pays de Bray en Parc Naturel Régional et en étant un acteur de la structure « Pays »

- en faisant la promotion active des énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse....) et des économies d'énergie.

Les défis planétaires sont importants et l'ARBRE et son équipe de bénévoles ont décidé de les relever en agissant localement, en se mettant au service de la protection du pays de Bray et de son patrimoine naturel.

VENDRE SES PHOTOS : Livre de Joëlle Verbrugge




Au salon de la photo, il y a un livre qui bénéficiait de sa première présentation, du 4 au 8 novembre 2010 : Le livre de l'avocate Joëlle Verbrugge, devenue auteur-photographe, traitant des différentes dispositions juridiques traitant de la vente de nos photos quelque-soit notre statu (amateur, professionnel,...).

Sans nul doute que son ouvrage tombe à pic pour traiter de ces questions qui nous dépassent parfois en tant qu'artistes.

Personne sympathique et très accessible que l'on peut retrouver sur quelques listes de discussion dédiées à la photo, je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher de son site internet officiel ou de son blog dédié aux questions juridiques sur l'art photographique pour dès lors trouver réponses à vos premières questions...

06/11/2010 : Création de la liste de diffusion spéciale PAYS DE BRAY

En ce samedi 6 novembre 2010, j'ai créé la liste de discussion concernant le Pays de Bray. Ce territoire devenu depuis 2009 mon secteur de travail privilégié, il m'importait de passer à un niveau supérieur de valorisation de cette "région" de France.

Une liste de diffusion a toujours eu pour principal avantage d'apporter l'information directement chez vous sans que vous ayez à faire l'effort d'aller la chercher vous-même.

Cette liste de diffusion a donc pour vocation de vous informer directement sur l'activité de mon blog et de mon site internet dans votre boite aux lettres électronique mais également bien-sûr d'être forum de discussion autour de ce territoire que j'apprécie vraiment énormément tant pour l'architecture, les paysages que pour son agriculture : Le Pays de Bray.

Vous pouvez dès lors vous y inscrire en saisissant votre adresse dans le formulaire automatique ci-dessous ou dans celui présent dans la marge de mon blog, à droite :



S'inscrire à newsletter_pays-de-bray



Assisté par fr.groups.yahoo.com



Si vous êtes un résident (simple habitant ou membre d'une collectivité ou bien encore responsable d'une association locale) appartenant à ce territoire et que vous comptez faire circuler des informations utiles concernant le Pays de Bray (manifestations, lieux intéressants à visiter, lieux de ventes et de dégustation de produits locaux...), vous y êtes bien entendu les bienvenus !

Merci d'avance pour votre inscription et éventuelle participation au dynamisme et enrichissement de cette liste.

Le portrait : Franck Lecrenay...


Pour poursuivre sur le sujet du portrait qui est un domaine vraiment totalement étranger à ma pratique personnelle de la photographie mais malgré tout intéressant que je m'efforce de découvrir depuis l'investissement dans mon flash NIKON SB-900, je tenais à faire un grand salut au travail de Franck Lecrenay. Comme à mon habitude, il m'apparaît important des fois de sortir des sentiers battus et de m'intéresser à des travaux totalement différents aux miens.

Mon blog depuis 2008 m'offre cette totale liberté de parler dès que possible, plus souvent de tout, sauf de moi donc, j'en profite bien largement ! Elu Portraitiste de France major en 2009, il appartient au cercle des spécialistes Français de la photographie de portraits.

Parcourir son site internet personnel permet de se rendre à l'évidence qu'il domine très bien son sujet, avec une gestion admirable de la lumière d'appoint au flash comme de la lumière naturelle du jour pour mettre en valeur chacun de ses sujets humains. Pour avoir visité pas mal de sites de photographes de portraits je pense que ce qui fait tout simplement la différence dans le Portfolio de Franck, c'est surtout la mise en scène et l'approche artistique dans les cadrages qui nous changent des portraits académiques en studio.

Cette approche artistique ne me laisse particulièrement pas insensible compte-tenu que c'est un peu ma façon de travailler aussi dans mon approche des paysages où j'essaye le plus souvent possible d'imaginer des cadrages autrement plus créatifs que l'académique, en jouant sur les différents plans de mes compositions.

Photophiles : La photographie au flash...

Depuis longtemps (2004), Photophiles est un site dont j'apprécie la pédagogie mais également son rôle fort important de permettre à de nombreux photographes de faire connaître leur travail. En 2004, très justement, mes travaux à 1 400 000 pixels avaient l'objet de la une de Photophiles, preuve de l'esprit de grande ouverture de ce journal électronique. Pour ceux qui sont abonnés à la circulaire de diffusion comme moi, nous sommes informés très régulièrement des nouveaux exposés ainsi que des nouveaux photographes qui font la une de Photophiles.

En explorant les archives des cours, on peut tomber sur un exposé complet sur la technique de la photographie au flash publié en 2007. Je ne connais pas d'article plus simple et aussi accessible pour être en mesure d'appréhender rapidement toutes les possibilités offertes par la technique photographique au flash.

La photographie au flash par Photophiles.

01/11/2010 : L'automne en Pays de Bray...

Le dimanche 1er novembre 2010 a sonné mon retour sur mon territoire préféré après trois semaines d'éloignement à cause du problème de ravitaillement en carburant notamment.

Le vendredi 29 octobre au petit matin, c'est dans un grand calme que j'ai pu faire bien tranquillement mon plein de gasoil à ma petite station-service habituelle, unique impératif pour espérer reprendre mes programmes photo dans les meilleures dispositions.

C'est au petit matin vers 7h30 que j'ai quitté le domicile. La lumière était plate, le brouillard bien visible. On ne peut pas dire que les conditions lumineuses étaient formidables avec un soleil blafard qui se diffusait violemment dans la couche atmosphérique. Malgré tout, il y eu de bons moments qui méritaient d'être saisis. C'est désormais véritablement les couleurs de l'automne bien consommé que chaque photographie permet d'honorer ses coloris.

Quelques regrets de n'avoir pas pu faire exactement ce que j’attendais de cette exploration, ponctuée de quelques erreurs techniques (ce qui m'arrive pour ainsi dire habituellement presque jamais) mais qui est vraiment parfait ? Personne ! L'erreur est en permanence source d'apprentissage de la maîtrise de soi et cela, même pour le plus averti des photographes... Tout le monde peut se faire inhiber par son émotion suscitée par un sujet et commettre une faute. Et globalement, c'est comme cela que j'ai accueilli mes erreurs du jour car lorsqu'elle est consommée, impossible de revenir en arrière et il faut donc avoir le courage de l'admettre pour mieux l'exploiter !

En cinq ans de photographie, je ne connais d'ailleurs aucune erreur qui ne m'est pas été bénéfique par la suite si on l'a comprend et qu'on prend le temps de s'attarder dessus.

Le Pays de Bray en cette période de l'année impose de nouvelles dispositions pour la chasse aux images tels que le port de bottes car les terrains, argileux, sont devenus très gras avec les pluies et je me suis fait notamment piégé en m'aventurant dans un champ pour aller chercher la photo que je souhaitais absolument construire. Toute ma satisfaction est pour moi car il s'avère qu'elle est réussie ; L'effort ne fut donc pas vain. De sortie du champ, les semelles de mes chaussures étaient tellement chargées en terre glaise qu'il était impossible de reprendre le volant et d'espérer toucher aux pédales. Heureusement, j'avais anticipé le problème en emportant une paire de baskets propres dans un sac, dans mon coffre de voiture, ce qui me permit de faire la route du retour très confortablement...

Comme d'habitude, les nouvelles images sont désormais consultables sur mon compte PIKEO.com.

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...