Bonne année 2010 !


C'est avec immense plaisir que je tiens comme à l'accoutumée à vous transmettre tous mes meilleurs voeux de bonheur (de santé prioritairement) pour cette nouvelle année 2010 qui commence...

J'espère surtout que cette année 2010 sonnera la fin d'une certaine crise intellectuelle ainsi que celle qui touche nos porte-feuilles et que ce sera le grand retour des crises de rire !

Je n'arrive pas à concevoir et surtout à comprendre comment la jeunesse à laquelle j'appartiens arrive à s'ennuyer. Il y a toujours quelque-chose à découvrir, quelque-chose à expérimenter, quelque-chose à faire de nos journées. Une vie à l'échelle humaine est beaucoup trop courte pour avoir l'occasion de tout faire.



Ci-dessous, je tiens à lister les deux "découvertes" technologiques ou culturelles que j'ai pu effectuer depuis la mi-novembre 2009 jusqu'à ce jour. A partir du 4 janvier, j'aurai également l'occasion de vous relater j'espère, mes progrès dans une autre grande passion qui occupe un peu de mon temps : La musique et plus principalement mon attrait depuis toujours pour les percussions.

The Beatles : Remasterisation complète stéréo numérique

The Beatles n'est pourtant pas un groupe britannique récent qui appartient à ma génération. Et pourtant, je me déclare pleinement fan de cet ancien groupe de pop-rock ayant sévit durant les années 60.

A la mi-novembre 2009, j'ai cassé ma tirelire pour m'offrir cette nouvelle édition des morceaux du célèbre quatuor.

Mon attraction pour ce groupe est sans doute dû à l'indéniable modernisation et innovation que ce groupe a pu faire preuve en seulement 8 années d'existence dans la pop musique (Ringo Starr pour son excellente maitrise de la batterie, au point qu'aujourd'hui certains de ses enchaînements de batterie sont impossibles à reproduire et pour ses deux chanteurs fétiches Paul McCartney et John Lennon qui apportèrent leur part de progrès dans l'utilisation des guitares électriques et des basses dans la musique).

Pour tous les fans, l'arrivée sur le marché du fameux gros coffret noir fut un véritable événement musical. Imaginez donc un coffret offrant en intégralité sur un plateau dans une qualité stéréo cristalline jamais atteinte jusqu'à ce jour, les quelques 14 albums originaux de ce groupe tout simplement culte, soit plus de 200 titres à décrypter !

Dès la première minute d'écoute, on mesure l'excellent travail des ingénieurs du son pour ressusciter la musicalité et les voix inimitables bien propres aux Beatles dans une qualité qui colle parfaitement à ce que l'on obtient désormais de meilleur dans les studios d'aujourd'hui. Une véritable prouesse technique qui vous remue véritablement les tripes !

Au milieu des nombreux titres composés et enregistrés par les Beatles, des morceaux comme "I saw her standing there" (le tout premier morceau enregistré par le groupe en octobre 1962), "Love me do", "Hey Jude", "Old Brown Shoe", "Get Back" ou le très populaire "Let it be", sont un véritable plaisir pour les oreilles !

Bref, la remasterisation des morceaux de ce groupe mythique qui a mobilisé nos écrans de télé en début d'automne 2009, n'est pas qu'un argument commercial pour faire revendre une nouvelle fois des disques des Beatles mais belle et bien, une restauration révolutionnaire très fouillée du son de tous les albums originaux qu'on ne peut qu'applaudir !

Chapeau bas !

Sur YouTube, on peut aussi y trouver la vidéo de promotion en version originale :

Décembre 2009 : Blu-Ray, le cinéma Haute-Définition

Courant début décembre 2009, j'ai fait évoluer mon home-cinéma afin de pouvoir lire le nouveau format de disque vidéo.

Jusqu'alors, comme 89 % des Français à la fin 2009, j'avais un lecteur de DVD traditionnel. Lors de son apparition, le DVD avait révolutionné le home-cinéma en offrant une qualité d'image très supérieure et des encodages des bandes sons au format Dolby ou DTS, à l'instar des cassettes VHS.

Le nouveau format de disque vidéo, le Blu-ray Disc, vient remplacer ou plutôt compléter l'ancien standard vidéo en offrant une capacité de stockage 5 fois supérieure au DVD donc 5 fois plus d'informations visuelles.

Pour ceux qui seraient encore sceptiques à s'aventurer vers ce nouveau format vidéo, il se trouve que les prix commencent à devenir vraiment très intéressants pour progresser vers la Haute-définition. Il y a encore peu, il fallait compter presque 500 € pour pouvoir profiter de ce nouveau format. Désormais, les grandes marques permettent de profiter des avantages du Blu-ray Disc à moins de 200 € dans d'excellentes dispositions.

Pour ma part, j'en ai profité pour apporter une modification également visuelle mais également sonore à mon home-cinéma afin de pouvoir profiter pleinement du potentiel de la haute-définition. Jusqu'alors, avec mon ancien lecteur DVD, je me suffisais d'une image analogique transmise au téléviseur par une liaison S-Vidéo et du Dolby Digital 5.1 analogique transmis par un tri-cable (jaune, rouge, blanc) à l'amplificateur Home-cinéma dédié.

Mon lecteur de Blu-ray Disc offrant une sortie HDMI pour l'image afin d'atteindre mon téléviseur sous l'ancien label "HD-Ready" et d'une sortie en fibre optique pour la piste son, j'ai donc revu intégralement les câblages entre mes différents appareils afin de migrer d'un environnement intégralement analogique à un environnement exclusivement numérique.

Suite à cette modification considérable, si le gain est déjà considérable sur la netteté de l'image et sur la dynamique du son à la lecture d'un simple DVD correctement encodé, surtout si la piste sonore est au format DTS (format indisponible en analogique), l'insertion d'un Blu-ray Disc dans mon nouveau lecteur suffit à achever mon périple vers la Haute-Définition.

Regarder un film bien restauré, même très ancien (années 60 à nos jours), au format Blu-ray Disc est un vrai délice pour les yeux et pour le son. Bien entendu, c'est en visionnant surtout des films à grand spectacle comme Gladiator, The Patriot, Braveheart, Prédilections, 2001-L'odyssée de l'Espace (film mythique de 1967 particulièrement bien restauré) que la différence (visuelle et sonore) entre DVD et Blu-ray Disc s'exprime pleinement.

Un arrêt sur image d'un DVD montre une image nette mais avec un léger moiré (détail trahissant la compression importante relative au DVD) en se collant l'oeil sur le téléviseur. Le même arrêt sur image sur un Blu-ray Disc montre une image parfaitement nette sans moiré avec un gain très net sur les structures des vêtements et surtout sur la profondeur des paysages.

En faisant une simple comparaison réciproque entre la photographie et la vidéo, on pourrait dire que le DVD équivaut au JPEG (compression), tandis que le Blu-Ray Disc équivaut à la qualité d'un fichier TIFF (sans compression).

Vive la HD !

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...