Nouvelles perspectives astronomiques : Mesurer le ciel

Ce n'est pas un poisson d'avril mais ce message a au moins l'intérêt d'être le premier de ce mois, annonciateur pour moi, je l'espère, de l'occasion enfin de pouvoir me remettre à mes deux passions "les plus dévorantes" après un hiver 2009/2010 qui m'a contraint à un démarrage plus tardif encore que l'année dernière !

Je tiens à détailler mes nouvelles perspectives astronomiques que je souhaite concrétiser, au moins cette année...

Le but visé par l'emploi d'une lunette telle que l'Orion Short Tube 80, peu exigeante optiquement, n'est pas de faire des images pour des images mais de me lancer dans de nouvelles aventures astronomiques, au sens brut du terme...!

Afin d'aboutir, il convient surtout d'utiliser un grand collecteur de lumière compact ainsi que léger (autorisant des poses entre 60 et 120 secondes sur une monture basique, sans devoir se compliquer la vie avec un dispositif d'autoguidage) et non un collecteur optiquement idéal (et cher !!, exigeant la mise en place d'une grosse usine à gaz pour ne faire finalement que de la localisation d'objets ainsi que la mesure).

La lunette achromatique Orion Short Tube avec son diamètre de 80mm et sa focale de 400mm, correspond parfaitement à ce critère primordial.

Pour me redonner goût à l'astronomie (je me connais vraiment bien depuis le temps !) il me faut y trouver un réel attrait technique sur quelque-chose de nouveau (et un peu compliqué !!). Si j'ai aimé l'astronomie pendant 10 ans (1997-2007), c'est que j'y ais trouvé de bons et beaux challenges à relever !

Aujourd'hui, en 2010, je ne recherche plus vraiment d'intérêt à courir après des challenges mais j'aspire plutôt à me rendre utile à quelconque association ou commission, en m'amusant à quantifier désormais ce que j'observe ou ce que je serai amené à photographier sur mes capteurs. C'est très certainement pourquoi, j'ai abandonné l'astronomie pendant deux ans et demi, c'est que je ne trouvais plus en cette science, de nouveaux domaines d'apprentissage réellement motivants sur lesquels me faire durablement les dents !...Et surtout la photographie m'a ouvert à un monde de liberté, d'observation, d'interrogation, de contact avec l'extérieur ainsi que d'expression, qui n'existent pas en astronomie !

Pour moi, l'image pour l'image en astronomie, je pense que c'est réellement fini dans ma façon d'aborder cette passion, sauf peut-être biensûr dans les cas où le sujet à immortaliser fait plus appel à l'esthétisme et à mes compétences de photographe qu'à celles d'astronome amateur.

Mais il en reste un, heureusement, qui peut m'occuper des nuits entières (à plus forte raison des décennies durant !) et qui n'exige pas un matériel pointu, long à assembler et à régler (et cher !), c'est la photométrie et l'astrométrie sur des objets célestes. Ce domaine n'exige pas l'obtention d'images CCD au traitement parfait pour un esthétisme alléchant (travail long, sans réelle garantie d'être récompensé à la fin par une image à la hauteur des espoirs) mais plutôt des images exigeantes du point de vue de l'exploitation informatique de leur contenu.

Pour ce faire, mes très récentes recherches sur le sujet m'ont conduites à trouver et télécharger des catalogues d'étoiles "astrométriques" tel que la base Tycho 2, qui référence avec une grande précision (mesures Hipparcos) la position de toutes les étoiles jusqu'à la magnitude 12. Ce catalogue s'avère bien largement suffisamment pour calibrer et analyser n'importe quelle image CCD produite à partir d'une focale de 400 mm, avec un capteur de 1/2".

Même si la CCD monochrome est très sensible, rigoureuse, dotée de pouvoirs "d'aspiration" de la lumière en aucune comparaison avec l'émulsion photographique, ceux-ci étant les principaux avantages de cette technologie permettant de monter très rapidement en magnitude et de pouvoir par delà même, effectuer des mesures sur les objets enregistrés, je pense (même si je n'ai pas encore d'expérience pour me faire une opinion précise), la magnitude maximum atteinte avec cette lunette compacte avec des pauses plutôt courtes (120 secondes maxi faut-il le rappeler, à cause d'absence d'autoguidage) devrait plafonner assez bas (15 tout au plus !).

Seules les premières lumières et les premières mesures seront sans aucun doute susceptibles de m'apporter une perception plus objective sur la sensibilité et les possibilités réelles du couple (Orion Short Tube + CCD DMK 1/2").

Peut-être serais-je finalement déçu par les performances de l'ensemble ?

Quoiqu'il en soit, je crois en ce que je fais et j'irai au bout de cette expérience pour savoir jusqu'où on peut faire de la science avec du matériel si simple, c'est mon devoir le plus absolu.

Mes recherches sur la toile m'ont amenés très justement à découvrir surtout les deux logiciels gratuits qui seront en mesure de remplir la périlleuse tâche d'effectuer les mesures sur mes images, soit pour extraire une magnitude inconnue sur un astre à partir d'étoiles étalon, soit pour en extraire les positions en Ascension Droite (AD) ou Déclinaison (DEC).

Le logiciel IRIS qui m'a permis depuis très longtemps (dès 2001) d'effectuer d'excellents pré-traitements et traitements de mes images astronomiques CCD, est bien évidemment doté d'une fonction de réduction astrométrique pour mesurer sur des images. Mais c'est surtout le logiciel TeleAuto (plus actualisé depuis 2006) qui retient toute mon attention car il propose une interface très simple d'utilisation et très intelligible, qui a fait ses preuves auprès de nombreux amateurs (et quelques professionnels !) dans le secteur de la mesure astronomique sur images.

En cette année 2010 qui commence bien tard (cet hiver a été douloureux pour moi), je pense que compte tenu du nombre de choses que je souhaite faire et réussir, je crois franchement que je ne saurais où donner de la tête !!...Et dire qu'il y en a qui s'ennuient à mourir !

L'image en négatif utilisée pour illustrer mon billet est une acquisition CCD de Christian Buil, issue de la documentation de son logiciel IRIS.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...