24/05/2009 : Pavillon chinois et test de l'UGA

Le pavillon chinois est un lieu très exceptionnel récemment restauré par la ville et le Conseil Général.

Après la faune, j'ai profité de la bonne météo pour finir ma batterie de tests avec mon nouveau D90, en lui installant mon Ultra Grand Angulaire (UGA) SIGMA 10-20mm. Cet objectif est incontournable pour valoriser cette superbe architecture et le cadre de verdure qui l'entoure, en une vue générale très large. Le recul n'était pas suffisant entre le grillage de l'entrée et le sujet pour que celui-ci puisse être tentée avec une focale courante de 18mm.

Le viseur du D90 est décidemment très agréable par sa luminosité et son relief d'oeil qui permettent une utilisation bien plus aisée de cet UGA et des effets visuels déformants qu'il peut procurer sur les images afin de valoriser un grand espace, qu'avec le viseur plus sombre et plus étriqué de mon ancien D70.

Cet objectif fut également un très bon choix stratégique tout au long de mon court reportage car ce pavillon chinois est une concentration de beaucoup de sujets dans un espace extrêmement réduit. Seul un UGA permet de valoriser pareille architecture. Je crois bien qu'avec mon 18-70mm, les résultats auraient été beaucoup plus mitigés !

Cet UGA, malgré la sévérité du capteur de 12,3 millions de pixels du D90 reste bien dans la course, comme mes deux autres optiques (18-70 et 70-300). A partir de l'ouverture de f/8, le SIGMA 10-20mm rempli pleinement son rôle, du centre jusqu'aux extrémités de l'image.

Super ! Preuve que les optiques choisies ont une qualité de construction très supérieure à celle qui était exigible avec le D70 puisque le D90 n'arrive pas encore à les mettre à défaut, malgré un doublement pur et simple de la résolution du capteur !

24/05/2009 : Faune

Pour poursuivre mes travaux sur la faune et enrichir ma galerie dans ce secteur, un peu pauvre car ce domaine est très difficilement praticable avec le D70, j'ai été m'attarder un après-midi ensoleillé au bord de l'eau, pas très loin de chez moi.

Bien que la faune concernée ne soit pas très exceptionnelle, il convient tout de même de noter que le boitier NIKON D90 se défend très bien, arrivant assez fréquemment à tenir la fréquence des 5 images/seconde sur 15 vues successives.

Encore une fois, beaucoup de déchet avec quelques jolies réussites !

La faune est vraiment le sujet où il ne faut pas hésiter à sacrifier des déclenchements inutiles...Pour espérer remporter le morceau ! C'est à ce prix qu'on obtiendra peut-être une récompense à notre patience et acharnement...

22/05/2009 : Jardin du peintre André van Beek

Le jardin du peintre Alain Van Beek est un rendez-vous à ne louper sans aucun prétexte ! Lorsque la bonne saison arrive, il est accessible au public moyennant une somme modique qui permet de faire vivre ce lieu, tout simplement...Puisque ce dernier mobilise notamment des jardiniers paysagistes pour l'entretenir.

L'artiste-peintre est une personne fort charmante qui vous accueille à l'entrée pour éventuellement vous raconter l'histoire de ce jardin hors du commun, si il y a peu de monde.

C'est un être humble comme je les aime et comme j'apprécie d'en rencontrer, malgré une notoriété certaine dans le secteur artistique pas seulement en France, mais également dans le monde entier !...Et cela pas seulement pour ses toiles mais également pour son talent pour les compositions florales...!

Entre deux artistes comme lui et moi, qui utilisent des techniques différentes pour produire une image, le message est très bien passé.

Dans son jardin, c'est un plaisir de faire de la photo ! D'innombrables sujets se dissimulent en ce lieu qu'un photographe bien outillé aura à coeur de saisir tout au long de sa ballade.


21/05/2009 : NIKON D90 et la faune (1)

Première utilisation de mon NIKKOR ZOOM 75-300mm D-ED avec mon nouveau boitier. Malgré la sévérité du capteur de 12,3 mégapixels du successeur de mon D70, mon télé zoom ne montre lui aussi aucun signe d'une qualité photo en retrait.
La vivacité de l'autofocus s'exprime pleinement et les oiseaux ont très peu de chance d'échapper à cet oeil de verre qui s'oppose à eux.

A ce moment, je viens de repérer les allers-retours d'un couple de mésanges qui viennent nourrir leurs oisillons, encore dissimulés à ce stade dans le creux d'une branche de prunier. La vivacité du couple et les mauvaises conditions d'éclairage sont telles qu'il me faudra monter à une vitesse d'obturation de 1/1600ème de seconde et grimper à une sensibilité de 3200 ISO, ainsi que configurer mon D90 en mode rafale rapide (5 images par seconde) pour pouvoir espérer saisir l'attitude désirée.

Enormément plus que dans d'autres disciplines, la photo de faune impose un mitraillage constant des cibles (conduisant évidemment à de gros gachis en déclenchements pour espérer détenir la "bonne" image) et permet en dernier lieu de tester un boitier dans ses derniers retranchements. C'est d'ailleurs très certainement dans ce domaine où le remplacement de la pellicule par un capteur a apporté un confort indéniable.

En moyenne, c'est souvent seulement 6 clichés vraiment parfaits qui sortent du lot au milieu d'un flux initial d'environ 450 déclenchements. La perte aux déclenchements est donc très élevée puisqu'elle avoisine facilement les 98% !!! L'obturateur d'un boitier a donc tout intérêt à être fiable dans le temps ! Tous les photographes de faune (renommés ou non) sont logés à la même enseigne, pour peu qu'ils soient un minimum perfectionnistes dans leurs travaux.

Bien sûr, dans le cas d'animaux relativement peu agités, le mitraillage par rafales de plusieurs vues ne s'impose pas et cela permet d'offrir un peu de repos à un obturateur, trop souvent sollicité.

21/05/2009 : NIKON D90 et la faune (2)


Sitelle torchepot - Nikon D90 + NIKKOR ZOOM 70-300mm D-ED

10/05/2009 - Nikon D90 : Premières lumières à Chantilly

Chantilly fut le premier lieu, ce dimanche 10 mai 2009, pour lequel le nouveau NIKON D90 fut utilisé, après mes premières prises en main des vendredi 8 et samedi 9 mai, dans le jardin familial.

J'inaugure par la même occasion, mes propres paramètres personnalisés d'optimisation d'image.

Je suis fort satisfait que l'un de ses derniers nés soit capable d'une si excellente mesure de la lumière, au point que contrairement au D70, il ne faille pas faire beaucoup de corrections avant d'arriver à un résultat très convaincant ! Le D90 est naturellement très précis. La rapidité de son autofocus surprend également pour un boitier "amateur expert" alors que bien souvent pour un boitier appartenant à cette gamme, il faille toujours critiquer quelque-chose à l'autofocus.

NIKON semble avoir visé très haut avec ce nouveau boitier et c'est tout bénéf !
Découlant directement de son grand frère, le D300, le viseur du D90 est également très agréable et pas du tout fatiguant pour un photographe exigeant. J'ai ressenti beaucoup de plaisir à effectuer mes cadrages dans ce viseur à 96%. C'est à cette occasion que je me suis rendu réellement compte des avancées et à quel point le viseur de mon ancien boitier fut petit et sombre.

Avec le D90, le rapport qualité/prix/prestations est tout simplement...hallucinant, il faut bien le dire ! Bien entendu, il y aura sûrement des écueils au fur et à mesure que je serai appelé à l'utiliser pour réaliser mes images mais globalement, c'est une réelle grande satisfaction qui prédomine !

La vue que je vous présente est bien entendue une perception du château de Chantilly depuis son immense parc. Ce jour là, l'eau renvoyait un reflet blanchâtre qui aurait pû tromper sérieusement la cellule de mesure et cela d'autant que le ciel était tout aussi contrasté. Le D90 est parvenu malgré tout à en sortir son épingle du jeu et à gérer la lumière sur l'ensemble de l'image, sans crâmer les zones brillantes tout en garantissant une exposition correcte sur les bords souvent sous-exposés en ombres chinoises.
Géant !
Je tiens à réserver les autres images réalisées ce jour-là pour mon futur nouveau site.

Au revoir NIKON D70, bonjour NIKON D90 + MB-D80 !

Après plus de quatre années de bons et loyaux services entre mes mains, il était prévisible que mon vénérable NIKON D70 finisse un jour ou un autre à tomber sur plus fort que lui !!!

C'est donc ce fameux jeudi 7 mai 2009 au soir que nous nous sommes dit au revoir afin que celui-ci soit accueilli dans de nouvelles mains familières.

Avec lui, j'abandonne par la même occasion une véritable piéce de musée puisqu'il fut l'un des derniers boitiers NIKON à être équipé d'un capteur CCD. Depuis trois ans, le capteur CMOS est devenu un standard dans tous les boitiers reflex numériques.



C'est donc désormais avec le nouveau NIKON D90, surmonté de sa poignée d'alimentation MB-D80 (ce qui en donne l'apparence d'un "petit" D3 et certaines fonctionnalités très intéressantes de son grand-frère professionnel) que je poursuis ma carrière photographique.

Indiscutablement, ce nouveau NIKON D90 est surprenant à de nombreux égards :


- Une résolution doublée par rapport au D70 (12,3 MP au lieu des 6,1 MP)
- Un écran arrière énorme, lisible même en plein soleil !
- Une mesure de la lumière ultra-précise, si on le compare à ses prédécesseurs (D70 et D80)
- Une foule de possibilités de pouvoir le personnaliser à sa main (et cela même dans sa façon de gérer les couleurs)
- Un choix très étendu de sensibilités ISO (100 à 6400) afin de pouvoir faire des images en lumière naturelle, quelqu'en soient presque les conditions, avec un contrôle étonnant du bruit à un niveau faible jusqu'au delà de 1600 ISO.
- Un nouveau capteur CMOS qui est un poil encore meilleur que celui du fabuleux D300, équipé d'un système de nettoyage automatique anti-poussière du filtre passe-bas
- Possibilité de faire du vrai Noir&Blanc nativement, sans passer par un post-traitement sur ordinateur
- Et encore d'autres choses...


La poignée d'alimentation MB-D80 apporte par ailleurs :


- La possibilité de doubler l'autonomie du D90 par l'installation de deux batteries en série
- La possibilité en cas de panne séche d'énergie, de pouvoir remplacer les batteries par des piles bâton classiques (en cas de dépannage seulement) pour pouvoir continuer à prendre des photos.
- Un second bouton de déclenchement pour faciliter les prises de vues en orientation portrait, ainsi qu'un second jeu de roulettes pour pouvoir choisir confortablement vitesses ou ouvertures...Sans contorsion des bras !


En somme, un bien bel outil qui va me permettre sans attendre, de pouvoir améliorer ma productivité photographique...

La maquette de mon nouveau site internet est achevée !

En ce dimanche 3 mai, je tiens à vous informer que la maquette de mon nouveau site internet est achevée. Finalement, j'ai exploité avantageusement ma semaine de repos entre la fin avril et ce début de mai pour donner un grand coup de collier dans ce projet.

Bien entendu, bien que je n'ai pas beaucoup pratiqué la photographie finalement, j'ai tout de même bénéficié d'une journée dans cette dernière semaine qui vient de s'écouler, tout à fait adaptée à mes travaux sur les paysages.

J'ai également déjà réservé le serveur (ainsi que donc la future adresse URL !) qui devrai très prochainement recevoir la nouvelle mouture de mon site qui gardera son nom phare et tout à fait reconnaissable "Observation et imagerie", adopté dès ma première apparition sur le net, en octobre 2003.

J'ai procédé à des tests en situation réelle de mon nouveau site, en mode "hors connexion" avec plusieurs navigateurs (Safari, Internet Explorer, Camino,...). Il semble ne pas souffrir des désagréments de mise en page dont souffrait la précédente mouture (plus jamais actualisée depuis deux ans), toujours en ligne chez Club-internet (fournisseur englouti comme vous le savez par NEUF !). C'est déjà un excellent bon point qui est très encourageant, après un si long travail de préparation (très stressant) de ce nouveau millésime 2009, depuis octobre 2008 !

Comme prévu, l'interface sera plus sobre mais beaucoup mieux coordonnée du point de vue de la cohésion entre la présentation et les sujets présentés...En tous les cas, c'est ce que j'en pense personnellement. J'espère que vous aurez la même perception des choses.

Compte tenu que ce blog me permet d'être réactif et de pouvoir vous faire désormais participer très régulièrement à mes travaux photographiques d'une façon beaucoup moins feutrée, plus directe, très simple et très facile, mon nouveau site internet se limitera donc maintenant exclusivement à une vitrine pour synthétiser les résultats de mon travail. Une actualisation sera, à partir de sa date de mise en ligne, prévue tous les trois mois seulement pour cette nouvelle mouture. 4 grosses actualisations par an de ce nouveau site, cela me semble tout à fait honnête afin d'être plus critique et plus sévère sur ce que je produis et sur ce que je présente.

A très bientôt chers (chères) ami(e)s !

Articles les plus consultés depuis les 7 derniers jours...