04 septembre 2010 : Première journée de mon plus gros programme photographique de l'année

Comme à mon habitude, ma plus grande et plus longue période de travail photographique coïncide principalement avec le mois de septembre. L'année dernière, j'avais procédé en choisissant ma période à cheval entre août et septembre. Cette année, j'ai décalé cette période de deux semaines pour réaliser ma chasse photographique exclusivement en plein mois de septembre.

Pendant ces trois semaines de 2010, j'oublie complètement mon métier officiel pour me consacrer complètement à ma passion la plus dévorante et la plus consommatrice d'énergie créative. Cela fait déjà deux mois que j'ai repris avec acharnement, au gré de mes week-ends seulement, la chasse aux images.

Pour le premier jour de ce vaste programme, j'avais décidé de produire des images exclusivement avec le SIGMA 10-20mm. Acheté en septembre 2008, j'utilise très rarement cet objectif Ultra-Grand-Angle car il faut bien avouer que les focales de 10 à 20mm se destinent à un usage très spécifique mais à chaque fois que j'ai eu l'occasion de l'utiliser avec mon ancien boitier NIKON D70 comme avec mon D90 actuel, je reviens souvent avec de très bonnes images à la mise en page toujours détonante.

A sa plus courte focale de 10mm, ce zoom SIGMA permet de couvrir avec un capteur NIKON DX, un angle de champ confortable d'un peu plus de 100°. Le SIGMA demeure le seul objectif Ultra-Grand-Angle de toutes les marques à la date où j'écris ce billet et c'est d'ailleurs toujours le cas depuis son apparition en 2005, a proposer un angle de champ ainsi que cette focale si courte de 10mm pour un Ultra-Grand-Angulaire (les autres marques tel que NIKON avec son très bon 12-24mm, commencent à 12mm). La focale de 10mm est la focale extrême pour la famille des UGA. Pour dépasser les 102° du SIGMA, il faut obligatoirement passer dans la famille des FISH-EYE de 4, 8, 10 ou 15mm dont la formule optique est typiquement conçue pour cela.

L'avantage crucial d'un UGA de 10mm par rapport à un Fish-Eye de 10mm, c'est que malgré un angle de champ beaucoup plus faible, bien utilisé, il permet déjà l'obtention d'effets de distorsions intéressants sur des sujets très proches en avant-plan de la lentille frontale, tout en possédant malgré tout une très bonne maîtrise des perspectives, au point qu'il est parfois difficile de deviner sur certaines photos selon le contexte, si elles ont été prises avec un UGA de 10mm ou un UGA courant de 18mm.

La photo de ce tracteur cadré en portrait sur toute sa longueur illustrant mon billet est un exemple type de la parfaite maîtrise du piqué d'image ainsi que des perspectives dans la conception de cet UGA par SIGMA malgré un angle de champ de 102° et un cadrage impossible à tenir avec un 18mm courant !

En d'autres circonstances, le SIGMA 10-20mm m'a permis également de repartir chez moi le soir avec trois images époustouflantes de l'intérieur ainsi que l'extérieur de l'église de la commune de La Feuillie (76). Pendant un certain temps, je ne pratiquais plus le cadrage portrait pour le paysage comme pour d'autres sujets. Or, depuis les deux dernières sorties photo, j'ai enfin eu l'occasion d'en produire de nouvelles respectant cette orientation.

Après avoir utilisé le NIKON 18-200mm la semaine dernière et le SIGMA 10-20mm ce samedi, je pense avoir trouvé la réponse à cela. Il semble que le cadrage vertical trouve tout son intérêt uniquement aux focales comprises entre 10 et 15mm ou bien aux focales égales ou supérieures à 120mm. C'est une règle un peu stricte pour un art qui ne répond justement à aucune règle établie mais il me semble malgré tout que cette règle semble pouvoir s'appliquer.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...