Nikon 18-70mm contre Nikon 18-200mm VR II : Qu'en est-il réellement finalement ?

Utilisant assez fréquemment le NIKON 18-200mm VR II depuis le début de mes trois semaines de photo, j'ai pu désormais analyser son comportement optique sur un assez grand nombre de situations.

Initialement, j'étais assez sceptique sur son piqué d'image mais depuis, je m'y suis fait et finalement, je constate que même à 200mm, j'arrive à en tirer des images de grande finesse et très contrastées sur sujets proches et moyennement éloignés, ce qui était pour moi l'usage que je souhaitais en faire donc globalement pas de mauvaises surprises.

Quant au VR II, je m'y suis également très bien fait. Au point que sur certains clichés, il m'a parfois permis de me sortir d'affaire sur des vitesses d'obturation de 1/30ème de seconde à main levée et d'obtenir des images autrement plus vivantes grâce à cette vitesse si peu élevée, tout en conservant étonnamment la netteté !

En revanche, il me semble désormais avoir détecté la raison pour laquelle l'usage de ce 18-200mm VR II doit être utilisé avec précaution pour les paysages : Les aberrations optiques sur les bords de l'image à petites et moyennes ouvertures aux focales courtes (18 à 40mm). Sur ce point, le Nikon 18-70mm fait beaucoup mieux et ne souffre pas de phénomènes aussi visibles ! Une bonne raison certainement de préférer le 18-70mm pour la photo de paysages, même s'il n'est pas optiquement stabilisé.

Ces aberrations sont très bien maîtrisées à f/13-f/16. En revanche, à partir de l'ouverture de f/10 et à fortiori en dessous, on constate une aberration optique sur les bords bien caractéristique des ultra-zooms, même les meilleurs de la catégorie tel que le NIKON 18-200mm VR II.

Sans rentrer dans un pessimisme abattu, ces aberrations optiques ne sont heureusement pas suffisantes pour "tuer" une prise mais pour peu qu'on soit très attentif et exigeant, on constate bien que le rendement du 18-200mm VR II sur les petites focales n'est pas optimal et qu'il convient de fermer le diaphragme au moins de f/13 pour tirer le meilleur de cet objectif.

Enfin, il convient de relativiser que c'est avant tout un objectif pour le reportage et que donc, on s'en accommodera, même pour une image de paysage somptueuse, compte-tenu des nombreuses satisfactions que je dénombre déjà avec cet ultra-zoom pour mes propres productions car il convient de résumer l'utilité de cet objectif au fait que entre obtenir une série d'instantanés de grande valeur souffrant d'une légère aberration ayant nécessité chacune des focales très différentes et entre avoir vu une foule d'images très intéressantes vous passer devant le nez car il vous faudrait sans cesse jongler entre plusieurs objectifs, on fait vite le choix !

Une très légère aberration optique sur le bord de clichés sera toujours beaucoup moins problématique que de se retrouver bredouille à vouloir à tout prix la qualité de l'image sur l'intégralité du capteur...Surtout quant en dehors de ce petit défaut périphérique, le piqué s'avère tout simplement très honorable sur toute la surface de l'image !!

Dans tout, on retiendra donc que tout excès est toujours nuisible !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...