28 août 2010 : Premiers pas avec le NIKON Nikkor 18-200mm VR II...

Je pense que ce aurait été une erreur de ne pas profiter de l'excellente météo du samedi 28 août 2010 pour faire mes premiers pas avec le NIKON 18-200mm accouplé à mon boitier NIKON D90.

Cette ballade n'avait pas de but réellement sérieux si ce n'est d'avoir un bon échantillon d'images pour être en mesure d'évaluer le comportement de cet objectif car il faut bien savoir que tout ce qui est nouveau demande toujours un petit temps d'apprentissage et d'adaptation, même quand on est bon photographe et que les éléments techniques de base sont totalement maîtrisés depuis de nombreuses années.

Globalement, cet échantillon d'images réalisé en une seule après-midi (plus de 130 !) montre que mes premières pensées sur le NIKON 18-200mm dévoilées dans mon billet précédent sont crédibles : Pour les paysages, il n'aura jamais le tonus d'un 18-70mm ! Qui plus est, le piqué du 18-200mm est en dessous du bon télé-zoom NIKON 70-300mm également en ma possession, dans les focales comprises entre 135 et 200mm.

Néanmoins, je reste prudent sur ces premières conclusions car le 18-200mm est doté de la fonction VR et c'est le premier objectif de la sorte que je manipule. Autrement dit, c'est une fonction nouvelle pour moi qui demande sans doute à être mieux exploitée et cela d'autant plus que la fonction VR est paramétrable. Paramétrage qui me faudra vérifier à tête reposée.

J'avance cette hypothèse par le fait que le manque de piqué qui s'est exprimé sur les paysages avec le 18-200mm entre 135 et 200mm ne s'est pas confirmé lors de quelques photographies longue pose réalisées sur pied (avec la fonction VR désactivée) dans la très belle église survivante de l'ancienne abbaye de Sigy-en-Bray (notamment celle de la superbe clé de voûte très spéciale du plafond réalisée à 200mm de focale). M'interroger sur une possible participation négative du VR dans la netteté de mes images n'est donc pas à exclure.

Quoiqu'il en soit, ces genres d'essais ne sont jamais négatifs car j'ai pu également évaluer les différentes limites d'usage de ce NIKON 18-200mm, notamment en ce qui concerne la faible profondeur de champ résultant de focales longues entre 135 et 200mm. Travailler avec cet objectif en paysage, lorsque des sujets se situent sur des profondeurs très différentes imposent une remise en question du photographe. Ainsi pour réaliser une vue qui m'intéressait tout particulièrement, il m'aura fallu cadrer à 150mm mais à cette focale la profondeur de champ est si réduite qu'il m'aura fallu monter la sensibilité du boitier à 400 ISO afin d'avoir un diaphragme ouvert à f/16 tout en arrivant à respecter une vitesse au moins égale à 1/250ème de seconde afin de ne pas me faire avoir par un flou de bougé de l'une des vaches présente dans la composition.

En tous les cas, quelqu'en soient les tenants et aboutissants de ces premiers tests, je retiens que pour un passionné d'architecture intérieure comme moi, utiliser le NIKON 18-200mm est une aubaine car fini les changements d'objectifs entre le 18-70mm et le 70-300mm dans les ambiances parfois fort poussiéreuses des vieilles églises et à moi, le plaisir de pouvoir partir à la chasse aux petits détails intéressants qui peuvent se cacher dans certaines zones inaccessibles des monuments qui exigent l'usage de focales généreuses...

Quatrième objectif : Le Nikon Nikkor AF-S DX 18-200 f/3.5-5.6G IF-ED VR II

Le 27 août 2010, suite à l'achat du redoutable objectif TAMRON 18-270mm stabilité Di II VC pour mon père afin d'équiper l'ancien boitier NIKON D70 que je lui avait revendu courant mai 2009, j'ai pu récupérer le superbe NIKON 18-200mm doté de la stabilisation VR II qui appartenait initialement au kit complet de mon nouveau boitier NIKON D90 mais que je lui avait également cédé et qui faisait jusqu'alors la joie de mon père avec ce fameux D70.

L'organisation, l'entente et la bonne intelligence entre membres d'une même famille aidant souvent dans les finances, j'ai pu constater à travers quelques tests avec mon père que TAMRON a fait très fort avec son hyper-zoom 18-270mm. La qualité est au rendez-vous à toutes les focales et mérite bien sa place de super-zoom le plus puissant au monde !

Et cela d'autant plus que neuf, il se vend nettement moins cher que le NIKON 18-200mm...Pour une qualité d'image équivalente à 270mm contre les 200mm du NIKON !!! Étonnant, non ??

Quoiqu'il en soit, la plage 18-200mm offerte par ce NIKON correspond parfaitement à ce que j'attendais d'un objectif pour mes reportages et sa stabilisation optique est une bénédiction, ayant été longtemps habitué à ne travailler qu'avec 3 objectifs totalement dépourvus d'une stabilisation optique. La stabilisation optique rappelons-le permettant d'obtenir des images nettes à main levée à des vitesses d'obturation très basses ou permettant tout simplement de pouvoir utiliser la focale de 200mm à main levée, ce qui est très difficile sans VR.

Enfin, il faut dire aussi que mon NIKON 18-70mm a travaillé à plus de 88% dans ma production photographique depuis 2005 et qu'il était bon de le faire reposer un peu de temps en temps... Car contrairement à ce que l'on pourrait penser, le NIKON 18-70mm et le NIKON 18-200mm ne sont pas des objectifs concurrents faisant double emploi mais sont bel et bien des outils complémentaires.

Le NIKON 18-70mm restera mon objectif à paysages par excellence que je m'efforcerai d'utiliser dès que possible, revêtu en permanence du filtre polarisant qui va bien car sa faible latitude de focales fait indiscutablement pencher la balance en sa faveur pour son piqué et ses corrections optiques qui seront toujours meilleures que le 18-200mm dans cette fourchette de cadrages.

Quant au NIKON 18-200mm, il sera exclusivement utilisé en lumière non polarisée, avec un simple filtre UV pour la protection de l'optique contre les mauvaises manipulations mais également pour l'optimisation du piqué de l'optique dont nous savons depuis très longtemps que le film argentique comme le capteur numérique sont très sensibles aux ultra-violets. En les filtrant, on évite les images "baveuses", on parvient à un équilibre général des couleurs ainsi qu'à une définition très proche de ce que l'oeil humain perçoit...

22 août 2010 : Encore des bovins, toujours des bovins...

Dans ma folle course aux images, j'ai poursuivi mon programme, à savoir, suivre les points GPS enregistrés lors de ma saison photo 2009.

Le second point GPS suivi le 22 août 2010 concernait une zone balayée en septembre 2009 en Seine-Maritime (76).

Cette seconde destination me fit découvrir de nombreuses exploitations agricoles qui me servirent d'autant de nouveaux points de mire pour contempler et photographier des bovins. Pour tout dire, c'est l'un des plus beaux parcours en "Pays" de Bray que j'ai eu l'occasion d'effectuer depuis que je le sillonne.

A ce titre, j'ai pu constater comme l'indiquait si justement l'anglais Martin F.Tupper en 1838 dans Proverbial Philosophy que "l'expérience est un maître étrange qui désapprend ce qu'il vous a enseigné".

En effet, ce jour-là, je n'avais pas installé mon filtre polarisant devant mon objectif NIKON 18-70mm car le ciel était vraiment très sombre en quittant mon domicile et je me suis dit alors que pour regagner de la lumière, le seul filtre UV serait la bonne solution...

Malheureusement, arrivé sur place, je n'ai pu que constater qu'il faisait grand soleil avec de beaux cumulus et que le filtre polarisant aurait finalement été une meilleure solution ! Malgré tout, j'ai décidé de faire confiance curieusement à mon filtre UV et de ne pas installer le polarisant...Bonne pioche finalement ! Non seulement, mes clichés se révélèrent beaucoup plus "piqués" lors de leur passage au labo photo mais surtout ce beau temps ne se maintenu pas tout l'après-midi et j'ai alors apprécié de pouvoir travailler à 200 ISO (parfois même moins !), même par temps nuageux en lumière moyenne...!

Sur le chemin du retour, j'ai eu un clin d'oeil du destin de tomber sur un sujet totalement improbable : Une forteresse de paille érigée en plein milieu d'un champ ! Le ciel annonciateur d'orage est venu se mêler à la scène me permettant d'accomplir un cliché particulièrement expressif !

Ne pas écouter son expérience intérieure et laisser aller la péniche, cela offre parfois de bien heureux dénouements...

Mise à jour site internet officiel


A cette heure, mon site internet officiel vient de connaître sa dernière mise à jour avec pas moins de 38 nouvelles images.

- 13 images de paysages
- 10 images de faune (bovins)
- 9 images inclassables
- 6 images d'architecture

Occasion de remettre toutes les pendules à l'heure avant la poursuite de mon travail.

La prochaine mise à jour de mon portfolio interviendra certainement en octobre prochain.

Derniers avancements...

La météo catastrophique de samedi 14 et dimanche 15 août 2010 m'a motivé à travailler l'aspect cartographique et publication de mon activité de photographe.

J'ai notamment développé tout le suivi cartographique de mon travail photographique sur GOOGLE EARTH. J'y ais saisi très exactement tout ce qui me permet de suivre ma progression (cibles potentielles à visiter, zones déjà photographiées, points GPS, communes conseillées par les guides MICHELIN de mes zones préférées, plus beaux villages, églises remarquables...etc). En optant pour cette façon de travailler, je vois désormais d'un seul coup d'oeil quelles seront les destinations futures à programmer par rapport à toutes mes précédentes explorations.


Enfin, une nouvelle mise à jour de mon site officiel est en cours avec de nouvelles images de paysages...

A très bientôt.

13 août 2010 : Les bovins, stars du jour !

Le vendredi 13 août 2010, bénéficiant de temps en temps de quelques vendredi non travaillés, je n'ai pas hésité longtemps pour prendre la décision de me mettre au volant de mon véhicule pour aller me perdre dans ma campagne préférée car samedi et dimanche étaient prévus comme catastrophiques (ciel plein, pluie continue toute la journée...). Ce qui après coup, fut tout à fait le cas et je n'ai donc à regretter d'avoir pris cette bonne décision !!

D'ailleurs, si tout le début de l'après-midi fut ensoleillé et tout à fait enclin à faire de la très bonne photo, en revanche le retour au domicile se déroula sous une grosse avalanche de pluie. Dans l'une des communes traversées sur mon chemin du retour, la paille des agriculteurs avaient bouché les goulottes extérieures des égouts, si bien qu'un moment, mon train avant-droit roula un court instant dans l'une de ces goulottes en plein débordement provoquant une vague d'au moins deux fois la hauteur de mon véhicule ! Douche gratuite garantie pour ceux qui auraient pu être sur le trottoir !!!

Suite à l'épluchage des points référencés (correspondant à certains repérages personnels) dans mon GPS depuis mes précédents passages effectués dans ce territoire durant l'été 2009, le 13 août fut l'occasion d'en exploiter quelques-uns pour poursuivre le travail engagé l'année dernière. J'avais notamment repéré un endroit constitués de vastes prairies inclinées occupées par un nombre incroyable de bovins. En suivant scrupuleusement les indications de mon GPS, je suis parvenu sans aucun soucis à retrouver ce lieu qui consista la majeure partie du travail photographique de cette demi-journée, à savoir les bovins.


Depuis l'été 2009, je me suis pris définitivement de passion pour le monde agricole, pour les paysages ainsi que pour les animaux et ce n'est pas prêt de s'arrêter. C'est indiscutablement mon domaine de prédilection, inutile d'aller plus loin ou de chercher d'autres sujets ailleurs ! C'est un monde qui me parle, qui m'encourage à sortir mon appareil photo et à produire des images...

8 août 2010 : Journée fantastique pour les paysages

Dimanche 8 août 2010 fut certainement la demi-journée la plus productive depuis le début de ma reprise photo. Le ciel était parcouru par de nombreux beaux nuages, les sujets étaient contrastés sans excès, la lumière diffuse...

Pour les paysages, ce fut l'idéal par une netteté dans les lointains et de nombreuses bonnes occasions de jouer avec les perspectives avec les différents témoins du travail de la terre par l'homme telles que les nombreuses bottes de paille aperçues tout le long de mon petit périple. En ce beau temps, les champs de blé étant bien secs, les agriculteurs étaient donc de sortie pour récupérer le fruit de leur travail avant que celui-ci ne soit victime d'une prochaine vague de pluie. Occasion pour moi de multiplier les clichés afin d'obtenir quelques scènes de leur activité en très grande partie mécanisée (moissonneuse-batteuse, tracteurs...).

Vidéo : Une belle leçon de civilisation !

Cela ne se faisait plus depuis longtemps que je discute d'autre-chose que de mes travaux personnels sur mon blog mais il se trouve que la vidéo que je partage aujourd'hui sur mon blog met le doigt sur le relativisme des cultures mis en évidence par Montesquieu en son temps, puis plus tard par l'anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss, décédé le 30 octobre 2009.

J'ai toujours défendu la thèse que la notion de civilisation (à fortiori d'intelligence) est un vaste débat qui mérite qu'on s'y plonge pendant très longtemps avant d'en tirer une conclusion hâtive et donc forcément étriquée. Cette vidéo fait écho aux idées que je défend depuis des années sur la relation qui lie l'homme et son milieu.

Moi, je m'exprime par la photo pour l'illustrer.
D'autres l'expriment autrement...

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...