17 et 18 juillet 2010 : Reprise de la photo

Après un long abandon de la photo pendant presque deux mois, période durant laquelle je fus très pris par l'élaboration de mon nouveau matériel astrophotographique, j'ai repris la route des paysages le 17 juillet au matin, dans la région de l'Oise qui constitue pour moi mon puits à sujets : Le "Pays" de Bray...Bien sûr !

C'est l'occasion pour moi de m'exercer pour être en mesure d'attaquer au mieux la meilleure période de ma saison photo (août à octobre). Je pratique jamais la photo durant l'hiver car le sentiment de mort de la nature en sommeil qui en découle n'est pas l'idée que je me fais de la photo d'art. Pour moi, la photo, c'est un large panel de couleurs et la vie. Mon réflex dort au moins cinq mois par an. Mais peut-être cette année ferais-je une exception à cette règle ? On verra bien ! Toujours est-il qu'actuellement, c'est la période que je préfère, je me sens comme un poisson dans l'eau (euh...Pardon ! Comme un petit-fils d'ancien agriculteur sur ses terres !) avec le temps venu des moissons...Mon odorat et mes yeux apprécient !!!

Mince ! Je me répète sans doute...Je pense l'avoir déjà dit mais bon, cela est important de le rappeler pour ceux qui me découvrent et qui découvrent par delà même, ma démarche photographique propre à ma personnalité.

Pendant que je faisais mes photos le dimanche 18 juillet en fin d'après-midi, le premier quartier de Lune me guettait : Pour preuve que les deux baskets dans la terre et le nez dans les bottes de pailles, l'appel du ciel n'est jamais bien loin pour qui sait l'entendre !

Après un tri très sévère de mes 70 prises de vues sur les deux moitiés de ces deux journées, il ne reste que 6 élues au total. Le sens du cadrage, le sens du message, le sens de la lumière...Tout a un prix dans une photo. Je mesure le gâchis en déclenchements mais merci le dieu "numérique" de permettre ce genre de travail de construction graphique autour de mes sujets sans qu'il m'en coûte un sou... Mon très respectueux mentor Bryan F.Peterson (l'un des spécialistes mondiaux des photos prises à la lumière du jour), du temps de l'argentique, gaspillait parfois 3 pellicules de 36 poses avant de détenir la seule et unique très bonne photo ! C'est pas si mal finalement !...Peut-être ne suis-je pas encore assez exigeant !

La bonne photo, il faut aller la chercher et la mériter...Sinon, c'est pas la peine !

De toutes les façons, entre ciel et terre, je serai toujours un homme partagé...

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...