28/06/2009 : La macro avec le compact NIKON Coolpix S610

Outre toutes les fonctionnalités déjà énoncées, le NIKON Coolpix S610 se révèle être particulièrement efficace lorsqu'il est utilisé en mode macro sur des fleurs (pour l'exemple).

L'image présentée est celle d'une rose du jardin familial.

Pour bien vous rendre compte de la qualité de la définition autorisée par ce compact, l'image a été volontairement très peu compressée (96% de sa qualité originale) et peu réduite (1250 x 938 pixels soit seulement le tiers de son format original). Pour un petit objectif zoom à ouverture glissante (sans lentille ED) et un capteur bien plus petit que celui d'un reflex DX (comme le D90), le résultat a de quoi surprendre !

NIKON nous offre régulièrement des appareils reflex d'excellente facture, il en semble de même pour sa gamme de compacts, orientée grand public.

Chapeau !

Caractéristiques techniques de l'image :

Vitesse : 1/800ème de seconde
Ouverture : F/5,8
Sensibilité ISO : 100

27/06/2009 : Achat du compact NIKON Coolpix S610

En ce samedi 27 juin 2009, pour faire plaisir à ma petite amie qui espérait depuis longtemps posséder son propre appareil photo, j'ai réservé mon temps et mon énergie à lui faire une étude de marché pour lui trouver l'appareil le plus complet pour une somme ne dépassant pas les 200€ (somme sur laquelle elle s'engageait à participer à la hauteur de 50%).

Après bien des comparatifs, mon choix s'est finalement arrêté sur un modèle de ma marque favorite qu'est la firme NIKON (valeur sûre pour moi).

Le NIKON Coolpix S610 regorge de pas mal de qualités pour un appareil poids plume et de surcroît qui se fait oublier dans la pochette livrée avec, qui se monte sur une ceinture comme un téléphone portable, grâce à un passant prévu à cet effet.

Globalement, sur la fiche technique, l'appareil était flatteur ; A l'utilisation, j'ai découvert que l'appareil se révélait même être supérieur à ce que j'espérai avant achat. Ce n'est finalement pas moi qui sera le plus content (puisque utilisateur seulement temporaire de ce petit bijou), bien que j'ai eu le droit à toutes les marques de remerciement de ma petite amie, suite à cet investissement...

Si je lui avais offert une bague, cela n'aurait pas été plus cher mais sans doute aurait-elle éprouvé moins de satisfactions que devant cet appareil qui lui permet désormais de saisir environ 750 souvenirs ou émotions de sa vie quotidienne sur une carte SD-HC de 4 Go avec une résolution étonnante de 10 méga-pixels, ce qui correspond à des fichiers JPEG de 300 Dpi d'un poids moyen de 3,5 Mo (3648 x 2736 pixels). De quoi faire tirages et agrandissements de qualité sur papier brillant dans une boutique spécialisée !

Parmi les caractéristiques de ce petit "automatique", je retiendrai notamment :

- Possibilité de bloquer l'appareil sur une sensibilité ISO bien précise (de 100 à 3200) ou de laisser l'automate juger lui-même de la meilleure sensibilité ISO à utiliser, selon le résultat recherché ou les conditions de prise de vue.
- L'écran confortable de 3 pouces, similaire au LCD équipant mon reflex D90
- Facilité d'utilisation pour une personne n'aspirant pas à la technique (important pour la superbe demoiselle à laquelle cet appareil est tout particulièrement destiné)
- Des programmes résultats (portrait, paysage, coucher de soleil...) particulièrement bien gérés et offrant une bonne gestion chromatique.
- Choix du type d'autofocus (sélectif ou continu), choix du type de mesure (matricielle ou ponctuelle) et possibilité de passer en choix manuel du collimateur de l'AF parmi les 9 réunis en croix, ce qui se révèle être une fonctionnalité étonnante pour un compact (fonction habituellement indisponible, directement issue de la technologie des reflex de la marque).

Les mercredi de l'observatoire de la Lèbe

Dans le cadre des vacances estivales, l’Observatoire de la Lèbe organise des stages tous les mercredi après-midi du 15 juillet au 26 août. De la fusée à eau à la microfusée en passant par les cerfs-volants, les énergies et les cadrans solaire, il y en aura pour tous les goûts. N’hésitez pas à les joindre au 04.79.87.67.31 pour de plus amples renseignements.
En détail :
- Mercredi 15 juillet et 12 août 2009 : Atelier microfusée
- Mercredi 22 juillet et 19 août 2009 : Atelier fusée à eau
- Mercredi 29 juillet 2009 : Atelier cerf-volant
- Merdredi 5 août 2009 : Atelier cadrans solaire
- Merdredi 26 août 2009 : Atelier énergie solaire
Age : A partir de 8 ans
Coût : 25€ par enfant et par stage ; 30€ pour l'énergie solaire
Ces activités (en demi-journée de 13h00 à 17h00), encadrées par un animateur agréé, doivent être réservées à l'avance...

Appareils photo compacts étanches : Une nouvelle tendance !

Pour cet été, il semble qu'une famille d'appareils photo soit appelée à connaître un grand succès : Les appareils photos compacts étanches.

En tous les cas, c'est ce que l'on pourra retenir à la lecture de l'un des derniers articles publié sur le site "absolut-photo".

Jusqu'à maintenant, le compact étanche était presque l'exclusivité d'Olympus mais en cette année 2009, l'offre s'est diversifiée avec l'apparition sur ce segment de nombreux concurrents proposés par Pentax, Panasonic, Canon et enfin Fuji, au moment précis où ce genre d'appareil devient très prisé pour la plage ou la randonnée au bord ou dans l'eau !



Les modèles retenus semblent être :

- Le Pentax W60
- Le panasonic FT1
- L'Olympus Mju Tough 6000
- L'Olympus Mju Tough 8000
- Le Canon D10 (photo)
- Le Fuji Z33 WP

Le comparatif fait ressortir du lot le Canon D10 pour la qualité de son étanchéité et son look "rigolo", le Panasonic FT1 pour son mode vidéo ou l'Olympus Mju Tough 8000 qui reste l'outil photographique de premier choix car très bien pensé.

Ces appareils ne sont toutefois pas donnés (400 € en moyenne).
Comme dans toute chose, on ne peut pas espérer détenir le beurre et l'argent du beurre !

ACQUINE : Lorsqu'un automatisme prétend évaluer l'esthétisme de vos photos !





Il y a parfois des choses grotesques à signaler sur le net. Le site Acquine en fait partie intégrante et c'est un colistier du forum des Mégapixelliens qui l'a signalé et qui a provoqué une discussion fort amusante ! Ce site prétend en effet évaluer l'esthétisme d'une image d'une façon complétement automatique. En lui soumettant ma photo de paysage appartenant à mon billet précédent, celle-ci obtient la notation de 80.8/100. La notation est flatteuse mais me semble fort amusante lorsqu'on expérimente cet automatisme un peu plus !

Bons joueurs, certains photographes ont soumis la même image (jusqu'à 15 fois) à cet automate. Celui-ci produit alors 15 notations différentes qui peuvent être éloignées de 20 intervalles...Pour une image absolument identique !

C'est ainsi qu'on observe aussi que certaines images sans intérêt arrivent à obtenir de meilleures notations que des images vraiment remarquables !

Question fiabilité de la notation, il faudra que Acquine revoit sa copie, d'autant plus que les goûts et les couleurs, ce n'est pas une histoire d'arithmétique ou d'intelligence artificielle mais bel et bien de sensibilité(s) propre à l'être humain qui la visionne. Il serait curieux de voir la notation obtenue par une peinture signée "Pablo Picasso" !!!

21/06/2009 - Matinée ensoleillée pour paysages et réflexion sur la valeur de la vie face au matériel

Conformément aux prévisions météorologiques analysées la veille sur internet sur un site sérieux tel que METEOCIEL, le dimanche 21 juin 2009 fut bien meilleur que le samedi.
La météo indiquait une matinée ensoleillée et ce fut le cas en étant patient...

Contre toute attente, ce fut même une excellente journée ensoleillée, que je ne pus profiter malheureusement qu'à moitié, car l'après-midi ainsi que le lendemain furent consacrés aux démarches pour faire constater le sinistre subit quelques temps plus tôt par mon véhicule de tourisme, en mon absence sur un parking, afin de bénéficier de l'assurance.

Je prends cet événement "dramatique" très bien, surtout après en avoir parlé avec mon assureur ou mon concessionnaire qui assurera les travaux nécessaires pour sa remise en état. Cela fait toujours du mal d'avoir un véhicule en parfait état et de le retrouver sérieusement amoché à son retour mais je relativise en me disant à moi-même que ce n'est que du matériel et que ce qui compte, c'est que je sois en parfaite santé !!! Dans toute mésaventure, il faut en extraire toujours le meilleur ! L'adversité fait partie intégrante de notre séjour sur terre.

En concluant ainsi cet aparté, je pense principalement à Gérard THERIN, photographe amateur de grand talent pour qui je ne tarie pas d'éloges pour son travail photographique, qui avait été victime quelques années plus tôt, d'un grave accident de moto dans lequel il avait failli perdre la vie, à cause d'une personne qui lui avait refusé la priorité. Aujourd'hui, il reste l'un de mes meilleurs contacts et il est très clair que mieux vaut encore que l'on en soit strictement resté (dans mon cas) à de la tôle pliée. De la tôle, cela se répare ; Un être humain ? Pas toujours !

Compte tenu que nous sommes appelés (nous, les photographes) à nous déplacer continuellement pour chercher et trouver "nos" images dans la pleine nature (véhicule obligatoire), il convient de souligner l'excellente complicité, entraide et soutien moral qui peut exister dans la sphère de la photo en général. Que ce soit pour une injustice, une voiture défoncée, des blessures légères ou graves, on y trouve toujours la "petite lumière" pour repartir...

Pour en revenir à cette matinée photo, somme toute excellente malgré cette mésaventure purement d'ordre matériel, j'ai souhaité ce matin là, explorer un lieu où j'avais déjà fait des repérages, 10 mois plus tôt. En poursuivant la marche dans une voie sans issue à la sortie du village dans lequel j'ai élu domicile pendant quelques heures, j'ai alors découvert un cadre magnifique d'une profondeur de champ exceptionnelle.

Durant une bonne heure, le soleil se cachait derrière d'épais nuages et jouait véritablement à cache-cache avec moi. Et puis, la patience fini par payer et le ciel s'est déchiré, libérant les rayons de notre étoile et m'offrant de beaux nuages très structurés en tâche de fond. Tantôt des coquelicots, tantôt un arbre et son ombre, tantôt un chemin sableux à perte de vue qui semble trancher le décor...Tout cet espace s'est offert dans les meilleures conditions pendant un peu plus d'une heure, avant que des nuages de nouveau très menaçants ne viennent sonner l'appel du photographe à un retour définitif au bercail.

Un été bien curieux...

Après un hiver particulièrement rigoureux, nous voici face à un été bien curieux. Avec l'arrivée des "beaux jours", nous aurions cru en une amélioration de la météorologie. Sans aucun doute, il y a amélioration car les températures sont effectivement plus confortables mais instabilité, il y a aussi...

Cette année, l'été n'est pas doux. Malgré l'ensoleillement, le fond de l'air reste frais. C'est ce que l'on peut constater depuis le début du mois de mai.

L'instabilité météorologique permanente conduit à des alternances régulières, voire souvent complètement inattendues du temps. Un week-end malgré tout très doux et pleinement ensoleillé peut conduire à une première journée de semaine de pluie très fournie. Plus rien ne se tient, toute transition est violente ! L'été 2009 semble épouser ce modèle.

C'est ainsi que après avoir sacrifié un nombre important de mois et de week-end pour me consacrer à la réalisation de mon nouveau site (désormais en ligne depuis ce mois-ci), je ne peux que déplorer l'aspect très versatile de cette météo qui n'est guère en adéquation avec la pratique de la photographie.

Liberté de mon temps et libéré de cette lourde tâche d'auto-promotion, je souhaitais par exemple, ce week-end reprendre mes reportages avec aisance, avec mon cher Nikon D90. Certes, quand la météo n'est pas terrible, cela n'interdit pas une sortie découverte. Malheureusement, la photographie est un art qui se joue des contrastes et ce loisir est le moteur qui me pousse dehors. Avec un ciel très nuageux et menaçant tel que celui que j'observe en ce samedi 20 juin 2009 depuis ma fenêtre, le contraste est nul et l'intérêt photographique inexistant...Donc, je reste à la maison pour concrétiser d'autres projets...

Les rares fois où j'ai pratiqué la photographie avec une météorologie aussi discutable furent des jours de test d'un nouveau matériel, tels que les premières lumières du D90 à Chantilly. Ce jour là, le ciel n'était pas vraiment adapté pour faire de la photographie (surtout en fin de journée). La seule chose vraiment positive, c'est qu'il y avait eu malgré tout des larges moments d'éclaircies et de soleil favorables à la photo, ce qui ne fut point le cas de toute la journée de ce samedi, condamné à une grisaille permanente.

Je crains qu'il me faudra me contenter cette année de rares moments de soleil et de fréquentes désillusions, au milieu desquels il me faudra malgré tout réussir à produire des reportages ! En somme, je crains que parfois, pour un photographe, le plus dur, c'est qu'il faille parfois laisser son exigence de côté, même si cela fait mal au coeur !

Comète Garradd C/2008 Q3

François Kugel a dirigé notre regard vers une comète, qu'il appelle couramment pour sa part "un objet exotique".

Cette comète est identifiée sous le nom de Garradd C/2008 Q3. Ne vous attendez pas à la saisir facilement car il faut avant tout un horizon sud bien dégagé (tant en objets terrestres que en nuages), en tout début de nuit.

La magnitude étant une donnée extrêmement sensible dans le domaine des éphémérides cométaires, je resterai très réservé quant à l'annonce de cette donnée. Et cela d'autant plus que plusieurs calculateurs d'éphémérides sérieux semblent ne pas être d'accord sur sa magnitude actuelle...

Pour ma part, j'ai étudié sa trajectoire sous Redshift 6, bénéficiant enfin d'une ligne ADSL favorable à l'actualisation des bases de données internes de mes différents logiciels d'éphémérides. C'est là où on se rend compte encore une fois de notre dépendance à internet !

C'est à cette occasion que j'ai pu me rendre compte, bien que celle-ci ait tendance à prendre de l'altitude au jour le jour, surtout lorsque celle-ci intégrera la constellation de la Vierge, l'opération restera extrêmement difficile et pour ma part impossible depuis mon poste d'observation.

C'est pas grave...C'est toujours intéressant d'en parler !

Image : Document de François Kugel

Le blog : Valoriser...Les autres !

Avec la mise en ligne de mon nouveau portail web, j'ai désormais pour objectif de faire également de mon blog un outil de promotion du travail des autres, en plus d'un lieu d'expression libre de mes expériences personnelles et de mes opinions.

Beaucoup d'astronomes amateurs, de photographes font des travaux remarquables qu'ils soient d'ordres scientifiques, informatifs ou pédagogiques. J'ai régulièrement l'occasion de découvrir leurs travaux sur des listes de discussion sur lesquelles je suis abonné (surtout en astronomie).

Le narcissisme qui converge directement vers l'individualisme et l'orgueil, est un concept très réducteur qui ne profite à personne, même pas à l'auteur d'une oeuvre, aussi parfaite soit-elle.

Or, il convient d'être observateur et objectif sur le fait qu'être artiste, c'est tout de même avant tout une activité qui a un aspect très égoïste. Au moment où un artiste crée sa toile, construit sa photo, rédige sa future pièce de théâtre, pose ses mots sur la feuille vide, l'isolement complet est souvent la clé pour pouvoir aller puiser au plus profond de nous-mêmes, la petite graine de génie qui dort dans chacun de nous...

Un artiste, quand il crée...C'est avant tout pour se faire plaisir en faisant naître des appréciations et de l'admiration, de l'envie chez les autres...Pour lui-même ! En somme, être artiste, c'est un bien amusant paradoxe dont on pourra en tirer continuellement toutes les analyses philosophiques possibles !

Contrairement à un site internet qui est un outil pour exposer sa production, donc pour "vendre" très égoïstement son talent, j'ai voulu faire de ce blog un outil formidable d'ouverture aux autres. D'ailleurs...Que serait la valeur et l'existence de notre prestation...Sans les autres ???!!!

Ouverture vers les autres, chose indispensable pour ne pas finir seul et déséquilibré...Car être un artiste accompli, c'est aussi apprendre à s'intéresser et à regarder le travail de ses semblables, tantôt pour s'inspirer, tantôt pour se conforter. Avoir sa place parmi les autres, c'est jouir d'un véritable équilibre.

Souvent, même avec ma propre compagne et mon entourage direct, le fait d'être artiste et les particularités qui s'en dégagent sur mon comportement (surtout sur mon emploi du temps), n'est jamais une existence de tout repos !
Tantôt l'isolement total au moment où votre environnement vous impose de sortir ; Tantôt les reportages, trop nombreux reportages à l'extérieur au moment où votre environnement voudrait bien de vous, un peu plus souvent à la maison !

Je l'avoue, pour les époux et les épouses, qui ont une compagne ou un compagnon qui pratique "à fond" un loisir artistique, la vie n'est vraiment pas facile et il apparaît important que de lourdes concessions d'emploi du temps soient de vigueur...L'inspiration, cela n'attend pas...Soit elle se concrétise, soit elle meurt !!!

C'est en celà que l'on peut conclure qu'internet est devenu un univers indispensable pour vivre sa vie sereinement lorsqu'on est artiste...En tous les cas, quand on commence à avoir un loisir ou une activité qui nécessite notre présence sur la toile. Il faut bien se dire qu'internet est devenue une technologie dont nous sommes désormais pleinement dépendants. Pas besoin d'avoir à exposer un talent quelconque sur la toile pour qu'internet soit ressenti comme un manque. Le fait même d'avoir goûté au plaisir d'un logiciel comme MSN, le besoin de communiquer s'en trouve bouleversé lorsque la ligne est rompue.

Ne pas être connecté à Internet, c'est aujourd'hui être exclu d'une liberté de pensée et d'expression, c'est comme être amputé d'une jambe. Je suis bien placé pour le savoir car ayant vécu cette amère expérience durant un an et demi. Rien ne peut remplacer la souplesse et le potentiel de l'internet haut débit.

Etre sur internet (portail, blog, MSN, Skype, forums,...), c'est tout simplement devenu une notion d'existence...Pour les autres comme pour soi-même !!!

Image : Copyright inconnu

Fête du soleil programmée pour le dimanche 21 juin 2009



Dimanche 21 juin 2009, Fête du Soleil, à l'Observatoire de Paris site de Meudon

Journée « Portes Ouvertes » - ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Accès : place Jules Janssen - 92195 Meudon - de 13h à 18h30


Dans le cadre de l'Année mondiale de l'astronomie 2009 et de la Fête européenne du Soleil, l'Observatoire de Paris ouvre les portes de son site de Meudon, le dimanche 21 juin de 13h à 18h30. En ce jour de solstice d'été, ce sera l'occasion de redécouvrir notre étoile en compagnie des chercheurs à travers des observations, ateliers et jeux pour les enfants, conférences, visites, expositions…

Fêter le Soleil, c'est prendre conscience qu'il est une source de vie et d'énergie inestimable pour notre Terre. Observé de très près et surveillé en permanence - depuis un siècle - sur le site de Meudon de l'Observatoire de Paris, le Soleil recèle encore pour les astrophysiciens bien des mystères et des interrogations : pourquoi par exemple, alors qu'il devrait entrer dans un cycle d'activité intense, présente-t-il un calme très inhabituel ? Comment fonctionne-t-il ? Quelles relations entretient-il avec la Terre et les planètes du système solaire ? Quelle est sa place dans l'Univers ? Combien d'autres « soleils » ont-ils été recensés et quelles méthodes sont mises en œuvre pour les traquer ?... Voilà quelques questions brûlantes de l'actualité solaire.

Au cours de cette journée pédagogique et festive, les chercheurs auront à cœur d'expliquer, de commenter, de démontrer et de partager leur savoir, dernières découvertes à l'appui. Leur programme prévoit des animations en tout genre : conférences, observations du Soleil (en direct et dans différentes longueurs d'ondes), présentation d'instruments professionnels (spectrohéliographe, monture Eichens, télescope de 1m, table équatoriale…), parcours découverte du système solaire à l'échelle, ateliers d'astronomie pour enfants, contes, animation théâtrale autour de Galilée, célébré en cette Année mondiale de l'astronomie... Des espaces d'informations sur les carrières et les formations permettront aux jeunes de mieux connaître les métiers d'accompagnement de la recherche en astronomie et en astrophysique.

Tout au long de l'après-midi, le public - quel que soit son âge- est invité à comprendre, réfléchir et aller à la rencontre de la science et de ses acteurs. Cette journée se déroule avec le soutien du Secteur des sciences exactes et naturelles de l'UNESCO et la participation des associations de diffusion de la culture scientifique : Planète Sciences et la Société astronomique de France (SAF).

Programme complet de la journée et renseignements pratiques : http://www.obspm.fr/

Conflit au Sri-Lanka : Un véritable génocide organisé

La situation au Sri-Lanka est un dossier qui me révolte beaucoup. Depuis 40 ans, ce pays appartient au club de ceux qui sont continuellement en guerre.

La situation y est devenue catastrophique, surtout depuis ce début d'année 2009 où l'armée nationale du Sri-Lanka s'est décidé, sous l'impulsion de leur président d'anéantir les Tigres Tamouls, jugés comme groupe terroriste.

J'aime mon pays la France, je respecte les hautes autorités qui la dirige, bien que je ne sois pas toujours d'accord avec elles mais je dois tout de même avouer que sur ce dossier bien précis, je ne comprends pas toujours la position internationale de la France et surtout son laxisme vis à vis de cette situation dramatique. Parfois, je trouve que notre position en France par rapport à ce dossier est totalement à l'encontre des intérêts de la France en terme d'image.

La France, ce sont les droits de l'homme. Or, dans ce dossier, nous les défendons très mal...Pour ainsi dire pas du tout !

Concrétement, au Sri-Lanka, c'est un véritable génocide d'une population par une autre. Dans les années 40, nous dénoncions la barbarie nazie concernant les juifs. Curieusement, qu'une barbarie très similaire se produise au Sri-Lanka n'effraie personne en France. Il convient pourtant d'observer les choses avec objectivité.

En 40 ans, ce sont plus de 120 000 civils Tamouls qui auraient trouvé la mort. Sur ce total effrayant, on dénombre plus de 7000 morts entre janvier et mars 2009. On dénombre le même nombre de victimes pour le seul mois d'Avril 2009.

En 40 ans, le quotidien du peuple tamoul se résume à des bombardements, massacres, tortures, enlèvements, viols, avortements forcés, stérilisations et humiliations, dans un climat permanent de peur et sous la menace permanente de la famine...Et en France, on ne parle de rien et on ne se préoccupe pas de la situation. Dès que la situation devient vraiment critique, on en parle timidement durant deux jours pour ensuite très vite oublier...

En tant qu'être humain, je crois et je m'accroche à des valeurs d'égalité, de liberté et de fraternité...Et je ne peux pas rester insensible au fait que en France, nous puissions vivre tout à fait heureux avec des libertés fondamentales, qui sont, là bas, complétement bafouées par soucis pour le pouvoir en place de jouir d'une idéologie collective.

Rappel historique sur la génèse de ce conflit

Le Sri Lanka, anciennement appelée Ceylan, est une île de 69 610 km2 située dans l’océan Indien, à 35 km au sud de l'Inde. Dans un espace insulaire réduit se rencontrent des milieux géographiques et des traits socioculturels très contrastés. Le Sri Lanka appartient au monde indien par sa morphologie et ses climats, par son peuplement, ses structures sociales et sa culture. Deux ethnies y vivent depuis de nombreux siècles : les Tamouls et les Cinghalais. Ce sont deux peuples totalement différents par leur langue, leur religion et leur culture.

Dès 1797, les Anglais, installés dans l’Inde voisine, s’intéressèrent à leur tour à l’île et firent main basse sur les comptoirs maritimes principaux. En 1802, l’île fut déclarée colonie de la Couronne britannique, confisquant ainsi deux souverainetés, tamoule et cinghalaise. L'économie subit alors de profondes transformations, avec notamment l'introduction du système de plantations. Ce fut d'abord le café, à partir des années 1830, remplacé par le thé et l'hévéa vers 1880.

Le 4 février 1948, l'indépendance fut proclamée, laissant le pouvoir aux Cinghalais qui étaient majoritaires sur l’île. Au fil des années, les différents gouvernements cinghalais ont appliqué une politique discriminatoire à l’égard du peuple tamoul, jusqu’à franchir le pas vers une violence sans précédent se traduisant par des massacres et des bombardements sur les civils tamouls.

Entre 1948 et les années 1970, de nombreuses manifestations pacifiques tamoules furent organisées afin de protester contre cette constante discrimination, ces oppressions et ces massacres.

En 1972, la religion bouddhiste est devenue religion officielle et Ceylan est rebaptisé Sri Lanka, nom cinghalais. Les terres tamoules de l’Est ont été colonisées par des dizaines de milliers de Cinghalais. L’Etat a empêché les jeunes Tamouls d’accéder à l’enseignement supérieur et à la fonction publique.

En 1976, un référendum montre que 95% des tamouls du Sri Lanka désirent fonder un Etat indépendant, l’Eelam Tamoul, la patrie de leurs ancêtres.

En 1977, est né un mouvement appelé les Tigres de Libération de l'Eelam Tamoul (LTTE). Ce mouvement de résistance, créé par des étudiants, est né afin de protéger la population tamoule des massacres, des viols et des tortures infligés par le gouvernement cinghalais. Les Tigres ont déclaré dès leur origine, ne vouloir se battre que contre les soldats et contre l’oppression du gouvernement sri‐lankais et non contre les civils cinghalais. Mais les médias, détenus par le gouvernement sri‐lankais, ont désigné ce mouvement de résistance comme un mouvement terroriste. Au long de ces années les tigres se sont développés et organisés et ont remporté des victoires retentissantes dans les années 2000 qui ont déstabilisé le gouvernement cinghalais et ont permis d'ouvrir des négociations, avec l'aide de la Norvège, pour aboutir à une trêve entre 2002 et 2006.

En 2005, à l'arrivée du nouveau président, les massacres ont recommencé mais les tigres n'ont pas riposté et ont tenté d'alerter la communauté internationale qui n'a pris aucune mesure visant à arrêter cette guerre.

En 2006, un bombardement sur un orphelinat tamoul tuant, entre autre, 61 petites orphelines a relancé les combats entre le gouvernement et les tigres tamouls.

Depuis, après avoir abrogé de manière unilatérale le Cessez‐le feu signé sous la médiation norvégienne, une guerre génocidaire a été délibérément lancée dans la région densément peuplée du Vanni par le président sri‐lankais. C'est cette guerre que je dénonce via cet article en qualité d'intellectuel, d'humain et de Français fidèle à l'image d'ouverture de son pays.

Photographie - Copyright AFP.

14/06/2009 : Nouveau site internet officiel enfin en ligne !


Enfin ! Dans la nuit du 13 au 14 juin 2009, mon nouveau site internet a été mis en ligne.

Avec un mois de retard sur la date initialement prévue, la nouvelle mouture a été entièrement transférée en manuel avec un logiciel de gestion de serveur FTP sur son nouvel espace d'hébergement.

Ce contre-temps d'un mois aura été l'occasion de peaufiner et de mûrir davantage le site avant toute publication officielle.

Il pèse seulement 71 Mo contre près du double (135 Mo) pour l'ancienne mouture qui existait encore il n'y a pas très longtemps sur les serveurs de neuf (anciennement club-internet) et dont je me suis permis moi-même la destruction durant la matinée de ce jour.

Malgré cet effet de taille réduite, ce n'est pas moins de 451 clichés que compte le portfolio de ce nouveau portail dès sa mise en ligne, ce qui est déjà fort respectable ! C'est à cette occasion que je peux affirmer que ce n'est pas l'apparence du poids qui fait la véracité de la qualité d'un site. Mon nouveau portail en est une preuve. Le poids de mon site a été très sérieusement optimisé pour l'amener au niveau le plus bas possible, sans faire l'impasse sur la pertinence de l'interface.

Le blog initialement conçu pour me permettre de continuer à paraître sur le web et de montrer mes nouveaux travaux photographiques (en l'absence de site web) offre une totale complémentarité à ce nouveau portail fraîchement apparu. Tandis que l'espace restreint de 100 Mo du serveur d'hébergement de mon nouveau portail est incompatible avec la publication de vidéos (poids moyen de 50 Mo par animation), le blog est quant à lui tout indiqué pour permettre le partage de ce genre de documents multimédias.

Le couple portail-blog est donc désormais tout à fait opérationnel.

Le nouveau site est à découvrir dans les liens à droite...

Week-end du 5 au 7 juin 2009 (1) : Nettoyage de ma lunette ORION SHORT TUBE 80 et préparations optiques...

Dimanche 7 juin 2009, j'ai procédé à une analyse approfondie de ma lunette ORION SHORT TUBE 80. Initialement achetée à l'hiver 2007 pour effectuer de l'autoguidage pour les longues poses, elle n'a jamais été utilisée pour cause de gros soucis personnels survenant brutalement, depuis son achat en occasion à 50% de son prix neuf dans un état "discutable" (poussières, tâches,...). J'ai finalement décidé depuis peu de me remettre à l'astronomie (après donc une pause d'un an et demi) et de reconsidérer l'usage de cette lunette parmi tous les instruments que j'avais pu acheter en la remettant en parfait état d'utilisation.

Bien que n'étant que achromatique, cette lunette pourrait bien se voir attribuer dans un avenir proche la lourde tâche d'être l'instrument me permettant de photographier les phases de la Lune ou le soleil en entier d'une façon rapide et régulière, sans avoir à sortir toute la lourde panoplie de matériel que je suis condamné à sortir à chaque fois pour faire une image (monture allemande motorisée, alimentation, raquette,...) et que je suis également condamné forcément à ranger ensuite...jusqu'à la prochaine fois.

La situation peut paraître exagérée mais au fil du temps, ces manipulations deviennent malgré notre passion, une source très lourde de conséquence de découragement et de lassitude pour beaucoup d'astronomes amateurs.

Souvent l'idéal est de se construire un observatoire personnel fixe mais ce n'est pas toujours possible...

Nettoyage...

J'ai débuté le processus par une révision compléte de la lunette. Longtemps exposée à la poussière dans la vitrine de la Maison de l'Astronomie, cette petite lunette a fini par trouver son propriétaire un soir d'hiver 2007. Malheureusement comme beaucoup de tous ces instruments d'exposition, la poussière s'était déposée sur la surface interne de l'objectif. Il était donc indispensable de nettoyer cet objectif avant d'espérer pouvoir l'utiliser photographiquement. Pour l'atteindre, j'ai donc procédé au démontage minutieux de l'instrument afin de désolidariser l'objectif du tube. Le nettoyage de base a été réalisé avec un liquide et un chiffon doux d'opticien.

Je l'ai fini à sec avec un stylo à décharge de carbone afin d'obtenir un objectif parfaitement propre, sans trace de liquide ni rayure.

Préparations optiques...

Beaucoup plus courte et légère que ma SKYWATCHER 80ED pour une ouverture équivalente, celle-ci est d'un maniement beaucoup aisé sur un trépied photographique. Sans chercheur, on peut pointer le soleil ou la lune dans le viseur de l'appareil photo à court sûr ! A tous les coups, on gagne !!! Je ne souffre pas (c'est incontestable) avec cette lunette ORION de "l'effet de levier" que l'on souffre avec la SKYWATCHER, beaucoup plus longue, qui est un phénomène qui devient très fatiguant à la longue pour pointer et garder l'astre dans le champ du viseur de l'appareil photo.

D'un diamètre de 80 pour une focale primitive de 400mm, on a donc affaire à une lunette ouverte à F/D 5 contre les F/D 7.5 de la SKYWATCHER. Là encore, cette petite lunette est intéressante non seulement pour sa grande luminosité mais également pour sa moyenne focale qui peut en faire un excellent téléobjectif pour la faune, très facilement transportable en voiture.

Tous ces espoirs sont permis d'autant que le système mécanique de mise au point de cette lunette (crémaillère) est paradoxalement mieux fini que celui équipant la SKYWATCHER, ce qui permet un montage fiable et très rigide de l'ensemble (lunette + boitier photo). Tout cela a été testé ce dimanche avec beaucoup de sérieux, avec ou sans barlow CARL ZEISS 2X.


Les tests ont été effectués de jour, sur un soleil timide qui se cachait de temps à autre à travers des nuages menaçants, en utilisant un filtre pleine ouverture en astrosolar. Le but était de pouvoir déterminer le montage à effectuer sur cette lunette pour qu'il soit possible d'atteindre le point de netteté avec la barlow CARL ZEISS afin d'obtenir la focale de 800mm (correspond au cadrage d'une focale de 1200mm avec le capteur DX d'un réflex numérique NIKON).

Comme à mon habitude, j'ai mené les tests avec un vieil argentique MINOLTA XD-5. L'avantage de cette formule est de me permettre de jouer très librement avec mes montages, démontages, échanges incessants d'accessoires jusqu'à trouver la bonne combinaison sans risquer pendant ce test d'exposer mon reflex NIKON aux poussières. Bien que le nouveau NIKON D90 soit doté d'une fonction électronique auto-nettoyante, mieux vaut tout de même continuer de prévenir que de guérir. Vu que le point de netteté est grossièrement le même entre ce vieux reflex et le capteur DX de mon boitier NIKON, je sais que si j'arrive à faire le point avec le MINOLTA, j'arriverai forcément à le faire avec le NIKON.

La focale de 800mm (1200mm dans le viseur du D90) permet d'obtenir une lune de taille respectable, qui reste toutefois suffisamment petite pour qu'il soit possible de photographier une pleine lune en une prise de vue unique. Personnellement, j'affectionne les images qui présentent la lune à ce facteur d'agrandissement (suffisamment grosse pour voir la géographie générale, suffisamment petite pour éventuellement immortaliser un événement telle que occultation, éclipse de lune, conjonction très serrée en assurant une composition aérée qui reste malgré tout parfaitement esthétique...).

Toutefois, je serais sans doute amené à jouer aussi sur l'élasticité (modularité) de la barlow CARL-ZEISS pour obtenir des focales supérieures à 800mm afin d'agrandir la lune encore bien davantage. Avec des bagues allonges, il est effectivement possible de "pousser" la barlow jusqu'à un rapport de 4x, ce qui permet d'obtenir avec la lunette ORION, une focale maximale de sortie de 1600mm (2400mm avec le cadrage du NIKON D90). L'objectif de 80mm permettrait en théorie d'atteindre confortablement cette focale (rapport F/D de 20), sans trop de casse.

Je n'ai pas encore testé ces cas de figure car je n'avais que le soleil comme outil d'évaluation et compte tenu des nombreux passages nuageux, il était impossible d'aller plus loin (soleil trop pâle). On retiendra malgré tout en tous les cas que cette barlow est un élément essentiel dans ces préparations optiques et cela d'autant plus qu'elle est d'une qualité inégalée par rapport aux autres barlow concurrentes au facteur d'agrandissement de surcroît fixe (non modulable).

Affaire à suivre, un soir ou un matin avec une "belle" lune à immortaliser...

Week-end du 5 au 7 juin 2009 (2) : Montage de vidéos du 31/05/2009 du nid de mésanges

video

Je n'ai pas acheté le NIKON D90 pour produire des vidéos mais cette fonction s'est avérée toutefois sporadiquement très utile dans ce cas très précis afin de finaliser mon reportage sur cette observation rare 100% nature. Il faut bien se mettre à l'esprit que cette fonction doit être utilisée dans un cadre purement de dépannage lorsqu'on veut immortaliser un événement vraiment exceptionnel. Cette fonction ne remplacera en aucun cas jamais les capacités d'un vrai camescope mais elle permet néanmoins d'obtenir de très bons résultats.

J'ai profité donc du premier week-end de ce mois de juin pour étudier les 4 vidéos initialement prises avec ce D90 et voir ce qu'il était possible d'en faire...

Cela m'a permis de vous apporter sur un plateau, un résultat concret de ce qu'il est possible d'obtenir comme résultat avec ce reflex vidéo et mon téléobjectif NIKKOR ZOOM 70-300mm ED.

La vidéo initialement tournée au format .AVI a été finalisée sous PINNACLE V.10 et convertie finalement au format MPEG-4. Il s'agit en réalité de deux séquences jointes. La musique de fond est issue de l'excellent album HOMMAGES de Santiago J. (disponible dans les magasins NATURE ET DECOUVERTES sous le label VOX TERRAE) dans lequel il rend hommage avec beaucoup de talent avec sa flute de pan aux plus belles musiques de films sur la nature.

Retard de mise en ligne pour mon nouveau site...

Mon site n'est pas encore en ligne.

Rassurez-vous, l'explication est normale et il n'y a rien de dramatique dans tout cela ! Initialement prévue en mai, mon site connaît encore actuellement quelques améliorations avant sa publication.

L'arrivée du nouveau NIKON D90 a remis en cause la mise en ligne de mon portail pour ce mois de mai car il a alors imposé un nouveau grand travail dans sa partie technique.

De plus, au rythme où j'enchaîne les nouvelles images, j'en profite pour les inclure progressivement dans le portfolio de mon futur site internet, ce qui ne sera pas de trop pour obtenir un site cohérent où se mélangeront intelligemment images produites au D70 et celles produites avec mon nouveau compagnon de route, dès sa première disponibilité sur le net.

En somme, ce retard s'avère plutôt très constructif et tout à fait nécessaire.

31/05/2009 : Ciel

J'avais abandonné complétement la notion de faire des photos du ciel. Ce désir m'avait quitté en 2007, par lassitude et découragement.

En ce dimanche de beau premier quartier de Lune, j'ai profité du crépuscule pour tester une nouvelle fonctionnalité apparue dans ce NIKON D90 : La superposition d'images. Cela me rappelle la possibilité de réimprimer plusieurs fois un négatif en bloquant la rotation du tambon entraînant le film, du temps où il n'existait que l'argentique pour s'amuser !

Avec le numérique, on redécouvre peu à peu les joies de ce qu'il était possible de faire avec la pellicule, avec les potentialités de ce support moderne en plus !

Optiquement, il était impossible d'avoir une branche de végétal de cette taille et la lune, toutes les deux parfaitement nettes en même temps. Le mode de superposition d'images du D90 a permis de régler ce problème définitivement !

Ce D90 est décidemment un pur outil créatif avec lequel il devient distrayant de composer !

C'est fou ce qu'il est possible de faire avec un simple téléobjectif zoom et un trépied.

31/05/2009 : Faune

Après une surveillance soutenue du couple de mésanges bleues et de leur nid, j'ai fini par avoir la récompense de pouvoir assister au départ progressif des oisillons durant deux jours (31 mai et 1er juin).

Mais c'est très certainement le 31 mai qui fut le meilleur moment !

Mon 70-300mm malgré son ouverture médiocre de f/5.6, s'avère à l'usage, être très largement suffisamment pour obtenir de belles photos de faune car l'arrivée du D90 a permis de contrecarrer très efficacement cette limitation technique par une utilisation possible des très hautes sensibilités ISO, contrairement à un D70 très limité de ce point de vue, car il ne faut pas oublier que ce nid était très rarement éclairé et que celui-ci est pratiquement toujours dans une forte pénombre très pénalisante pour la photographie !


L'utilisation d'un flash non orientable est proscrite car les résultats découlant de cette technique ne sont pas réalistes et là encore, on est fortement pénalisé cette fois-ci par des ombres parasites des branches situées au premier plan, dûes à l'illumination provoquée par le flash.

Avec la faune, il n'y a donc que l'exploitation au mieux de la lumière naturelle disponible, qui soit la plus profitable pour obtenir des images de qualité de ce type d'événement et cela d'autant plus que le flash non orientable rend inopérant le mode rafale, indispensable pour ce genre de sujet.

En somme, il apparaît très clairement qu'avec un D70, les photographies réalisées le 31 mai dernier n'auraient jamais été possibles et qu'il aura fallu attendre ce nouveau compagnon en 2009 pour que je puisse réellement évoluer très sensiblement dans ce domaine.

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...