29/10/2010 : Nouvelles perspectives avec le flash professionnel NIKON SB-900

Nombreuses furent les tentations d'investir un jour dans un flash électronique externe pour compléter mon équipement photographique depuis 2005. Reconnu dans ma discipline comme un fervent utilisateur exclusif de la lumière naturelle pour construire mes images, le flash n'a jamais appartenu à ma panoplie d'outils.

Mais en ce 29 octobre 2010, on peut inscrire une croix sur le calendrier car je viens enfin de céder aux sirènes de la lumière artificielle, en tous les cas en ce qui concerne les situations désespérées car il faut se rendre à l'évidence que dans certains cas de figures, le travail sans lumière d'appoint est quasi-impossible tel que le portrait en intérieur ou la saisie de certains intérieurs de monuments où on vous interdit expressément le trépied permettant justement de pouvoir travailler en longue pose, en exploitant tout le modelé que j'affectionne tant dans la lumière naturelle.

C'est ainsi que le nouveau venu dans mon sac, le flash électronique autofocus professionnel NIKON SB-900 trouve tout son utilité. La photographie en lumière artificielle a toujours représenté un monde dans lequel je me sentais indifférent mais force étant de constater que ce monde est fascinant car c'est un nouveau domaine d'apprentissage photographique qui contient ses codes, ses spécificités et que lorsqu'on me sait issu de la formation de mon mentor Brian F. Peterson, l'un des spécialistes mondiaux de l'imagerie à la lumière du jour, accepter brutalement de faire entrer une quelconque source artificielle de lumière dans mes images se relevait vraiment de l'impensable !
Mais comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, j'ai senti qu'il y avait dans ce monde de la lumière d'appoint maîtrisée, parallèle à mon monde de la lumière 100% naturelle, une foule de choses passionnantes à apprendre.

Pour soulever le couvercle de la marmite et me décider à m'aventurer dans ce monde inconnu, seul un flash professionnel de la notoriété du SB-900 permettant de pratiquer l'illumination indirecte (avec réflecteur blanc intégré ou dôme de diffusion), en maîtrisant parfaitement les angles de projection de cette lumière sur l'axe horizontal comme sur l'axe vertical sur 180°, pouvait convenir au sérieux apprentissage de ces techniques que je souhaite en faire.

Il n'est pas chose nouvelle que les défis techniques sont des sujets que j'adore et lorsque j'ai constaté que la documentation détaillant les fonctionnalités possibles avec le flash SB-900 est presque aussi épaisse que celle d'un boitier NIKON, j'en ai immédiatement conclu que finalement, la photographie avec lumière d'appoint mérite qu'on si intéresse car beaucoup plus complexe qu'on l'imagine.

En photographie réalisée en lumière naturelle, les choses sont plutôt simples puisque c'est principalement de la prise de vue en extérieur avec une lumière qu'on ne maîtrise absolument pas et que le succès de tels clichés ne peut découler que du niveau aigu d'observation, de la ténacité et de la patience de l'opérateur pour deviner le lieu, la date et l'heure où la photographie d'exception peut se manifester.

En revanche, lorsqu'on fait intervenir une source de lumière d'appoint dont on est totalement maître, le niveau de créativité est décuplé...Autant que les risques de rater une image ! Globalement, on pourrait résumer rapidement que la photographie en lumière naturelle, c'est le mérite de la patience et l'école de la providence tandis que la photographie en lumière artificielle, c'est davantage une question de technique. Certes, de la technique au service d'une créativité artistique mais c'est tout de même avant tout de la technique.

Ainsi, la photographie illustrant mon billet est un exemple de composition en intérieur pouvant être obtenu avec un boitier reflex NIKON D90 + objectif NIKON NIKKOR-ZOOM 18-70mm + Flash NIKON SB-900 (en illumination indirecte, sans réflecteur blanc ni diffuseur). Il est fort surprenant de constater que bien réglé, le couple boitier-flash, moyennant éventuellement quelques retouches ultérieures à la prise de vue initiale, permet en intérieur des rendus agréables, au moment même où la lumière naturelle n'est tout simplement plus exploitable !!!

Je tâcherai comme à mon habitude, bien sûr, de vous tenir au courant de mon apprentissage progressif de cette nouvelle source d'épanouissement et d'émerveillement...

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...