Somme (80) - Le "Pays" Santerre Haute-Somme (Carte CC)

Comme le "Pays" du Grand Amiénois...Superbe puzzle !

Somme (80) - Le "Pays" Santerre Haute-Somme (Carte IGN)


Je finalise ce soir mon dossier sur l'identification des "Pays" Picards (en tous les cas ceux que je juge actuellement utile d'étudier) par le "Pays" du Santerre Haute-Somme.

Ce "Pays" compte trois villes qui en font l'attrait : Montdidier, Roye et Péronne. Montdidier est bien entendue la ville la plus accessible des trois.
J'en garde le souvenir d'une ville, visitée en 2004, avec une architecture et une histoire très attrayante.

Quant à Péronne, j'en garde surtout le souvenir du musée de la Grande Guerre. Ce musée présente une structure très particulière, tant dans la présentation que dans le contenu.

Le blog et le forum sur les voiturettes sans permis




Je tiens à saluer l'énorme travail de Fabien pour la démocratisation de ces véhicules un peu particuliers à travers son blog et son forum, uniques en leur genre !

Grâce à son blog connu en France et à l'étranger, à ses efforts énormes de communication, on a pu observer peu à peu un changement progressif des mentalités et des opinions sur ce moyen de transport atypique.

A découvrir plus en détail ici ==> http://www.0-permis.com/


Dangerosité réelle des voiturettes de tourisme et évolution du marché

Les voiturettes de tourisme appartiennent à la catégorie des quadricycles légers et lourds, en fonction de la puissance moteur.

Les versions sans permis qui enflamment toutes les passions sur les forums auto sont de la famille des quadricycles légers. Cette famille est équivalente à celle des cyclomoteurs en terme de cylindrée (50 cm3).

Conformément à mon précédent billet, il est saisissant de noter à quel point les voiturettes de tourisme sont détestées et jugées comme dangereuses, tout simplement indésirables par beaucoup d'automobilistes.

La plupart trouvent ces véhicules complétement ridicules et y préfèrent la moto traditionnelle de 50 cm3 dans leurs arguments. Or, les chiffres prouvent qu'en réalité, les conducteurs de VSP sont très attentifs au volant. La voiturette sans permis (140 000 en circulation en France) se place comme le meilleur élève, de très loin, dans les statistiques d'accidents.


La moto traditionnelle de 50 cm3 représente 16,2% des accidents tandis que la voiturette de tourisme représente une proportion ridicule de 0,2%. A méditer très sérieusement...

Le plus surprenant est la progression constante (supérieure à 15%), tous les ans, de ce marché du "sans permis" tandis que celui de la voiture traditionnelle s'effondre (chute supérieure à 10%). Il faut dire que les annulations de permis vont bon train et que beaucoup d'automobilistes sont condamnés à rouler dans ces véhicules. Malgré cette hausse importante du parc de VSP depuis quatre ans, les statistiques d'accidents restent inchangées.

Paradoxalement donc, la voiturette de tourisme déplaît sur les forums, tandis que le marché est au beau fixe et indique que ces véhicules répondent à une clientèle de plus en plus diversifiée et toujours plus importante dans les chiffres. L'occasion de recadrer le sujet en démontant les préjugés encore vivaces.

La mobilité, les dangers de la route et préjugés sur la catégorie des "sans permis"


Suite à mes analyses sur les différents secteurs géographiques que j'affectionne et dans lesquels je trouve mon épanouissement artistique, il m'apparaît important de débattre aujourd'hui d'un autre sens d'épanouissement : Celle de la mobilité qui découle obligatoirement sur la notion de liberté.

Il me devient utile de prendre la plume totalement librement sur un sujet certes glissant mais qui me passionne car il touche à une évolution fondamentale de notre société.

Adhérent au forum FORUM-AUTO (FA) depuis un an, je suis un lecteur assidu et un participant dynamique de la section sécurité. Dans cette section, tous les adhérents parlent de leurs mésaventures avec les autres, de leurs angoisses, de leurs joies aussi que leur procure le fait de pouvoir jouir d'une mobilité, toutes cylindrées confondues.

La photographie est un loisir exigeant et celui-ci ne peut se suffire à l'achat d'un appareil pour s'épanouir et se développer.
Sans mobilité, la liberté de production dans ce domaine se retrouve considérablement limitée.
Tout photographe se doit d'être autonome dans cette notion de mobilité.

Au milieu de toutes les catégories d'usagers de la route qui se mélangent sur le forum FA, il y en a une qui continue à souffrir encore aujourd'hui de préjugés et d'une mauvaise opinion des automobilistes "diplômés" d'un permis : Les conducteurs des voiturettes de tourisme à vitesse fortement limitée.Pour ma part, je n'ai pas de honte d'indiquer, à n'en déplaise à certains, que j'appartiens à cette catégorie de conducteurs par choix personnel.

Ce choix personnel est motivé par plusieurs raisons :

- Respect de l'environnement (ce type de véhicule rejette peu de CO2),
- A moins que vous soyez naturellement doté de très bonnes facultés pour conduire, le passage du permis de conduire est devenu une aventure très chère, très longue et l'épreuve pratique s'est considérablement durcie,
- La possession d'un véhicule ne m'est absolument pas indispensable, excepté pour me rendre dans les zones commerciales les plus proches de mon domicile pour effectuer les dépenses courantes ou me déplacer sur mes lieux de reportages. A quoi bon donc me fatiguer à courir après le billet "rose" ???
- La notion de sécurité m'importe beaucoup plus que la vitesse de croisière du véhicule

Sur le forum FA et pas celui-là d'ailleurs, il est fréquent que les débats sur les voiturettes de tourisme, appelées communément VSP, tournent à l'affrontement et à la moquerie. Les arguments souvent avancés par leurs détracteurs sont les suivants :

1 - Avec ma voiture, je peux prendre les autoroutes et me rendre rapidement en des lieux éloignés
2 - Avec ma voiture, je peux transporter beaucoup de matériel dans mon coffre
3 - Avec ma voiture, je peux transporter des passagers
4 - Les VSP, ce sont des véhicules bruyants qui reviennent très chers
5 - En cas d'accident, le conducteur d'une VSP est automatiquement mort
6 - La VSP, c'est le véhicule des alcooliques qui veulent défier les lois
7 - La VSP, c'est le véhicule des inconscients qui ne savent pas conduire
8 - Les VSP, elles sont dangereuses et super chiantes car elles roulent trop doucement. Il faudrait interdire ces véhicules sur nos routes.
9 - Les conducteurs de voiturettes sont des "emmerdeurs"
10 - Les conducteurs de voiturettes sont des personnes incapables de passer le permis car elles sont atteintes de déficiences mentales très graves et il faudrait qu'elles se soignent...

En somme, les voiturettes de tourisme font couler beaucoup d'encre et sont les mal aimées de la route, auxquelles on préfère curieusement les cyclomoteurs (scooters et motos) 50 cm3, bien plus dangereux !...Tout simplement parce-qu'on peut les doubler facilement comme des vélos alors que la clientèle est exactement la même : Des personnes de tous âges, sans permis de conduire.

D'ailleurs, on pourra noter aussi l'absence de critiques aussi virulentes vis à vis des vélos alors qu'il s'agit aussi du même type d'usagers, en plus large encore, puisque les vélos ne sont pas soumis à un âge minimum pour les conduire contrairement aux engins à moteur (14 ans pour une moto 50 cm3, 16 ans pour une voiturette de tourisme). Complétement risible n'est-ce pas !!??

La voiturette de tourisme révèle surtout un constat inquiétant que l'on retrouve constamment sur la route : L'intolérance. Or, cette intolérance serait responsable d'au moins 25% des accidents sur la route. Nos routes sont un domaine public où tout le monde a le droit de se cotoyer (dans les limites prévues par la législation du code de la route en vigueur), que beaucoup de détenteurs d'un ou de plusieurs permis considérent souvent comme leur domaine réservé.

En plus de cette intolérance avérée, ce qui fait souvent le plus mal, ce sont les critiques de personnes ignorantes du sujet. Une voiturette de tourisme, cela roule lentement (à 50 km/h maximum) mais leur coffre est capable de transporter une quantité non négligeable de matériel par rapport à une SMART. La plus petite du marché possède déjà un coffre supérieur à une contenance de 300 litres alors qu'un attaché-case moyen d'une moto n'en fait que 16 ! La plus grande, affiche fièrement un coffre de 2 mètres-cube...

En somme, les voiturettes de tourisme sont surtout les grandes mal-aimées par les automobilistes car elles éveillent en eux un sentiment naturel de frustration qu'une moto de 50 cm3 ne produit pas : "Pourquoi une personne peut conduire librement une voiture alors que j'ai dû me fatiguer à passer des leçons de conduite dans une auto-école ainsi que passer un examen pratique ???".

La réponse est, à cette question, qu'une voiturette de tourisme n'a pas le même but visé qu'une voiture traditionnelle.

Une voiturette de tourisme est un véhicule conditionné pour ne permettre la conduite que sur les petites routes, seulement sur les départementales et nationales qui ne sont pas spécifiquement homologuées pour automobile. C'est un véhicule conditionné pour les petits déplacements (inférieurs à 100 km) sur les petits axes mais pas pour les autoroutes, pour les grands déplacements.
Sur ce point, les automobilistes doivent comprendre en contre partie que leur(s) permis justifie les efforts personnels et financiers qu'ils ont pu investir pour l'obtenir. Les VSP ne sont pas des concurrents mais bels et bien des véhicules avec leurs particularités, qu'ils doivent respecter comme les motos qu'ils rencontrent sur leur itinéraire et non les considérer comme des intrus à abattre !

Enfin, pour ce qui est de la personnalité des conducteurs de ces voiturettes, elle est aussi hétérogène que celle qui caractérise l'ensemble des automobilistes. Vous avez parmi les détenteurs du permis des gens complétements inconscients qui jouent avec leur vie et celles des autres, tout comme vous avez des personnes sans permis qui sont infiniment respectueuses du code de la route. En cas de faute grave, l'un comme l'autre de ces catégories, seront susceptibles d'être sévérement sanctionnées par la loi en vigueur dans notre pays.

Si on commence à se juger mutuellement en fonction de ce que l'on possède, à quoi bon d'être des êtres humains et d'avoir le droit d'avoir des goûts et des orientations différentes...

Image : Image libre de droits

Somme (80) - Le "Pays" Grand Amiénois (Carte CC)

Formidable puzzle de communautés !

Somme (80) - Le "Pays" Grand Amiénois (Carte IGN)

Paradoxalement, le "Pays" du Grand Amiénois appartenant au département de la Somme (80) est bien plus accessible que le "Pays" des Sources et Vallées du département de l'Oise, tout simplement par l'axe routier, bien moins fatiguant, quelque soit le véhicule utilisé.

De plus, compte tenu de la localisation de mon domicile, je bénéficie d'axes privilégiés qui me permettent souvent de progresser en ligne droite sur plusieurs dizaines de kilomètres, presque totalement à la verticale. Monter dans le Grand Amiénois est donc relativement facile car c'est un voyage peu éprouvant pour le conducteur.

Paradoxalement donc, il sera plus facile d'aller et de revenir chez soi d'une ballade dans le "Pays" du Grand Amiénois en une journée avec une voiturette de tourisme, contrairement au véritable périple à programmer pour approcher le "Pays" des Sources et Vallées.

Le chef-lieu du "Pays", Amiens, est bien entendu encore une merveille comme on en trouve beaucoup en Picardie. C'est dans ce vaste "Pays" Picard que se situe également la commune d'Albert dans laquelle se trouve l'un des monuments les plus fabuleux que j'ai eu l'occasion de visiter et de photographier durant l'été 2005 : La basilique néo-byzantine. Il faut dire que la restauration complète de ce véritable chef d'oeuvre architectural a été très réussie.

L'axe Beauvais-Amiens (en passant par Crévecoeur-le-Grand) permet d'accéder à la Somme par le bourg de Lestocq sur la D210. Par cet axe, la distance entre Beauvais et Amiens est de seulement 61 km. Une distance qui peut être parcourue en un peu moins de 2 heures avec une voiturette de tourisme.

Depuis mon domicile, il faut y ajouter environ 50 kilomètres. Amiens se situe donc à un peu moins de quatre heures avec mon moyen de locomotion (vitesse horaire moyenne de 35 km/h) dont la seule réelle difficulté du trajet est la traversée de Beauvais. Certains diront à la lecture des chiffres que c'est de la folie.
Pour ma part, je dirai simplement que je prends le temps de vivre ma passion ainsi que mes déplacements et que avec ma voiturette de tourisme, il m'est arrivé parfois de faire des choses autrement impossibles avec un véhicule conventionnel.

La photographie exige beaucoup de temps d'observation.
Un véhicule compact de très petite cylindrée s'avère particulièrement adapté et productif.

Oise (60) - Le "Pays" Sources et Vallées (Carte CC)

3 communautés de communes pour ce "Pays" Picard de l'Oise profonde...

Oise (60) - Le "Pays" Sources et Vallées (Carte IGN)

Le "Pays" Sources et Vallées est très certainement le "Pays" Picard de l'Oise, le plus éloigné. C'est dommage car avec Noyon comme chef-lieu, c'est un territoire magnifique.

Au mieux, en voiturette de tourisme, il faut trois heures de route pour entrer dans ce "Pays" depuis mon domicile. Une aventure qui n'est envisageable que en réservant un hôtel sur place et en prévoyant au moins trois jours pour profiter du secteur. C'est surtout le circuit routier assez délicat en dehors des autoroutes dans ce secteur qui rend la progression difficile avec un véhicule comme le mien.

Mais quel plaisir ! Ce secteur est une confrontation permanente entre des sources et des vallées. Ce n'est pas pour rien que ce "Pays" Picard a reçu ce nom. Il me faudrait organiser un véritable petit voyage à l'avenir pour pouvoir étudier ce territoire reculé de l'Oise. C'est la raison pour laquelle mes travaux dans ce secteur se font fort rares...

Oise (60) - Le "Pays" Compiégnois (Carte CC)

Le "Pays" Compiégnois compte 4 communautés de communes.

Oise (60) - Le "Pays" Compiégnois (Carte IGN)

En ce lundi 27 juillet 2009 au soir, je tiens à poursuivre ma description des "Pays" Picards par l'excellent "Pays" Compiégnois.

Il appartient aux 2 "Pays" de l'Oise les plus difficiles d'accés de part leur excentricité à l'est par rapport à mon domicile.

Pourtant, malgré cet éloignement géographique, je ne me suis jamais senti aussi près de ce "Pays" Compiégnois car son chef-lieu, Compiègne, fut la ville où siégeait jusqu'au milieu du XXème siècle, le 5ème régiment de Dragons auquel appartenait mon arrière grand père, Albert FIOCRET.

A chaque fois que j'ai eu l'occasion de me rendre dans cette ville, j'ai toujours été emballé par l'impérialisme de Napoléon Ier, qui a laissé d'indélébiles traces comme le superbe Palais National.

Les liens avec Napoléon Bonaparte sont nombreux, à commencer par le fait que Compiègne fut également le siège des 3 plus prestigieux régiments de Dragons de l'empereur, qui s'illustrèrent dans les plus grandes batailles à travers toute l'Europe. Compiègne a une telle influence sur son "Pays" Picard d'appartenance que, malgré la présence de bien d'autres joyaux sur ce territoire, elle marque l'esprit et fait oublier toutes ses concurrentes ! C'est très impérial comme magnétisme !

Chute d'un corps de nature inconnue sur la planète Jupiter




Jupiter présente actuellement une manisfestation suffisamment rare pour être qualifiée d'exceptionnelle. Manifestation tout à fait visible dans un télescope d'amateur, même de diamètre modeste.

Il s'agit d'une tâche noire présente sur l'un des pôles de Jupiter. Nous n'avions pas pu observer pareille manifestation depuis juillet 1994 lorsqu'une comète (Shoemaker-Levy 9) s'écrasa sur la géante gazeuse.

Aucun doute, un corps solide relativement important a fini sa course dans Jupiter, de la taille d'un astéroïde ou d'un fragment de comète.

Marc Delcroix est à l'origine de cette planche d'images CCD dans plusieurs longueurs d'onde où on peut voir que dans la lumière visible, la tâche sombre (voire tout à fait noire) est tout à fait évidente et qu'elle brille sous la forme d'une tâche claire dans le méthane.

Oise (60) - Le "Pays" du Grand Creillois - Oise et Halatte (Carte CC)

Le "Pays" Picard du Grand Creillois - Oise - Halatte compte 5 communautés de communes.

Oise (60) - Le "Pays" du Grand Creillois - Oise et Halatte (Carte IGN)

Le "Pays" du Grand Creillois est un secteur assez pauvre de l'Oise en paysages. On pourrait même dire qu'il appartient même au domaine inattendu pour l'Oise de "secteur industriel". Tout le secteur des communes de "Chambly - Boran sur-Oise" (je me comprends peut-être tout seul), à cheval sur deux "Pays" Picards, est une grande concentration de commerces et d'industries et cela n'est pas compatible avec la photographie.

Heureusement, comme tout "Pays" Picard, il existe quelques bonnes curiosités à découvrir, notamment en architecture, telle que la commune de St-Leu d'Esserent. Je suis sûr qu'il y a des choses cachées dans ce "Pays" qui méritent d'être découvertes à l'avenir par mes propres moyens d'investigation que sont le jeu de l'aventure et l'observation.

Oise (60) - Le "Pays" du Clermontois - Plateau Picard (Carte CC)

Le "Pays" du Clermontois - Plateau Picard compte 2 communautés de communes.

Oise (60) - Le "Pays" du Clermontois - Plateau Picard (Carte IGN)


Le "Pays" du Clermontois - Plateau Picard se situe à l'est du Beauvaisis.

Accés en partant à l'est de Beauvais ou par le sud en venant du "Pays" de Thelle Vexin-Sablons.

Seine-Maritime (76) - Communauté de communes Gisors-Epte-Lévrière - "Pays" du Vexin Normand


C'est sans aucun doute sur cette zone que va se concentrer dans la seconde partie de l'été et cet automne 2009, une partie de mes travaux photographiques à venir, pour me changer de temps à autre, de mon département de l'Oise adoré.

Le mois de Juillet s'en va et ce week-end du 25 et 26 juillet 2009, est encore un week-end improductif car je suis actuellement assez fatigué nerveusement par mon activité professionnelle de la semaine. Je préfère donc me reposer au lieu de prendre le volant ce dimanche.

Vivement mes futures vacances d'août afin que je puisse recharger les batteries et voir autre chose qu'un écran d'ordinateur et oublier la charge de travail qui m'a été attribuée depuis trois semaines. Cette zone de 18000 habitants, composée de 16 communes, aura très certainement de quoi stimuler ma productivité photographique et me vider complétement la tête.

L'Epte et la forêt de Gisors sont l'un des spectacles à découvrir dans cette communauté des communes de Gisors-Epte-Lévrière.



Communes :

Amécourt
Bazincourt-sur-Epte
Bernouville
Dangu
Guerny
Hébécourt
Mainneville
Mesnil-sous-Vienne
Neaufles-Saint-Martin
Noyers
Saint-Denis-le-Ferment
Sancourt

Gisors est à ma portée en seulement 1h15-1h30 de route.
Plus rustique que le Vexin Français, très sensible aux charmes de la Normandie caractérisé par des maisons typiques, le "Pays" du Vexin Normand et plus précisément cette communauté des communes, me parlent bien davantage !

Lors de mon premier passage à Gisors à l'été 2008, j'avais été séduit par le cadre mais j'y avais préféré le "Pays" Picard Thelle Vexin-Sablons pour l'architecture et certains paysages. Il est temps de changer de lieux pour produire autre chose...

Seine-Maritime (76) - Le "Pays" du Vexin Normand

Le "Pays" du Vexin Normand est la seconde zone que j'affectionne le plus pour mes photos, après l'Oise. Gisors est la porte d'entrée de ce "Pays" en venant du Val d'Oise. Dès 2004, c'est dans la commune Les Andelys que j'avais trouvé matière à travailler pour mes panoramiques avec le célèbre Château-Gaillard.

Villes principales : Les Andelys (9307 hab.),
Gisors (11115 hab.),
Etrépagny (3626 hab.),
Lyons la Forêt (806 hab.),
Fleury-sur-Andelle (1923 hab.),
Ecos (911 hab.)

Le Vexin Normand est composé de 6 Communautés de Communes :


Seine-Maritime (76) - Le "Pays" de Bray (Accessibilité)

Seine-Maritime (76) - Le "Pays" de Bray (CC)




Le "Pays" de Bray est découpé en 7 petites communautés de communes, découpage motivé par les cantons. Depuis le Val D'Oise, ce sera sans aucun doute par le Canton de Gournay-en-Bray que je ferai impérativement mon entrée dans ce "Pays".

Gournay-en-Bray se situe à environ 2h15-2h30 de mon domicile en voiturette de tourisme, en empruntant l'axe le plus direct.

Seine-Maritime (76) - Le "Pays" de Bray (localisation générale)





Le "Pays" de Bray est une zone que j'ai repéré depuis longtemps pour son fort potentiel en paysages rustiques et son éclairage en hiver, compatible avec ma démarche artistique.

Située entre le Vexin Normand au sud, l'Oise à l'est, cette zone n'est pas à confondre avec la Communauté des Communes du Pays de Bray, toute proche, située dans le département de l'Oise.

A ce jour (juillet 2009) où je présente cette zone facilement accessible en voiturette de tourisme en deux bonnes heures de route, mon approche se limite à cette analyse géographique.

Mais j'ai hâte d'avoir du temps devant moi pour pouvoir enfin l'explorer dans la pratique et décrypter les mystères de ce "pays" sauvage...

Oise (60) - Le "Pays" de Valois Senlis Chantilly (Carte CC)




Le "Pays" de Valois Senlis Chantilly est découpé en 3 Communautés de Communes dont la plus importante (CC du Pays de Valois) est sous l'influence de Crépy-en-Valois, à l'est.

Oise (60) - Le "Pays" de Valois Senlis Chantilly (Carte IGN)

Le "Pays" de Valois Senlis Chantilly, c'est un peu l'Oise médiévale. Dans cette zone de l'Oise, c'est l'architecture qui s'impose sur les paysages (châteaux, belles demeures, jolies rues et avenues,...).

Ce "Pays" compte plusieurs hauts-lieux s'illustrant par des architectures remarquables :

- Chantilly
- Senlis
- Chaalis
- Crépy-en-Valois

Le territoire compte des ruines de plusieurs abbayes, des chapelles, de belles églises. Le "Pays" de Valois Senlis Chantilly, c'est l'Oise des vieilles pierres.

A ce jour, ce "Pays" reste à découvrir, bien que mes travaux photographiques intégrent depuis 2005, des photographies concernant cette zone comme l'abbaye de Chaalis ou bien plus récemment le Château de Chantilly en guise de test de mon nouveau NIKON D90, il y a quelques mois.

Oise (60) - Le "Pays" du Grand Beauvaisis (CC)

Le "Pays" du Grand Beauvaisis est le plus gros morceau de l'Oise, cela s'exprime donc aussi par pas moins de 7 Communautés de Communes.

Il est intéressant de noter, chose curieuse que la CC du Pays de Bray n'est...Pas le Pays de Bray qui se situe véritablement derrière la frontière administrative de l'Oise, dans le département de la Seine-Maritime en région de Haute-Normandie !

Malgré tout, un égarement accidentel dans cette Communauté des Communes lors de ma phase de retour à la maison après ma visite de Tillard en juillet 2009 montre une influence manifeste du véritable Pays de Bray tout proche, avec la CC du même nom ; Un bref aperçu prometteur pour de futures excursions en voiturette de tourisme.

Je prendrai le temps ultérieurement d'approfondir théoriquement et dans la pratique du volant, les autres Communautés des Communes qui gardent pour l'instant tous leurs mystères.

Oise (60) - Le "Pays" du Grand Beauvaisis (Carte IGN)

Le "Pays" du Grand Beauvaisis est le morceau le plus important de l'Oise. C'est aussi le fragment de ce département le plus riche en agréables surprises.

On m'a souvent parlé de ce "Pays" avec beaucoup d'éloges, finalement bien mérités.

L'introduction à ce "Pays" Picard fut le village de Jouy-sous-Thelle en septembre 2008, reportage finalisé par les prises de vues intérieures de l'église en mars 2009. Ce village m'a profondément marqué par son caractère et surtout par la personnalité très agréable de ses habitants. J'ignore si ce sera le cas partout et je me risquerai point à généraliser mes premières impressions, mais est-ce que les habitants du Grand Beauvaisis seraient-ils moins hostiles aux "Parigots" que ceux peuplant l'Est du CC du Pays de Thelle ???

J'ignore si cela est un signe mais le village de Jouy-sous-Thelle m'aura vraiment laissé un très bon souvenir et en analysant les cartes, il se trouve que c'est pour l'instant, à ce jour, le seul village du Grand Beauvaisis que j'ai exploré et qui plus est, ce sont l'un des villages situés aux portes de ce "Pays" Picard très prometteur en émotions...

Je prends cela comme une invitation providencielle à la découverte et il ne fait aucun doute que l'un de mes prochains arrêts en ces beaux jours seront dans ce "Pays"...

Oise (60) - Le "Pays" Thelle Vexin-Sablons (CC)

Le "Pays" Picard Thelle Vexin-Sablons est composé de 3 Communautés de Communes (CC).

Pour les quelques explorations que j'ai pu faire jusqu'à ce mois de juillet 2009, il est difficile de faire des différences franches des sujets entre les 3 Communautés...

La seule chose que je pourrais dire, c'est que le CC du Pays de Thelle semble réserver de bonnes surprises en se détachant des deux autres Communautés de Communes, par des paysages attachants. J'ai même presque l'impression qu'il présente certains aspects légèrement vallonnés susceptibles de produire des photographies "profondes" en cas de météo favorable.

Oise (60) - Le "Pays" Thelle Vexin-Sablons (Carte IGN)

Thelle Vexin-Sablons est le "Pays" de Picardie que j'explore le plus souvent, pour sa proximité biensûr mais surtout parce-que en le parcourant, je me suis rapidement rendu compte qu'il n'était pas nécessaire de s'enfoncer bien loin dans l'Oise pour tomber sur des trésors photographiques.

Dès l'été 2008, mes mois de juin, juillet, août et septembre furent mobilisés pour étudier le "Pays". L'hiver 2008-2009, particulièrement rigoureux stoppa mes travaux qui purent reprendre seulement au mois de février 2009.

C'est en février 2009 en effet que j'ai poursuivi l'exploration de ce "pays" Picard en découvrant le paradis de la commune de Lavilletertre dans les dernières brumes de l'hiver, au soleil couchant. Pas plus tard qu'en début juillet 2009, j'ai été me perdre à Silly-Tillard et ce village est l'excellent témoin du potentiel visuel que regorge ce "Pays" de l'extrême Sud de la Picardie.

Depuis l'été 2008, j'ai déjà eu l'occasion d'explorer plusieurs villages et bourgs qui m'ont laissés de bons souvenirs :

- Fleury
- Amblainville
- Chaumont-en-Vexin
- Loconville
- St-Cyr
- Romesnil
- Lavilletertre bien entendu...

Ce "Pays" Picard est l'endroit où je me ressource le plus car c'est vraiment la campagne Picarde sauvage avec une seule réelle "grande" ville, Méru, qui dépasse les 10 000 habitants dont l'influence est assez faible. Sinon du reste, ce ne sont que des villages espacés entre eux, avec des paysages à perte de vue.

La Picardie - Zones d'actions photographiques

La "Belle" Picardie est mon gigantesque terrain de jeu, comme j'ai déjà eu l'occasion de l'exprimer dans d'autres billets.

La très grande partie de mes photographies sont réalisées dans cette région. Il convenait donc de faire un zoom sur cette région et de mettre en évidence mon champ d'action par rapport à celle-ci, plus ou moins probable et plus ou moins marqué, en fonction de la distance des différents "Pays" la constituant, par rapport à mon domicile.

En rouge, mon terrain de jeu favori constitué de 5 "Pays" de l'Oise (60) à proximité immédiate, dans lesquels mes travaux photographiques sont les plus fréquents.

En Orange, les 2 "Pays" de l'Oise (60) où mes travaux sont plus rares.

En bleu et en violet, les extensions possibles de mon travail photographique dans la Somme (80) et dans l'Aisne (02).

La Picardie - Ma région préférée aux 16 Pays - Oise, Aisne et Somme

La Picardie, c'est bien connu, est ma région préférée pour mes reportages et mes photos. Région de mes ancêtres, je m'y sens comme chez moi. Composée de 3 départements (Oise, Aisne et Somme) découpés en 16 "Pays", la Picardie offre une foule de paysages variés et très aérés comme je les aime.

Dès que j'y vais, seul ou en famille, c'est toujours le dépaysement et un vrai plaisir pour les yeux...

Pendant que d'autres artistes-photographes descendent dans le Sud pour les week-end ou pour les vacances, le nord et tout particulièrement la Picardie, toute proche, est pour ma part mon lieu d'exode parfait pour mes travaux d'imagerie. Par soucis de transport (vitesse moyenne de 35-40 km/h pour ma voiturette de tourisme), c'est bien entendu le département de l'Oise et ses 7 "Pays" qui représentent mon immense terrain de jeu.

L'Oise est composée de 7 "Pays" Picards délicieux :

- Thelle Vexin-Sablons
- Grand Beauvaisis
- Clermontois Plateau Picard
- Grand Creillois
- Compiégnois
- Sources et Vallées
- Valois Senlis Chantilly (Sud de l'Oise)

Aidé par des départementales rapides au-dessus de Beauvais, l'exploration en voiturette de tourisme pourra être étendue exceptionnellement sur une journée, dans 2 "Pays" du département de la Somme :

- Grand Amiénois
- Trait Vert

Le Vexin Français - Principalement le Val D'Oise (95) et le 78

Le Vexin Français est un "pays" majoritairement étendu sur le département du Val D'Oise (95) situé à proximité de celui dans lequel je suis domicilié. Il me suffit d'effectuer moins d'une dizaine de kilomètres à peine pour y faire mon entrée.

Il est composé de 94 communes du Val D'Oise et des Yvelines.

Parsemé de villages conservant d'anciens corps de fermes, de vieilles églises et beaux châteaux, ce vaste plateau aux riches terres agricoles offre des paysages très variés. Curieusement, le Vexin Français est très beau, reposant mais m'attire beaucoup moins que l'Oise car contrairement à ce département de Picardie, le Vexin Français souffre d'une concentration importante. Je me sens beaucoup plus à l'aise dans l'Oise car j'y trouve une plus grande aération entre les villages et la campagne profonde.

Le Vexin Français, compte tenu de ma localisation, c'est un petit peu l'Oise "avant l'Oise" mais avec des inconvénients, comme sa proximité avec les agglomérations comme Cergy-Pontoise. Je me souviens avoir été marqué par le caractère étroit des routes et souvent la difficulté pour se diriger sur certaines routes à cause d'un manque criant d'indications ou bien la difficulté pour trouver un endroit pour se stationner (notamment lors de mon reportage sur Vigny en mars 2009). Dans ce cas bien précis, il faut avouer que rouler en voiturette de tourisme comme je le fais est tout indiqué !

Pour les nombreuses ballades effectuées dans ce beau "pays" du Val D'Oise depuis ma tendre enfance et en voiturette de tourisme depuis l'été 2008, je retiendrai plusieurs lieux vraiment exquis :

- Valmondois
- Auvers-sur-Oise pour toutes les merveilles qu'on peut y trouver
- Nesles-la-Vallée, à proximité du Sausseron
- Epiais-Rhus pour les paysages et l'église
- Wy-Dit-Joli-Village, charmant petit bourg, pour avoir essuyé une grosse averse dans mon véhicule et m'y être arrêté en attendant que cela se calme car je m'étais égaré !
- Villarceaux pour son domaine magnifique
- La Roche-Guyon pour son donjon et tout le cadre limitrophe
- Vigny biensûr...
- Nucourt pour m'y être égaré un bon paquet de fois au moment où je testai mon GPS pour me rendre à Gisors. Depuis, ayant compris que le GPS avait tendance à s'égarer aux alentours de cette commune, je passe par d'autres axes plus rapides et surtout moins tortueux.

La photographie et les contextes géographiques (introduction 1)

Il m'est apparu important en ce samedi 25 juillet 2009 d'enrichir mon blog d'un nouveau intercalaire "Cartes et études géographiques". Ce nouveau dossier contiendra tous les documents que j'aurai pu trouver sur internet ou ailleurs concernant mon rayon d'actions photographiques.

Certaines régions, pour parler en premier lieu de la Picardie, ont fait des efforts considérables pour mettre en avant la richesse culturelle et démographique de leurs patrimoines. Faire de la photographie, cela ne se limite pas à partir à la conquête de belles images tant dans l'aspect esthétique et/ou technique mais également à inscrire sa démarche par rapport à des lieux, souvent chargés d'histoire.

Au gré des siècles, du climat, des spécificités géographiques, de dominances féodales, de dominances administratives, de conflits parfois très localisés, certaines régions présentent de multiples visages qu'il apparaît essentiel d'appréhender que l'on appelle communément des Pays.

Ces mêmes Pays sont souvent découpés en plusieurs CC (veuillez comprendre Comités de Communes). Des découpages qui, connus, permettent de faire des liens et rapprochements entre villages. Des découpages qui permettent d'appréhender la photographie autrement car entre chaque Pays et même entre chaque Comités de Communes, des différences sensibles peuvent être observées tant dans l'influence de certaines villes, tant dans l'influence de certaines fêtes très localisées, tant dans le comportement naturel des gens, tant dans certaines règles administratives que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

Faire de la photographie, c'est s'interroger en trois dimensions, c'est s'interroger sur soi-même, c'est regarder à la fois derrière, à la fois devant. En somme, photographier un environnement, c'est essentiel de bien le comprendre !

Image : Copyright - FEDERAL HOTEL - http://fr.federal-hotel.com/carte-hotel-france.htm

Zones d'actions photographiques (introduction 2)

Il y a des régions qui marquent et qui alimentent la sève créative d'un photographe.

Pour ma part, au plus profond de mon être et sans nul doute à cause de ma mémoire biologique (qui sommeille dans chacun de nous), j'éprouve toujours autant d'émotion à parcourir les régions de la Haute-Normandie et de la Picardie, régions où vécurent beaucoup de mes principaux ancêtres ; L'Ile-de-France beaucoup moins, bien que toute mon existence soit marquée par cette région, né dans le Val D'Oise et demeurant dans le Val D'Oise depuis toujours.

Mais rien à faire...Ma préfèrence se concentre sur la fraîcheur, le calme, l'authenticité, la rudesse, le caractère sauvage et les étendues infinies des champs et villages de l'Oise. Sensibilité que je commence à pressentir dans le Vexin Français, principalement réparti dans le Val D'Oise, sans toutefois encore ressentir le caractère vraiment sauvage de l'Oise profonde qui me fait tant frémir d'envie de découvrir.

Ma mobilité et bien entendu ma sensibilité tout à fait personnelle s'exprime donc par un travail photographique actuel et à venir, s'étendant sur pas moins de 10 pays appartenant à trois régions (Haute-Normandie, Picardie et Val D'Oise) situées au carrefour de mon lieu d'habitation. Ces pays feront l'objet au gré de mes découvertes sur le net ou dans les livres, d'une étude cartographique détaillée.

Carte : Zones d'actions photographiques en rouge.

L'ordinateur d'Apollo 11 : Un exploit technologique !

Les premiers pas sur la Lune en ce mois de juillet 1969 par les astronautes américains de la NASA furent un événement sans précédent pour toute la planète entière. Malgré tout, je n'ai pas honte de dire que j'aurais pris du temps à réagir à cet événement par le simple fait que je n'avais pas grand-chose à exprimer sur ce sujet.

Et pourtant, il y a bien quelque-chose qui mérite toute l'attention et qui mérite que l'on publie un billet sur cet événement : C'est l'apparition d'un tout nouvel outil à cette époque, qui allait permettre la réussite de la mission. Ce nouvel outil, c'est l'ordinateur.

On a souvent tendance à l'oublier, mais en 1969, l'ordinateur n'est encore qu'au stade d'embryon et pourtant, il va jouer un rôle décisif dans cette conquête de la Lune par l'homme.

Atteindre la Lune, cela répond à une foule impressionnante de paramètres et l'homme seul n'aurait pu les maîtriser, sans être assisté d'une machine à calculer grandeur nature qu'est l'ordinateur.

Nous sommes bien loin de la miniaturisation d'aujourd'hui et des écrans LCD couleur qui équipent les ordinateurs de notre époque, lorsque ceux-ci s'imposent dans la mission Apollo 11. Les performances sont en effet dérisoires en 1969 (CPU de 1 MHz, RAM de 4 Ko et ROM de 36 Ko) pour un poids total de... 32 kg !!!

Ces ordinateurs ne s'embarrassent donc d'aucun code superflu et vont permettre simplement de réaliser l'essentiel de la mission : Calculer des vitesses, les trajectoires, des distances et actionner des commandes.

Malgré que ces ordinateurs soient des dinosaures de l'informatique, je suis assez surpris des performances que l'on pouvait en tirer. La performance pour l'époque, qui demeure même encore aujourd'hui un véritable exploit technologique, c'est que ces ordinateurs étaient capables d'exécuter 8 tâches en même temps !
Il fallait au moins cela pour faire du programme Apollo, une victoire éclatante !

La nécessité pour le programme Apollo d'emporter un ordinateur eut pour conséquence de booster la recherche dans ce domaine. L'AGC (Apollo Guidance Computer) était l'un des premiers ordinateurs à faire appel aux circuits intégrés, ce qui eu pour conséquences le développement exponentiel et la réduction des coûts de cette technologie électronique.

La mémoire informatique fut également au centre des recherches.
Le premier ordinateur x86 commercialisé en 1981 avait déjà plus de 8 fois de mémoire que l'ordinateur AGC des missions Apollo.

Enfin, cet exploit technologique ne s'arrête pas aux AGC embarqués dans les modules envoyés vers la Lune. A 40000 kilomètres des astronautes, les informations collectées par les AGC étaient récupérées en temps réel par un ordinateur au sol dans la base de Houston. Un certain ancêtre d'internet, j'en concluerais personnellement. L'ordinateur au sol permettait en fonction des informations collectées pendant l'aller vers la Lune d'assurer le guidage à distance des modules spatiaux pour le retour vers la Terre.

On concluera que les retombées de cette mission Apollo furent considérables au cours des plusieurs décennies qui suivirent. Une raison réellement valable de rédiger ce billet et de respecter ainsi que comprendre les 150 milliards de dollars de coût du programme. Plusieurs inventions, aujourd'hui démocratisées, sont les résultats des nombreuses recherches motivées par cet exploit :

- Le GPS pour la localisation précise d'un objet fixe ou mobile.
- Les télécommunications (internet, vidéo-conférence, liaison téléphonique directe par ondes radios,...etc)

Feu d'artifice du 14 juillet 2009 (Diffusion le 18/07/2009)


Cette vidéo a été réalisée à partir d'une séquence au format AVI acquise avec un NIKON Coolpix S610, le mardi 14 juillet au soir, à main levée. La musique de fond est extraite d'un quadruple CD "Film music collection" interprété par le grand orchestre philharmonique de Prague. J'ai profité du week-end pour finaliser cette vidéo et la charger sur mon blog. Cette vidéo est exclusivement concentrée sur le bouquet final du superbe feu d'artifice qui a eu lieu dans mon village du Val D'Oise.

Indiscutablement, les appareils photos savent se montrer de plus en plus polyvalents. Ils ne se limitent plus seulement à la photographie mais sont également capables de filmer de jour comme de nuit, dans d'excellentes conditions.

J'espère que vous apprécierez cette expérience sur les capacités vidéos du NIKON Coolpix S610 qui me permet, entre autre, de délivrer mon second reportage vidéo depuis la création de mon blog. Et j'espère que j'aurai d'autres occasions d'en produire et d'en montrer.

12/07/2009 (1) : Petit coup d'oeil sur la commune de Tillard

C'est en ce matin du 12 juillet 2009 que j'ai pu enfin reprendre mes reportages, après que mon véhicule de tourisme ait bénéficié d'une réparation suite à la mésaventure du 21 juin dernier. Je tiens à rappeler qu'il y a un peu moins d'un mois, ma voiture avait été victime d'un piètre conducteur qui m'avait défoncé l'avant-gauche (aile + feu + jupe) en mon absence.

C'était l'occasion par ailleurs de tester par la même occasion le comportement de mon véhicule après réparation sur la route. Bien que les travaux effectués ne s'appliquaient que sur de la carrosserie réduite en miettes, il est toujours important de s'assurer que tout est en ordre pour ma sécurité et pour la sécurité des autres...

Pour ce faire, j'ai choisi, malgré une météo discutable (ciel gris et bouché, avec risques de pluie) de partir à la découverte avec un matériel léger (un NIKON Coolpix S610 dont je vous parlais il y a peu + un trépied photo ultra-léger avec niveau à bulle).

C'est dans le village de Tillard (60) que je me suis donc arrêté.

J'ai profité de cet arrêt court (une heure) pour réaliser quelques maquettes photographiques que vous pourrez découvrir dans les autres billets ci-dessous. Occasion comme j'aime bien le montrer et le démontrer sans cesse qu'avec un compact de poche, il est possible de réaliser de bonnes photographies et que seul l'oeil de l'opérateur fera perpétuellement la différence. Biensûr, il me faudra revenir ultérieurement avec mon NIKON D90, lorsque les conditions météorologiques seront compatibles avec ma production artistique (soleil + cumulus) et cela d'autant plus que par moment, j'ai eu droit à un petit crachin (pluie très fine) qui s'est invité entre certaines prises.

12/07/2009 (2) : Panoramique à main levée avec le NIKON Coolpix S610 - Tillard (60)

Histoire de m'amuser car ma ballade de ce jour, compte tenu de la météo et du matériel emporté était surtout à la dilettante, j'ai joué avec la fonction panoramique assisté du NIKON Coolpix S610, afin de produire un vrai panoramique par assemblage de 3 images (prises chacune avec l'objectif à sa plus courte focale de 5mm, qui correspond au cadrage d'un 28mm au format 24x36, compte tenu de la petitesse du capteur embarqué dans ces types de compacts) et tout cela sans trépied, à main levé !

Vous n'allez peut-être pas y croire mais cela marche du tonnerre !!!

L'angle couvert est ainsi de près de 110°.

Quand je pense que généralement les panoramiques, cela est un travail rigoureux avec trépied, niveau à bulle et rotule graduée, on croit rêver ! Finalement, ne soyons pas trop sérieux, cela marche quand même !!!

12/07/2009 (3) : Maquette 1 - Tillard (60)

Maquette 1 - NIKON Coolpix S610

12/07/2009 (4) : Maquette 2 - Tillard (60)

Maquette 2 - NIKON Coolpix S610

12/07/2009 (5) : Maquette 3 - Tillard (60)

Maquette 3 - NIKON Coolpix S610

12/07/2009 (6) : Maquette 4 - Tillard (60)

Maquette 4 - NIKON Coolpix S610

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...