Nuit du 4 au 5 avril 2010 : Premières lumières du couple Orion Short Tube 80 + DMK 1/2"

Ma motivation pour le ciel est enfin revenue ou alors, on peut déclarer qu'elle est sauve ! En tous les cas, la nuit du 4 au 5 avril 2010, contre toute attente a été particulièrement favorable à l'astronomie. Samedi et dimanche, les chutes de pluie n'auront pas cessé une seule seconde.

Dimanche, jusqu'à environ 17h30, rien n'était gagné, le ciel menaçant ne présageait aucunement une issue si positive !

J'ai donc pu dans d'assez bonnes conditions tester le comportement du tube Orion Short Tube 80 + la DMK 1/2" sur ma monture PERL-VIXEN GP équipée des "vieux" moteurs pas à pas d'origine + la raquette DD-1. J'ai remis en place cette configuration technique sur ma monture après un essai malheureux, il y a deux ans, du kit GOTO STARBOOK Type S qui utilise des servo-moteurs bruyants qui produisent des vibrations insupportables, incompatibles avec la photographie, bien que je sois parvenu à l'automne 2007 a en obtenir quelque-chose sur M92 avec ma SKYWATCHER 80ED/600, au prix de poses ne pouvant pas excéder les 30 secondes et d'un très grand nombre de déchets dans les brutes.

De plus, chose aggravante pour le STARBOOK Type S, c'est que la photographie planétaire était devenue tout simplement impossible alors qu'avec les moteurs pas à pas d'origine, c'est du gâteau ! En somme, on pourra conclure que ce sont toujours dans les vieux pots que l'on fait la meilleure soupe ! Mais, là n'est pas l'objet de ce billet. Je prendrai le temps de faire un billet spécialement dédié au STARBOOK Type S car ce produit n'est finalement pas si nul mais disons qu'il ne s'adresse tout simplement pas à la catégorie de ceux qui souhaitent faire des images planétaires haute résolution ou bien de la photographie céleste de haut niveau.

A condition de considérer que les tests ont donc été fait en l'absence de ce kit GOTO, avec la motorisation pas à pas d'origine, je suis élogieux sur les tests réalisés durant quelques heures avec les 400 mm de focale de l'Orion Short Tube 80. Indiscutablement, c'est une lunette achromatique et la forme mousseuse des étoiles montrent bien le chromatisme important caractéristique de ce type de réfracteur très ouvert, sans lentille ED.

Malgré ce défaut bien visible sur la brute d'une vingtaine de seconde que vous pouvez voir, il convient de noter que mon éloge concerne la qualité du suivi de ma monture avec les moteurs pas à pas d'origine mais également (surtout !), la magnitude maximale atteinte par la lunette dès 30 secondes de pose.

Des mesures photométriques réalisées avec TeleAuto montre qu'en pratique, la magnitude 14 est déjà atteinte au bout de 30 secondes de pose avec l'Orion Short Tube 80/400 et cela malgré les limitations chromatiques dont elle souffre !
Quant au suivi sans autoguidage, il permet de monter sans sourcilier jusqu'à 45 secondes de pose sans aucun déchet dans les brutes, jusqu'à 80 secondes de pose avec un déchet minimal de 8 bonnes brutes sur 10 et jusqu'à 120 secondes, avec encore 60% de brutes tout à fait exploitables.

Autant le dire tout de suite que c'est vraiment très bien (avis tout à fait personnel) pour une monture légère telle que la monture GP (Great Polaris) de chez PERL-VIXEN, dénuée de toute fonction électronique de correction de l'erreur périodique.

Pour faire des images scientifiques pour des mesures, c'est bien largement suffisant et cela en n'étant pas obligé d'alourdir l'assemblage et de compliquer les choses par un système d'autoguidage (lunette guide, seconde caméra CCD, logiciel de calibrage et de surveillance de l'étoile guide,...).Compte tenu de ces premiers tests, la pratique rejoint très étonnamment les calculs théoriques qui prévoyaient la magnitude 16 au bout d'une seule minute de pose avec cette lunette 80/400.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...