Décembre 2009 : Blu-Ray, le cinéma Haute-Définition

Courant début décembre 2009, j'ai fait évoluer mon home-cinéma afin de pouvoir lire le nouveau format de disque vidéo.

Jusqu'alors, comme 89 % des Français à la fin 2009, j'avais un lecteur de DVD traditionnel. Lors de son apparition, le DVD avait révolutionné le home-cinéma en offrant une qualité d'image très supérieure et des encodages des bandes sons au format Dolby ou DTS, à l'instar des cassettes VHS.

Le nouveau format de disque vidéo, le Blu-ray Disc, vient remplacer ou plutôt compléter l'ancien standard vidéo en offrant une capacité de stockage 5 fois supérieure au DVD donc 5 fois plus d'informations visuelles.

Pour ceux qui seraient encore sceptiques à s'aventurer vers ce nouveau format vidéo, il se trouve que les prix commencent à devenir vraiment très intéressants pour progresser vers la Haute-définition. Il y a encore peu, il fallait compter presque 500 € pour pouvoir profiter de ce nouveau format. Désormais, les grandes marques permettent de profiter des avantages du Blu-ray Disc à moins de 200 € dans d'excellentes dispositions.

Pour ma part, j'en ai profité pour apporter une modification également visuelle mais également sonore à mon home-cinéma afin de pouvoir profiter pleinement du potentiel de la haute-définition. Jusqu'alors, avec mon ancien lecteur DVD, je me suffisais d'une image analogique transmise au téléviseur par une liaison S-Vidéo et du Dolby Digital 5.1 analogique transmis par un tri-cable (jaune, rouge, blanc) à l'amplificateur Home-cinéma dédié.

Mon lecteur de Blu-ray Disc offrant une sortie HDMI pour l'image afin d'atteindre mon téléviseur sous l'ancien label "HD-Ready" et d'une sortie en fibre optique pour la piste son, j'ai donc revu intégralement les câblages entre mes différents appareils afin de migrer d'un environnement intégralement analogique à un environnement exclusivement numérique.

Suite à cette modification considérable, si le gain est déjà considérable sur la netteté de l'image et sur la dynamique du son à la lecture d'un simple DVD correctement encodé, surtout si la piste sonore est au format DTS (format indisponible en analogique), l'insertion d'un Blu-ray Disc dans mon nouveau lecteur suffit à achever mon périple vers la Haute-Définition.

Regarder un film bien restauré, même très ancien (années 60 à nos jours), au format Blu-ray Disc est un vrai délice pour les yeux et pour le son. Bien entendu, c'est en visionnant surtout des films à grand spectacle comme Gladiator, The Patriot, Braveheart, Prédilections, 2001-L'odyssée de l'Espace (film mythique de 1967 particulièrement bien restauré) que la différence (visuelle et sonore) entre DVD et Blu-ray Disc s'exprime pleinement.

Un arrêt sur image d'un DVD montre une image nette mais avec un léger moiré (détail trahissant la compression importante relative au DVD) en se collant l'oeil sur le téléviseur. Le même arrêt sur image sur un Blu-ray Disc montre une image parfaitement nette sans moiré avec un gain très net sur les structures des vêtements et surtout sur la profondeur des paysages.

En faisant une simple comparaison réciproque entre la photographie et la vidéo, on pourrait dire que le DVD équivaut au JPEG (compression), tandis que le Blu-Ray Disc équivaut à la qualité d'un fichier TIFF (sans compression).

Vive la HD !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...